Jeudi 15 novembre 2018
Hong Kong
Hong Kong
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

INNOVATION - Les lampes connectées, le pari de TAOlight

Par Lepetitjournal Hong Kong | Publié le 25/04/2017 à 08:44 | Mis à jour le 25/04/2017 à 16:07

Fabricants de luminaires à l'origine, les fondateurs de TAOlight se sont toujours adaptés aux avancées technologiques, si bien qu'ils sont dorénavant très actifs sur le marché de l'objet connecté. A la veille de l'ouverture du salon « So French, So Innovative », nous faisons un zoom sur cette entreprise française basée à Hong Kong.

On peut dire que c'est une idée lumineuse ! De la même façon que vous écoutez de la musique via un casque sans fil, ou vous retrouvez dans un dédale de ruelles grâce à votre GPS, vous pouvez, à distance et sur tablettes, contrôler les ambiances lumineuses de votre maison. C'est ce que propose WiZ, la nouvelle technologie inventée par TAOlight. Grâce au logiciel implanté dans des ampoules à LED, tout un système d'éclairage devient à portée d'un clic, ou plutôt d'un tapotement, sur l'écran d'un smartphone. Et un routeur Wi-FI s'occupe dureste. Si Jean-Eudes et Jérôme Leroy, deux des quatre associés fondateurs, en sont arrivés là, ce n'est pas par hasard. Ce n'est que la suite logique de leur vision qui s'est toujours portée sur l'innovation. 

De fabricants de luminaires? 

Tout commence en 2004. TAOlight voit le jour sous l'impulsion de quatre associés pour produire ampoules et luminaires au profit de distributeurs européens. Quelques mois plus tard, en 2005, les entrepreneurs ouvrent une usine à Shanghai qui comptera jusqu'à mille salariés. Leurs produits s'exportent en Europe occidentale, mais aussi en Australie et en Nouvelle-Zélande.

Voyant l'émergence des ampoules à LED sur le marché, les dirigeants décident de se lancer dans les diodes électroluminescentes. En 2009, TAOlight devient l'une des premières sociétés à commercialiser ce type d'ampoules pour les particuliers. 

« Puis on a commencé trois ans plus tard à travailler sur des moteurs RGB (red-green-blue,ndlr), nuances de blanc, via télécommande », indique Jérôme Leroy. C'est en 2014 que la société élabore un concept innovant : iDual. « Nous nous sommes alors lancés dans une démarche de marque », indique Jean-Eudes Leroy, PDG de TAOlight. Forts de leurs LEDs dernier cri, les concepteurs développent un premier logiciel permettant d'adapter la lumière, en changeant la couleur de la diode ou son intensité parmi des dizaines de nuances. La société change alors de dimension en proposant en plus de leur gamme d'ampoules et de luminaires, la possibilité de personnaliser son éclairage, « sans la nécessité d'avoir une installation complexe » précisent les dirigeants. 

Une première innovation qui permet à la société d'augmenter considérablement son volume de ventes, puisqu'iDual couvre aujourd'hui 50% du chiffre d'affaires de TAOlight. Mais, les intentions des quatre dirigeants se portaient déjà vers l'avenir?

?à concepteurs de lampes connectées

Avec les lumières connectées, contrôlables par téléphone et même via le Cloud, la société cherche désormais à s'inscrire dans la lignée des French Tech. Si les usines de hardware sont aujourd'hui à Shenzhen, c'est bien à Hong Kong que l'activité principale de la société se passe. Dans leurs bureaux, près de Causeway Bay, 25 développeurs oeuvrent pour perfectionner leurs logiciels. A Paris, dans l'un des sept emplacements de la société à travers le monde, les équipes peaufinent elles toute la partie visuelle et design. 

« WiZ devient un vrai IoT (Internet of Things, objet connecté, ndlr) », précisent les frères Leroy. La dernière innovation ? « Des systèmes connectés en temps réel avec le Cloud », renchérissent les deux dirigeants. Pour exemple, WiZ est compatible avec le système d'intelligence artificielle d'Amazon, « Alexa », qui dispose d'une reconnaissance vocale et est connecté aux services météorologiques. Concrètement, les ampoules WiZ connectées à Alexa pourront changer d'intensité s'il pleut ou s'il fait beau. Ou encore passer d'une lumière claire à une ambiance festive pour égayer la soirée, sur commande vocale. Et ce n'est pas tout. Avec des capteurs de mouvement, le logiciel pourrait bien faire office de système de sécurité. De fait, WiZ s'inscrit totalement dans la lignée des produits « smarthome », produits connectés qui révolutionnent la domotique. 

Perspectives

Aujourd'hui, le software a pris le dessus sur le hardware dans le positionnement de TAOlight, et les deux frères dirigeants l'admettent volontiers. En France, seulement 3% des foyers sont équipés de variateurs de lumière. Mais dans d'autres pays comme aux Etats-Unis, l'IoT « à la maison » concerne quatre millions de foyers. L' « Home Automation Revolution » est bien réelle et c'est dans cette direction que la société s'oriente désormais : « Aujourd'hui, nous travaillons sur des réseaux à taille humaine, maisons, restaurants, boutiques ou hôtels. TAOlight propose à ses clients de créer des « ambiances musicales par les simples jeux de lumières ». Désormais, nous travaillons avec d'autres fabricants de luminaires afin de développer notre produit dans un maximum de pays, et s'adapter plus facilement aux exigences culturelles et esthétiques ». TAOlight met donc l'accent sur le software, et propose de fournir ses logiciels et l'assistance back-office, à d'autres professionnels de la lumière. « Nous-même étant fabricants, notre approche est donc plus naturelle et plus qualitative avec nos partenaires », précisent Jérôme et Jean-Eudes Leroy. 

Futur proche ou lointain, les dirigeants se tiennent à leurs quatre axes forts : le bien-être, avec la programmation par exemple du réveil pour un allumage en douceur; le confort, avec le regroupement des ampoules d'une seule et même pièce; l'écologie, avec une utilisation optimale des LED pour réduire la consommation d'énergie; et la sécurité, avec déclenchement des alarmes lumineuses. Les exemples et les initiatives semblent sans fin surtout lorsqu'ils nous parlent des possibilités d'associer et de synchroniser les appareils avec des outils de big data et de machine learning en vogue.

Antoine Vergnaud / Marc Schildt (www.lepetitjournal.com/hong-kong) - mardi 25 avril 2017

0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

SOCIÉTÉ

Une revue pour approfondir sa connaissance de Hong Kong

Le Centre d’etude Français de la Chine contemporaine publie cette semaine son nouveau numéro en français. Il dresse un état des lieux de Hong Kong vingt ans après la rétrocession.

Communauté

ÉVÉNEMENT

Les commémorations de l'armistice à Hong Kong

Hong Kong célébrait les 100 ans de la signature de l'armistice ce dimanche avec une cérémonie très solennelle au Cénotaphe. Elle était précédée par deux évènements marquants. Retour en images

Sur le même sujet