Samedi 26 mai 2018
Ho Chi Minh Ville
Ho Chi Minh Ville
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

SANTÉ – Quoi de neuf sur les hépatites virales?

Par Lepetitjournal Ho Chi Minh Ville | Publié le 05/04/2016 à 22:00 | Mis à jour le 06/04/2016 à 01:50

Appelée parfois une jaunisse- qui est en fait l'un des symptômes- une hépatite virale est une infection du foie due à un virus. On distingue 5 types d'hépatites virales : l'hépatite A, B, C, D et E, les trois premières étant les plus courantes. Elles touchent des centaines de millions de personnes à travers le monde. La journée mondiale contre l'hépatite a lieu le 28 Juillet de chaque année. (Publi-communiqué)

La gravité d'une hépatite est liée d'une part à sa virulence (affection aiguë) et d'autre part à son passage à la chronicité, avec évolution possible vers une cirrhose et un cancer du foie. Les affections chroniques concernent uniquement les virus B et C et tuent près de un million et demi de personnes par an.

 

Comment se transmet-on l'hépatite ?

La transmission des hépatites est différente selon leur type :
? L'hépatite A due au virus A (VHA) et l'hépatite E due au virus E (VHE), sont souvent appelées hépatites alimentaires en raison de leur transmission après ingestion d'eau ou d'aliments contaminés. Le VHA est une des causes les plus fréquentes d'infection d'origine alimentaire et sévit sous forme d'épidémie sporadique dans le monde.

? Les hépatites B et C sont respectivement dues au virus B (VHB) et C (VHC), tandis que l'hépatite D est un dû à un virus incomplet, le virus delta (VHD) qui n'atteint que les personnes ayant une hépatite B chronique. VHB, VHC et VHD se transmettent par contact avec le sang (transfusions, procédures médicales invasives, tatouages, piercing, acupuncture, manucure/pédicure...) ou avec les liquides biologiques d'une personne infectée, comme pour le virus de l'immunodéficience humaine (VIH), mais le VHB est 50 à 100 fois plus infectieux que le VIH et très résistant : il peut survivre jusqu'à 7 jours à l'air libre et n'est pas détruit par l'alcool ou l'éther. Il est donc fortement recommandé d'utiliser du matériel à usage unique ou après stérilisation en autoclave.
Les hépatites B et C peuvent également se transmettre par voie sexuelle et de la mère à l'enfant. L'hépatite B est la maladie sexuellement transmissible la plus répandue et la plus meurtrière de la planète.

 

Quels sont les principaux symptômes ?

Une fatigue extrême, une anorexie, des nausées, vomissements et des douleurs abdominales sont les principaux signes cliniques, qui peuvent durer des semaines. A l'examen, on constate un ictère (peau et yeux jaunes) et des urines foncées. Dans la plupart des cas, aucun symptôme ne se manifeste pendant la phase aiguë de l'infection pour les virus B et C et chez les jeunes enfants (moins de cinq ans). Le diagnostic est sérologique (prise de sang).

Parmi les personnes atteintes d'hépatite aiguë, un petit nombre présentera une insuffisance hépatique aiguë (hépatite fulminante) pouvant conduire au décès. Dans le cas de l'hépatite B, 90 à 95 % des adultes guériront en quelques semaines (3 à 12 en moyenne) et seront immunisées à vie. Par contre, elles ne pourront plus donner leur sang. Chez 5 à 10 % des adultes contaminés, l'HBV devient chronique et 20 à 30% d'entre eux développeront une cirrhose qui conduira à un cancer du foie dans 1/3 des cas.

L'évolution naturelle de l'hépatite C est à peu près la même que pour la B, sauf que le taux de passage vers une forme chronique est beaucoup plus élevé : de 55 à 85% des personnes infectées.
On parle de passage à la chronicité à partir de 6 mois d'évolution.

Contrairement aux hépatites B et C, l'hépatite A n'évolue jamais vers une forme chronique et est rarement mortelle, sauf en cas d'hépatite fulminante.

La période d'incubation, au cours de laquelle la personne est contagieuse, est très variable : 15 jours à 3 semaines pour HAV, 3 mois en moyenne pour HBV, 2 semaines à 6 mois pour HCV, 40 jours pour HEV.

 

Répartition mondiale de l'hépatite B et C (OMS):

Environ 240 millions de personnes sont porteurs d'une hépatite B dans le monde.
C'est en Afrique subsaharienne et dans l'est de l'Asie que la prévalence de l'hépatite B est la plus forte (vert foncé sur la carte), avec une proportion de la population adulte chroniquement infectée comprise entre 5 et 10%.
Le Vietnam fait partie des pays les plus fortement touchés, avec une prévalence de porteurs d'HBV chronique qui peut atteindre 15%.

Concernant l'hépatite C, on estime que 170 millions d'individus vivent avec une hépatite C chronique. On rencontre l'hépatite C partout dans le monde. Les régions les plus touchées sont l'Afrique et l'Asie centrale et orientale (en orange foncé sur la carte). Au Vietnam, ce sont essentiellement les usagers de drogue injectables qui sont porteurs d'une HVC chronique.

 

Comment s'en protéger ?

La vaccination est de loin la meilleure façon de se protéger des hépatites virales A et B. Pour l'hépatite A, une injection (à partir de un an) protège à 100% et un rappel 6-12 mois après donne une protection à vie. Il est également possible d'administrer le vaccin dans la semaine qui suit la contamination.

La vaccination contre l'hépatite B peut être réalisée dès la naissance, selon un schéma vaccinal en 3 ou 4 doses, sans rappel ultérieur. Depuis 1982, plus d'un milliard de doses de vaccins contre l'hépatite B ont été administrées dans le monde. Le taux est ainsi passé de 8 à 15% d'enfants porteurs chroniques à moins de 1%. La vaccination contre l'hépatite B protège aussi contre VHD.

Il n'existe pas de vaccin contre l'hépatite C. La prévention passe par la réduction du risque d'exposition au VHC et l'information aux populations à risque (usagers de drogues, partenaires multiples etc?).

 

La grande avancée: le traitement de l'hépatite C :

Jusqu'à une date très récente, les traitements contre VHC étaient réservés aux cas les plus graves. Ils étaient longs, souvent mal tolérés, chers et pas toujours efficaces.

Avec l'arrivée des nouveaux antiviraux en 2014, c'est une véritable révolution qui s'est installée : ces traitements sont plus courts (3 mois au lieu de 12), extraordinairement efficaces (plus de 95% de guérison) et bien tolérés. Seul obstacle majeur : leur coût. La France vient de déclarer l'accès à un traitement universel avec comme objectif à court terme une éradication de la maladie en 2020.

 

 

 

International SOS Clinic (lepetitjournal.com/Hochiminhville) 6 Avril 2016

0 CommentairesRéagir
Sur le même sujet