Samedi 31 juillet 2021
Heidelberg Mannheim
Heidelberg Mannheim

Flirt et pandémie, est-ce bien compatible ? Des jeunes témoignent

Par Sophie Régis | Publié le 16/12/2020 à 15:53 | Mis à jour le 17/12/2020 à 18:34
Photo : © Pixabay
Flirt jeunes Covid-19 Allemagne

Les protocoles sanitaires imposés depuis mars 2020 par la pandémie mondiale ont grandement modifié et surtout réduit la vie sociale de chacun. Avoir 20 ans en période de Covid-19 peut s’avérer difficile surtout quand il s’agit d’amour. Alors, comment font les jeunes aujourd’hui pour flirter, vivre leur insouciance et l’éveil des sens ? Comment faire des rencontres tout en respectant les règles de distanciation sociale et le port du masque alors que l'Allemagne ne fait que serrer la vis en ce qui concerne les restrictions liées à la Covid-19 ?

Tiraillée entre l’envie de rencontrer de nouvelles personnes et l’inquiétude de la contamination, la génération Covid doit faire face à de nombreuses frustrations, qui ne sont pas sans rappeler celles qui ont découlé de l’apparition du SIDA dans les années 80.

La rédaction a volontairement tendu le micro à plusieurs étudiants qui s’expriment sur le sujet même si la thématique des rencontres concerne aussi bien évidemment d’autres tranches d’âge.

Sophia, Friederike, Julia, Lou, Karl, Antonia, Hannah, Lou et Nina, tous étudiants à l’université en Allemagne, se sont ainsi confiés et évoquent leur nouvelle vie en pleine crise sanitaire, leur nouvelle façon de flirter ou pas, ils nous ont aussi fait part de leurs craintes.

Témoignages.
 

Rencontrer des gens sur une application de rencontre, c’est le meilleur moyen d’augmenter ses chances d’attraper le virus

 

Sophia, 20 ans, étudiante espagnole de 3ème année en Histoire et Sociologie : « Le coronavirus  a eu un impact fort sur notre façon de flirter mais il a surtout tout changé autour de nous. Face au confinement et à toutes les mesures restrictives, je me suis inscrite sur différents sites de rencontre. C’était une assez bonne expérience, j’ai pu rencontrer des gens que je n’aurais jamais eu l’occasion de rencontrer en temps normal et encore moins en temps de Covid. Je me suis inscrite en septembre 2020 sur ces applications et à ce moment-là j’allais rencontrer les gens dans la vraie vie, dans un bar ou un café. Mais aujourd’hui, je n’ose plus car j’ai trop peur de me faire contaminer. Rencontrer des gens sur une application de rencontre, c’est le meilleur moyen d’augmenter ses chances d’attraper le virus. »
 

flirter Covid Allemagne
© Pixabay

 

 

ça fait très longtemps que je n’ai pas fait la fête

 

Friederike, 19 ans, étudiante allemande en Théologie : « Franchement, en ce moment je ne vois pas avec qui je pourrais flirter. En général, on rencontre de nouvelles personnes dans les fêtes parce que ce sont des amis d’amis. Mais aujourd’hui, ce genre d’événement n’est plus du tout possible, ça fait très longtemps que je n’ai pas fait la fête. Et même quand on peut rencontrer de nouvelles personnes par d’autres moyens, il reste toujours l’énorme barrière du masque et de la distanciation sociale qui handicape beaucoup nos interactions avec l’autre…

Dans cette période un peu spéciale, je pense qu’il est tout à fait possible de rester en contact avec quelqu’un qu’on connaît mais construire quelque chose de nouveau avec une nouvelle personne reste compliqué. Personnellement, je vis dans un foyer, je crois que c’est le seul endroit où je peux faire des rencontres sinon je n’en vois pas d’autres. En ce qui concerne le risque de contamination, je fais toujours en sorte de voir les gens dehors pour une balade en forêt par exemple, où je sais qu’il y a peu de risques de contamination. »
 

Je me fais une raison, ce n’est pas vraiment le moment de rencontrer quelqu’un


Julia, 22 ans, étudiante allemande en Physique « Aujourd’hui, je crois que le seul moyen que j’ai de rencontrer de nouvelles personnes, ce sont les cours. Personnellement, je suis tous mes cours en ligne mais de temps en temps, il faut rendre des travaux de groupes. J’ai donc l’occasion de parler en tête à tête avec d’autres étudiants par visioconférence. Je pense qu’il est possible de trouver quelqu’un de cette façon mais j’ai peu d’espoir en ce qui me concerne : certains de mes camarades de travail ne mettent même pas leur vidéo pendant les séances de travail en ligne alors, forcément, ça n’aide pas à faire connaissance. Mais je me fais une raison, ce n’est pas vraiment le moment de rencontrer quelqu’un. J’essaie vraiment de limiter mes contacts avec l’extérieur, je ne vois en vrai que les gens que je connais bien, soient 4 ou 5 amies et c’est tout. »
 

flirter Covid Allemagne
© Pixabay

 

 

C’est très difficile pour moi de ne pas étreindre ne serait-ce que mes amis

 

Lou, 20 ans, étudiante française en 3ème année de Philosophie : « Je trouve que la Covid a changé beaucoup de choses corporellement aussi bien en amour qu’en amitié. Je n’arrive d’ailleurs toujours pas à m’y faire. C’est très difficile pour moi de ne pas étreindre ne serait-ce que mes amis. Pour rencontrer des gens, je n’ai pas d’autres moyens que le lycée mais comme je suis en couple, je n’y prête pas vraiment attention. Mais même en étant en couple, je trouve que ce risque de contamination est extrêmement culpabilisant. J’ai continuellement peur de contaminer ou de me faire contaminer. On n’arrête pas de nous dire sur tous les réseaux qu’il faut garder une distance d’un mètre et de ne pas toucher les autres, alors à chaque fois que je suis proche de ma moitié, je me sens mal. Je me sens jugée par les gens dans la rue qui doivent se dire que je suis complètement inconsciente alors qu’en réalité les couples n’ont pas d’autre choix que de prendre le risque de se contaminer mutuellement, enfin j’imagine… »




Karl, 20 ans, Etudiant erasmus français en Histoire de l’art : « Je me suis inscrit sur un site de rencontre en septembre parce que je savais que je n’allai pas avoir de cours en présentiel et donc peu d’occasions de rencontrer de nouvelles personnes. J’ai rencontré sur une application mon copain actuel. Il y a quelques semaines, il a attrapé la Covid-19 et donc je l’ai eue aussi. Il a fallu que je me mette en quarantaine pendant une dizaine de jours mais dès que mon auto-isolation fut terminée, je suis directement retourné le voir. »

​​

flirter Covid Allemagne
© Pixabay

 

Covid-19 ou pas, je vois régulièrement mon copain

 

Antonia, 20 ans, étudiante allemande : « Pour moi, la crise sanitaire n’a pas changé grand-chose, j’étais déjà en couple avant la pandémie et Covid-19 ou pas, je vois régulièrement mon copain. Il a d’ailleurs attrapé la Covid mais je ne l’ai pas eue de mon côté, enfin, disons que je n’ai pas eu de symptômes… »


Hannah, 20 ans, étudiante erasmus française en Sciences Politiques : « Personnellement, je ne rencontre absolument personne à part mes colocataires. Comme je suis en relation à distance, ça ne me dérange pas. Mais c’est vrai qu’en ce moment j’évite même d’inviter mon copain chez moi car Noël approche et je vais sûrement voir mes grands-parents donc je dois faire très attention à ne pas les contaminer. La période de la Covid n’est vraiment pas faite pour faire des rencontres. »

 

J’ai hâte de retrouver la vie d’avant la Covid


Nina, étudiante allemande en 3ème année en Sciences Politiques : « J’ai tenté comme plusieurs de mes amis de m’inscrire sur un site de rencontre mais ça ne m’a franchement pas réussi. J’ai un peu abandonné le fait de rencontrer de nouvelles personnes, ce n’est sûrement pas le bon moment pour trouver quelqu’un. La Covid handicape beaucoup nos relations sociales et c’est parfois difficile que ce soit en amour ou en amitié de se restreindre. J’ai hâte de retrouver la vie d’avant la Covid. »

 

Nous vous recommandons
Sophie REGIS FB_IMG_1603433245442

Sophie Régis

Sophie aime la danse, le cinéma, la musique... Dynamique et volontaire, sa devise c'est "J'aime tout et je n'ai peur de rien !". Occasionnellement, elle manie aussi sa plume en tant que rédactrice web à Lepetitjournal.com Allemagne.
0 Commentaire (s) Réagir

Expat Mag

Nouvelle-Calédonie Appercu
PHOTO

Covid-19 : les anti pass-sanitaire et antivax manifestent au Congrès à Nouméa

Retour en images sur la manifestation de ce samedi 31 Juillet devant le Congrès de Nouméa, cortège formés d'anti-vaccins et d'anti-pass sanitaire qui exultent leur droit à la liberté individuelle.