Jeudi 15 novembre 2018
Heidelberg Mannheim
Heidelberg Mannheim
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Changement d’heure – La faute aux Allemands ?

Par Lepetitjournal Heidelberg Mannheim | Publié le 27/10/2018 à 18:06 | Mis à jour le 27/10/2018 à 21:37
Photo : (Photos © Pixabay)
time-1739629_960_720

Nous passons à l’heure d’hiver ce dimanche 28 octobre. Il faudra penser à reculer d’une heure vos montres dans la nuit de samedi à dimanche. A 3h, il sera 2h. Mais saviez-vous que l’Allemagne est pionnière en matière de changement d’heure ?

Une idée née au 18ème siècle

Si Benjamin Franklin avait déjà évoqué à la fin du 18ème siècle la possibilité de jouer sur les fuseaux horaires pour réaliser des économies d’énergie, c’est en avril 1916, lors de la Première Guerre mondiale que l’Allemagne a commencé à changer d’heure devenant pionnière en matière de changement d’horaire suivie un mois plus tard par le Royaume-Uni, la France en 1917 et les Etats-Unis en 1918. Le changement ne concernait alors que l’heure d’été qui faisait notamment ajouter à la France une heure par rapport à l’heure légale, (GMT + 1 heure).

De "l’heure allemande" à l’abandon d’un système

Pratique aujourd’hui très controversée, l’introduction de l’heure d’hiver en France date de l’occupation allemande en 1940 où la France devait ajouter une heure en hiver par rapport à Greenwich et deux heures en été. Les deux pays avaient en effet deux heures de décalage horaire entre eux si bien que les nazis décidèrent d’uniformiser l’heure dans le Reich et de mettre la France « à l’heure allemande ». Seule la France libre, s’est ainsi retrouvée en décalage pendant l’occupation. Système abandonné à la fin de la Seconde Guerre en 1945, celui-ci a été réintroduit en France en 1975 après le choc pétrolier de 1973 et adopté dans l’ensemble de l’Union européenne dans les années 80’ qui a également instauré l’heure d’été dans tous les autres pays de L’UE. L’idée était de permettre la réalisation d’économies d’énergie en utilisant davantage la lumière naturelle et profiter des moments d’ensoleillement. Or, ces économies se sont révélées insuffisantes et ces changements répétés au cours de l’année, entre l’heure d’été le dernier dimanche de mars et l’heure d’hiver le dernier dimanche d’octobre n’ont pas toujours fait l’unanimité. Ceux-ci provoqueraient des troubles du sommeil, particulièrement chez les femmes et les enfants, favoriseraient les accidents cardiaques et joueraient un rôle dans la propension au suicide.

Dernier changement d’heure ?

En Allemagne, une étude révèle que 70% des Allemands sont défavorables au changement d’heure qu’ils trouvent inutile et qui perturbe leur quotidien, tandis que 80 % des Européens interrogés (4,6 millions) lors d’un sondage en ligne de l’Union européenne en juillet dernier, souhaitent son pur et simple abandon. Dans les gares allemandes, ce sont 17.000 pendules à mettre à la bonne heure en une nuit dans tout le pays, et lors du passage à l’heure d’hiver, ceux qui travaillent de nuit sont sur le pont une heure de plus !

Face à tous ces constats remettant en cause l’utilité d’une pratique datant du siècle dernier, une décision de l’Union européenne en faveur de l’arrêt du changement d’heure en Europe devrait nous libérer du casse-tête classique « Alors, une heure de plus ou de moins ? » et laisser reposer nos neurones de cette gymnastique biannuelle. Les pays européens devront prendre une décision avant les élections européennes de 2019, et faire un choix entre l’heure d’été ou d’hiver. Affaire à suivre…

Valérie Keyser (www.lepetitjournal.com/francfort), samedi 27 octobre 2018

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter
Suivez-nous sur facebook
Suivez-nous sur twitter

(Photo © Pixabay) www.deutschland-tour.com

0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

Francfort Appercu

CONSOMMATION - Aldi fait un rappel d’urgence sur un de ses produits

Un produit est rappelé de toute urgence dans certaines filiales du discounter Aldi Nord. Il s’agit des barres chocolatées fourrées « BelRoyal Nugat-Baumstamm» susceptibles de provoquer des allergies.