ARMISTICE- Le coquelicot, symbole controversé en Irlande

Par Lepetitjournal Dublin | Publié le 11/11/2022 à 01:00 | Mis à jour le 14/11/2022 à 17:44
coquelicot, poppy

En ce 11 novembre qui célèbre l'Armistice de la Première Guerre mondiale signé en 1918, le coquelicot (ou Poppy en anglais) est devenu le symbole du "Remembrance Day", jour de souvenir en hommage aux soldats morts lors des deux guerres mondiales en Grande-Bretagne et dans les pays du Commonwealth. Mais pourquoi le coquelicot et pourquoi les Irlandais, malgré leur importante participation à la grande guerre, débatent souvent férocement sur l'opportunité de porter ce symbole ?

"In Flanders Fields, the poppies Blow, Between the crosses row on row, ?" débute le poème écrit par le Lieutenant Colonel John McCrae du corps expéditionnaire canadien à la vue des coquelicots qui avaient envahi les champs de blé, théâtres de sanglantes batailles durant la Première Guerre Mondiale.

John McCrae était alors chirurgien affecté à une brigade d'artillerie canadienne à Ypres, dans les Flandres. Il écrivit ce poème à son poste de secours après la mort d'un ami, en 1915. John McCrae mourut pendant la guerre, en mai 1918.

Les coquelicots sont donc portés pour commémorer les morts de la guerre, car ce sont les fleurs qui ont poussé sur les champs de bataille du front occidental, en France et en Belgique, à la suite des combats.

Des millions de victimes, 19 nations engagées

Une fois la paix signée, le coquelicot a été adopté comme symbole de ces champs de bataille et de cette Grande Guerre qui a fait près de 10 millions de morts et à laquelle ont participé 19 nations.

Cette tradition se répandit particulièrement en Grande-Bretagne, dans les pays du Commonwealth ayant participé à la guerre (Australie, Nouvelle-Zélande), au Canada, aux Etats-Unis, et en Irlande. Grande alliée de la France, la Grande-Bretagne compta 760.000 morts à la fin du conflit. Les forces britanniques ont été particulièrement touchées au cours de la bataille de la Somme en 1916, avec 500.000 morts, blessés ou disparus. Parmi eux se trouvaient 50.000 soldats Irlandais engagés dans les forces armées britanniques (Plus de 200 000 Irlandais ont participé à l'effort de guerre).

Le coquelicot, un symbole controversé en Irlande

Jour férié en France où il est de coutume de porter des gerbes de fleurs aux monuments aux morts, le 11 novembre est célébré en Irlande et en Grande-Bretagne le dimanche le plus proche de cette date. Ce Dimanche aura donc lieu diverses cérémonies auxquelles prendront part certains officiels qui pour certains arboreront le Poppy à leur veste. Mais pas tous, car en termes de symbolisme, l'occasion est parfois compliquée pour les membres des partis politiques irlandais qui ont leurs racines à l'époque du soulèvement de 1916 et de la guerre d'indépendance.

En effet, les héros irlandais du début du XXe siècle sont Collins, Pearse, Connolly... les chefs du soulèvement de Pâques de 1916, qui ont combattu pour l'idée d'une Irlande libérée de la domination britannique. Il est alors aisé de comprendre pourquoi il peut sembler difficile aux Irlandais de porter le coquelicot qui commémore les mêmes forces britanniques qui, en 1916, ont exécuté les chefs du soulèvement.

Vous pouvez être ainsi assuré que tous les ans, une polémique ou deux éclatent au sujet d'un ou d'une telle qui aurait ou n'aurait pas dû porter le fameux Poppy pour l'occasion.

Cette année c'est le comédien Paul Mescal, connu pour son rôle dans la série à succès Normal People qui en a fait les frais. Participant à un émission TV en Angleterre (Graham Norton Show), il lui  a été fait le reproche par certains téléspectateurs de ne pas arborer le symbole en cette période de commémorations.

 

 

Il a également été demandé au Taoiseach (Premier Ministre irlandais) Micheál Martin de commenter le port du coquelicot, lui qui a décidé de porter un coquelicot avec un trèfle pour marquer le jour de l'Armistice lors du sommet du British Irish Council à Blackpool.

S'adressant aux journalistes, il a déclaré qu'il ne pense pas que le port du coquelicot soit aussi "controversé que certains le suggèrent". 

"Je pense que les gens comprennent la nécessité de se souvenir de ceux qui ont perdu la vie à la guerre dans le passé et, en Irlande en particulier, après l'accord du Vendredi Saint, je pense que nous sommes entrés dans une nouvelle réflexion mature sur toutes ces questions.

"De nombreux Irlandais sont morts dans les deux grandes guerres. Je pense qu'il est approprié, notamment lors du sommet du Conseil anglo-irlandais, qui reflète l'esprit de l'accord du Vendredi saint, qui est une institution de l'accord du Vendredi saint, que nous rendions dûment hommage à ceux qui ont perdu la vie au cours de la Première et de la Seconde Guerre mondiale et d'autres conflits.

"Je n'ai aucune difficulté à cet égard. Je pense que la grande, grande majorité des Irlandais sont d'accord sur ce point", a-t-il déclaré. 

 

logofbdublin

Lepetitjournal Dublin

LePetitJournal.com/Dublin, c'est le média de référence on-line pour les Français et francophones d'Irlande et de tous les amoureux de l’ile d'émeraude
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Dublin !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Gael Parent

Rédacteur en chef de l'édition Dublin.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale