Vendredi 14 décembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Docteur Nakamou, la médecine au service du bien-être

Par Irène Idrisse | Publié le 15/06/2018 à 05:00 | Mis à jour le 15/06/2018 à 05:00
Dr Nakamou-5

Lorsque la pratique régulière d’une activité physique se pose en tant que  médecine préventive et curative, s’insère dans le quotidien des populations et régénère des vies, on ne peut que féliciter l’homme à l’origine de l’initiative. Le Docteur Mamadou Sy aka Docteur Nakamou est cet homme. Docteur, chercheur et pédagogue, il  démontre par son Association que le soin de soi n’incombe pas qu’au médecin mais résulte également d’une prise en charge personnelle et individuelle.

Asseyant ainsi cette vérité toute simple et pourtant essentielle : l’être humain est le premier acteur de sa santé et de facto, de certaines de ses maladies.

… participer à la prise de conscience afin qu'un programme national de prévention primaire des maladies non transmissibles soit mis en place 

Pouvez-vous vous présenter ? 

Je suis le Dr Mamadou SY, médecin généraliste sénégalais, plus connu sous le nom de Docteur Nakamou.

 

Dr Nakamou

 

Qu’est ce que le vocable « Nakamou » signifie ? Et pourquoi ce pseudo ?

Docteur est un titre académique souvent associé au respect mais aussi inaccessible. Nakamou est un terme familier dans la langue wolof signifiant « comment vas tu ? ». On se le dit entre copains. A travers le vocable « Docteur Nakamou » nous avons voulu changer le rapport du médecin avec la communauté. Le dit médecin devient membre de la communauté et s'engage auprès d'elle. 

 

Le but de l'association Docteur Nakamou est de changer le rapport du médecin à sa communauté.

 

Vous êtes très actif sur les réseaux sociaux. Pourquoi cette multi-présence ? 

Je suis présent sur les réseaux sociaux car c'est là que se trouve ma principale cible : les jeunes. Mais aussi car les réseaux sociaux sont un moyen de communication gratuit et qui nous permet d'avoir un impact au delà de nos frontières physiques. Nous nous sommes engagés dans la lutte contre les maladies non transmissibles qui constituent une pathologie globale touchant tous les pays. 

 

Quel est  le but de l’Association du Docteur Nakamou, association que vous avez créée ? 

Le but de l'association Docteur Nakamou est de changer le rapport du médecin à  sa communauté. Ceci se traduit par un engagement de sa personne et la promotion d'un message de prévention. Celui-ci se fait à travers une communication simple et accessible à la cible, innovante et sortant des cadres auxquels le message médical est le plus souvent confiné. 

 

…notre plus grande joie vient du fait de voir des membres de la communauté s'approprier le message et être des acteurs de sa transmission. 

Depuis quand l’avez-vous mise en place et de quel constat découle sa création ?

Nous sommes actifs depuis 2012 mais l'association Docteur Nakamou existe légalement depuis 2016. Sa création fait suite au constat qu'il y a peu d'investissement dans l'éducation sanitaire et la prévention ; mais aussi du fait que celle-ci doit être innovatrice et s'adapter à sa cible. 

 

Docteur Nakamou

 

Quelle est l’histoire la plus touchante dont vous avez eu écho, relative à ce que votre initiative a changé dans la vie de ceux qui y participent ou de ceux appliquant vos conseils ?

Les histoires sont nombreuses. Mais notre plus grande joie vient du fait de voir des membres de la communauté s'approprier le message et être des acteurs de sa transmission. Ceci est notre plus grand succès et notre plus grand plaisir. 

 

Le sport fait-il partie des us et habitus sénégalais ?

Le Sénégalais est naguère sportif alors que la sénégalaise l'est moins. Des barrières culturelles, environnementale, économiques, etc font que la pratique sportive ou plutôt celle de l'activité physique régulière n'est pas accessible à tous et toutes, comme nous le souhaiterions. 

 

Au Sénégal, la séduction chez les filles induit un genre d’éloge de la lenteur ; de ce fait, sont-elles plus soumises aux maladies type diabète hyper ou hypotension artérielle que les hommes ? 

La grâce de la Sénégalaise s'exprimant par l’apologie de la lenteur ou une prise de poids voulue et parfois provoquée, peuvent être le lit de maladies telles que l'hypertension artérielle. Mais heureusement les femmes, grâce aux hormones, sont plutôt protégées par rapport aux hommes. Mais elles n'en sont pas pour autant épargnées du fait de la sédentarité, le surpoids, l'alimentation trop sucrée ou trop salée et des facteurs génétiques qu'on ne maîtrise pas.

 

Des statistiques quant au taux de diabète et maladies cardio vasculaires dans la population sénégalaise ?

 

Les chiffres les plus récents qui nous servent de référence nous viennent de l'étude STEPS* réalisée  au Sénégal en 2015. 24% pour l'hypertension artérielle et 5% pour le diabète dans la population adulte. 

Nous délaissons nos mets pour des produits transformés qui sont souvent très riches en sel et en sucre.

Quid de l’alimentation qui a un rôle considérable dans les maladies que vous combattez ?

Ce même rapport nous confirme ce qu'on savait déjà. Nous mangeons trop sucré, trop salé et ne consommons pas assez de fruits et de légumes. 

 

Docteur Nakamou

 

Quel écho avez-vous eu de vote campagne visant à pousser les gens à changer leurs habitudes alimentaires ?

Notre campagne est aujourd'hui connue et reconnue mais elle reste à l'échelle d'une petite communauté. Notre vœu est de participer à la prise de conscience afin qu'un programme national de prévention primaire des maladies non transmissibles soit mis en place. 

 

Lesdites habitudes alimentaires varient-elles suivant les régions ?

Je n'ai pas une expérience de toutes les régions du Sénégal mais il va de soi qu'il y a des habitudes alimentaires qui varient par rapport à la disponibilité des denrées mais aussi la culture locale. 

 

Est-il aisé de changer les coutumes alimentaires ? Notamment concernant le thieb et l’huile ?

Il n'est pas question des "coutumes alimentaires". Au contraire, si l’on pouvait les maintenir, le mal serait moindre. L'augmentation de ces maladies est plutôt liée au changement de ces habitudes. Nous délaissons nos mets pour des produits transformés qui sont souvent très riches en sel et en sucre. Ceci fait partie des effets de la globalisation. 

Pour le riz et l'huile, il suffit de les réduire et augmenter la consommation de fruits et légumes. 

 

Pouvez-vous nous donner un exemple de menu équilibré pour le petit-déjeuner, déjeuner et diner d’une journée?

Il faut d'entame signaler qu'il n'y a pas de régime que tout le monde doit suivre. Il s'agit de principe que chacun peut adapter par rapport à ses goûts et la disponibilité des denrées. 

Petit déjeuner: une orange locale, un bol de coucous de mil et du lait, de l’eau. Déjeuner: du riz au poisson, une banane, de l’eau. Dîner: salades, poisson braisé, eau.

 

Quelle est votre définition du sport ? Est-ce un remède majeur à part entière ? 

On utilise à  tort le terme sport qui désigne une compétition. Le terme correct est activité physique régulière. Il peut s'agir de la marche, la course à pied, la natation. La meilleure activité physique est celle où l’on prend du plaisir. 

 

Au-delà des initiatives bienheureuses comme les vôtres, le  monde médical fait parfois la une pour de fort tristes raisons : femme enceinte morte en couches,  enfant qui pour une banale fracture se voit mal plâtré, s’ensuit une gangrène, une ou plusieurs amputation successives, suivie d’une mort atroce par la faute d’un monde médical qui privilégie l’argent aux soins et la vie de patients. Des histoires de ce genre, même lorsqu’elles ne font pas la une des journaux sont malheureusement trop nombreuses et ne devraient pas être. Dans un monde fortement monétisé où l’argent est le but et la morale quasi inexistante idem pour la parole donnée, quelle place tiennent la vocation et le serment d’Hippocrate qui pour ce dernier soumet pourtant le praticien à un code déontologique dont il ne peut – normalement - se défaire sous peine de parjure?

J'ai travaillé plusieurs années à l'hôpital pour ensuite embrasser ma carrière actuelle ou j’interagis très peu avec des malades. Je fais plutôt de la prévention. Je ne saurais vous dire si ces propos sont anecdotiques ou pas. 

 

Votre initiative sauve véritablement des vies, réjouit le cœur et démontre que le changement est possible et donc qu’en matière d’amélioration des conditions de vie, les choses paraissant immuables ne le sont pas. Quelle(s) satisfaction(s) en retirez-vous ?

Notre satisfaction est de voir la communauté assimiler le message et le porter. 

 

Quels sont vos projets ?

Notre vœu est de consolider notre initiative et ensuite de la développer dans d'autres villes et d'autres pays. 

 

Le mot de la fin ?

Nous vous remercions pour cette opportunité que vous nous donnez pour partager notre passion pour la lutte contre les maladies non transmissibles. 

 

Préférences du Dr Nakamou

 

Médicament ou « médicament » préféré : le sourire

Adage préféré : " Ce qu'on pense n'est pas toujours ce qu'on dit. Ce qu'on a dit n'est pas toujours ce les autres entendent. Ce que les autres entendent n'est pas toujours ce qu'on veut leur faire comprendre. "

Repas préféré : Pondu ( un plat congolais à base de feuilles de manioc)

 Site du Dr Nakamou 

0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Dakar

CULTURE

BD Passion : un espace dakarois dédié à la culture et aux loisirs

Coup de cœur pour ce lieu unique à Dakar, BD Passion, dédié aux livres, aux jeux et aux activités culturelles pour les petits et les plus grands. Rencontre avec Marieme Seck, fondatrice de BD Passion.