Jeudi 20 septembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

ALINE KUSTER MENAGER - Interview de l'ambassadrice de France auprès de la République du Bénin

Par Lepetitjournal Cotonou | Publié le 27/06/2016 à 07:24 | Mis à jour le 22/05/2017 à 14:41

 

S.Exc. Madame Aline KUSTER-MENAGER est Ambassadrice de France auprès de la République du Bénin. Nommée à ce poste en juin 2013, elle était précédemment Ambassadrice à Kampala (Ouganda). Elle a accepté de recevoir Lepetitjournal.com de Cotonou dans les locaux de la résidence de l'Ambassade pour nous parler de son parcours professionnel, tourné vers la diplomatie, notamment en Afrique, ainsi que des évènements qui ont marqué, jusqu'à présent, son poste à Cotonou.

Avant de devenir ambassadrice, Madame Aline Kuster-Menager a affiché un parcours orienté vers la diplomatie et le développement économique en Afrique

Née en 1957 à Besançon, Madame Aline Kuster-Menager est mariée et mère de trois enfants. Titulaire d'une licence ès sciences économiques de l'Université de Besançon et diplômée de l'Institut d'études politiques de Paris, elle est recrutée en 1980 au Ministère des Affaires étrangères par la voie du concours de secrétaire adjoint des Affaires Etrangères.

Son parcours est d'emblée dirigé vers la diplomatie et vers l'Afrique puisqu'elle est envoyée pour un premier poste en Ambassade à Brazzaville au Congo.

De retour à Paris quatre ans plus tard, elle intègre la Direction des français à l'étranger et des étrangers. Puis, en 1986, elle repart pour quatre années en Afrique, cette fois-ci au Cameroun en tant que Consul-adjoint au consulat général de France à Yaoundé. En 1990, elle revient en France et intègre la Direction des Affaires économiques du MAE.

En 1994, elle signe la case « Asie » de son parcours et intègre l'Ambassade de France à Bangkok en Thaïlande tout d'abord en tant que Représentant permanent adjoint auprès de la Commission économique et sociale pour l'Asie et le Pacifique (1994-1996), puis en tant que premier conseiller à l'ambassade (1996-1998).

Cette expérience est suivie d'un nouveau retour à Paris où elle intègre, trois années durant, la section des droits de l'homme à la direction des Nations Unies, puis la direction de la Coopération internationale et du développement en tant que chef du département Afrique et Océan indien. Ces différentes fonctions lui permettent, outre d'enrichir son expérience diplomatique, de développer des connaissances et compétences dans le domaine du développement.

En 2004, elle intègre, toujours en France, la direction de la Coopération internationale et du développement en tant que sous-directrice de la programmation et des affaires financières. Cette nouvelle fonction, plus budgétaire, axée sur des programmes de développement en Afrique, s'avèrera par la suite être un atout indéniable pour piloter une équipe en Ambassade.

Enfin, en 2006, elle est détachée au Ministère de l'écologie et du développement durable et prend le poste de sous-directrice à la Direction des affaires internationales. C'est quatre ans plus tard, en 2010, à l'issue de cette fonction, qu'elle fait sa demande pour un poste d'Ambassadeur en Afrique.

Elle obtient son premier poste d'Ambassadrice en 2010 en Ouganda, puis en 2013 au Bénin

Arrivée en juin 2013 à Cotonou, il s'agit de son deuxième poste en tant qu'Ambassadrice puisqu'elle a auparavant exercé cette fonction durant trois ans à Kampala en Ouganda.

En Ouganda, l'approche diplomatique était différente de celle qu'elle rencontre aujourd'hui au Bénin, où les relations de coopération existent de longue date. A Kampala, Madame l'ambassadrice a mené des actions de développement de la relation. Elle a été sollicitée sur des questions d'intérêt économique français et a travaillé entre autre à l'aboutissement du dossier pétrolier avec l'entreprise Total. Elle a également travaillé sur une dimension de diplomatie régionale avec l'ONU.

Au Bénin en revanche, la relation de coopération avec la France existant depuis longtemps, la position diplomatique est plus basée sur des actions bilatérales en matière de circulation des personnes, de justice, de sécurité, de relations universitaires en lien avec l'Agence française pour le développement (AFD) et en matière de promotion culturelle avec l'Institut Français.

Les actions et événements qui ont marqué le mandat de Madame l'ambassadrice au Bénin

Au cours de ce mandat, la France a continué à mettre en ?uvre au Bénin les grands axes d'une coopération où l'éducation et la jeunesse tiennent une place centrale.

En matière de coopération avec les universités, de nouveaux engagements pour l'emploi et la professionnalisation des jeunes ont été pris. Il s'agissait de développer le lien avec le monde de l'entreprise. L'accent a été mis sur les formations en alternance dans 4 secteurs prioritaires : les formations d'ingénieurs avec l'Université d'Abomey-Calavi, l'agro-alimentaire, les espaces protégés et l'apprentissage du français avec la création d'un centre de langue à l'Université de Parakou.

Dans le secondaire, le projet d'Appui à la Formation Professionnelle et de l'Insertion des Jeunes (AFPIJE), soutenu par l'AFD, entend répondre à la priorité du gouvernement à assurer une formation en adéquation avec les besoins du secteur privé. L'accent a ainsi été mis sur le développement de la filière professionnel dans les lycées.

Il s'agissait également, en lien avec le bureau de Campus France, de rationnaliser la procédure de visa et de bourses scolaires Pour une meilleure mobilité universitaire entre la France et le Bénin.

En matière de culture, un plus grand travail a été effectué avec l'Institut pour le développement de la francophonie. En outre, plus de débats d'idées et de conférences ont été organisés.

La COP21 est également venue s'installer au cours de ce mandat. Il s'est donc agit, jusqu'à la fin de l'année 2015, d'organiser des actions en lien avec les ambitions du gouvernement français en matière d'environnement et de développement durable. Des débats et activités de terrain en rapport avec le changement climatique, ont permis de mesurer l'intérêt et l'engagement de la société béninoise sur ces questions.

L'Ambassade a, en outre, mis en place une journée de la biodiversité avec des promenades organisées dans les jardins de la résidence, qui ont rencontré un fort succès. La résidence, créée en 1960 a également subit une rénovation de ses jardins et une nouvelle fresque a été inaugurée sur sa façade.

La visite du Président de la République, Monsieur François Hollande, en juillet 2015 a également mobilisé l'équipe diplomatique sur le premier semestre 2015.

Dans le cadre du renforcement de la lutte contre l'insécurité maritime et le partage de savoir-faire entre la France et le Bénin, la frégate de surveillance « Le Germinal » a effectué une escale à Cotonou.

Enfin, bien entendu, ce sont les élections présidentielles béninoises qui ont retenu l'attention des services de l'Etat français. L'Ambassade s'est, à l'issue du scrutin, attachée à nouer rapidement les contacts, à tous les niveaux, avec la nouvelle équipe gouvernementale afin d'être à son écoute et lui apporter son soutien, accompagnée de près par les différents représentants du gouvernement français qui se sont rendus au Bénin.

Le point de vue de Madame l'ambassadrice sur son poste

Le poste d'ambassadeur est des plus intéressants en Afrique francophone, et notamment au Bénin, car il existe une relation privilégiée avec les autorités et les différents acteurs.

Zoom sur la communauté française établie au Bénin

Le 15 avril 2016, le registre des français établis dans la circonscription consulaire de Cotonou comptait 3806 français. Le nombre de français au bénin augmente dans des proportions régulières (+14%) depuis 2008). La moitié de la communauté est âgée de 18 à 60 ans (53% d'homme et 47% de femmes). 30% de la communauté est âgée de moins de 18 ans (1155).

Parmi les français établis au Bénin : 40% sont double-nationaux (franco-béninois), 45% détiennent au moins une autre nationalité.

81% de la communauté vit dans l'ensemble urbain de Cotonou (intra-muros + banlieue)

La communauté peut bénéficier des services du centre médicosocial rattaché à l'Ambassade, l'Association Médico-sociale du Bénin (AMSB): créée en 2007, cette structure gère plus de 3000 actes médico-infirmier par an (chiffres 2015). Depuis 2015, elle gère les actions d'entraide et de solidarité en faveur des Français en difficulté.

Il existe au Bénin deux associations de français déclarée d'utilité publique (Union des Français à l'Etranger - UFE - et Français du monde - Association Démocratique des Français de l'étranger).

L'association Cotonou Accueil, affiliée à la FIAFE, s'occupe de l'intégration sociale des français, francophones et francophiles qui arrivent à Cotonou en organisant des activités, sorties et visites.

L'Etablissement Français d'Enseignement (EFE) Montaigne, inauguré en 1984, fait partie du réseau des 494 établissements français à l'étranger implantés dans 135 pays, réseau piloté par l'Agence pour l'Enseignement Français à l'Etranger A.E.F.E). Il a accueilli en septembre 2015, 1039 élèves de la maternelle (petite section) à la Terminale de lycée (séries ES,L et S).

Source : Ambassade de France au Bénin

 

La rédaction remercie grandement Madame l'ambassadrice d'avoir accepté cet entretien !

Pour plus d'information sur l'action de l'Ambassade de France au Bénin, visitez le site internet de l'Ambassade : http://www.ambafrance-bj.org/-Francais- et lisez la lettre du Bénin, rédigée tous les six mois environ qui relate les différentes actions menées : http://www.ambafrance-bj.org/-La-Lettre-du-Benin-

Florence Bourreau (www.lepetitjournal.com/cotonou) lundi 27 juin 2016

Crédit photo : service de presse de l'Ambassade de France au Bénin

0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Cotonou

#MAVIEDEXPAT

S’installer à l'étranger : 8 bons réflexes

Vous débutez une nouvelle aventure à l’étranger ? Où en êtes-vous dans vos démarches ? Pas de panique, nous avons listé les 8 incontournables à traiter dans les meilleurs délais.

Que faire à Cotonou ?

L’ARTISTE SLAMEUR AMAGBÉGNON : « mon cœur déborde de joie, malgré les menaces car j’ai la satisfaction du devoir accompli »

Amagbégnon de vrai nom EKLOU K. Amagbegnon Branly est un artiste slameur béninois qui écrit des textes à l’encre de la culture Vodoun et des réalités sociales en français et en langues

Sur le même sujet