Lundi 19 novembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

LUTTE CONTRE LA MALNUTRITION INFANTILE - Le Secours Populaire français en première ligne

Par Lepetitjournal Cotonou | Publié le 22/01/2017 à 20:59 | Mis à jour le 26/01/2017 à 13:18

 

Le Secours Populaire Français apporte une aide auprès de la population béninoise depuis plus de 20 ans avec un partenaire fiable et reconnu: le Conseil des Activités Economiques du Bénin. Les deux associations ont lancé début 2016 un grand projet de lutte contre la malnutrition des enfants de 0-5 ans dans le Sud Bénin en partenariat avec l'AFD et la région Bretagne. Ce lundi ce sont Mesdames Claudine Talon et la Directrice de l'AFD au Bénin ainsi qu'un représentant de l'Ambassade de France au Bénin qui se déplacent sur le terrain pour prendre connaissance du projet.

Le Secours populaire se rend régulièrement depuis une vingtaine d'année au Bénin pour aider le CAEB (Conseil des Activités Economiques du Bénin) dans divers projets sociaux.

Le CAEB est une association d'enseignants créée en 1967 qui mène des actions éducatives à travers le Bénin.

L'association milite pour que l'Ecole soit perçue comme un « espace de vie » pour les enfants avec des actions sur le terrain comme par exemple le forage de puits afin que les enfants aient un accès à l'eau.

En 1997 le CAEB a constaté un désengagement de l'Etat dans le secteur de la petite enfance. Afin de pallier le manque de moyen, le CAEB a créé des « clos d'enfants ». Le principe est basé sur le fait que les habitants des lieux où sont créés les clos fournissent le terrain et les revenus du champ exploité servent à payer les enseignants.

Ces enseignants sont des « mères éducatrices » formées par le CAEB avec le soutien du Secours Populaire. Huit clos ont ainsi été créés et l'objectif à terme est de sensibiliser l'Etat sur le fait que les bonnes pratiques d'enseignement mises en place  au sein des clos fonctionnent et sont transférables partout dans le pays.

Le CAEB lutte également contre l'absentéisme qui est perçu comme l'un des principaux freins à l'éducation des jeunes au Bénin. Cet absentéisme est dû en premier lieu au problème de paludisme et en second lieu à la malnutrition des enfants qui les empêchent d'être en bonne santé et de venir suivre les cours. C'est à ce titre qu'en 2009 est né un projet expérimental dans la commune des Aguégués qui s'est étendu à 8 villages du Sud Bénin.

Ce projet démarré en février 2016 est soutenu par l'Agence Français de Développement, par le Secours Populaire Français, par la Région Bretagne, la Ville de Brest et le Conseil Régional du Finistère.

Le CAEB et le Secours Populaire forment les assistantes sociales pour la prise en charge des enfants malnutris. Ils travaillent également en lien direct avec les mairies des villages pour qu'elles intègrent la malnutrition dans leur budget. Il y a déjà eu des avancées en la matière et des arrêtés ont été pris pour proposer des comités rassemblant les animateurs des villages qui sont des spécialistes en agroalimentaire, des  nutritionnistes, etc. Avec le soutien du Secours Populaire, les comités sont aujourd'hui presque autonomes indépendants.

Depuis 4 ans maintenant, outre les actions décrites ci-dessus, le Secours Populaire fait venir des enfants béninois dans un village vacances afin qu'ils puissent échanger sur la question des droits de l'enfant avec des enfants bretons, Malgaches et Haïtiens. A ce titre à été créé le « club des copains du monde », dans la lignée du mouvement initié un peu partout dans le monde par le Secours Populaire. Le projet « santé de l'écolier » est propre au Bénin. Il a pour vocation d'accompagner les enfants afin qu'ils sensibilisent leurs paires notamment sur l'hygiène et les aliments nécessaires à une bonne alimentation.

Le Secours populaire travaille avec des partenaires locaux dans une soixantaine de pays sur plus de 160 projets. Ce sont les fédérations locales qui mènent et soutiennent les projets. 

Vous pouvez aider le Secours Populaire Français

A titre d'exemple

? Suivi d'un enfant sur une année : 30 ?

? Parrainage d'un enfant sur 3 ans : 90 ?

? Achat des semences pour un village : 2 000 ?

? Prise en charge sur 1 an du matériel et des fournitures pour un village ( accessoires de cuisine, produits alimentaires pour la préparation des repas, semences vivrières...) : 5 000?

? Prise en charge sur 1 an des coûts de suivi des enfants d'un village (salaire des assistantes sociales et autres personnels béninois du projet): 5 000?

? Prise en charge, pour un village, des enfants malnutris et du comité villageois : 5 000 ?

? Prise en charge de l'ensemble de actions sur un des 8 villages, pendant une année: 15 000 ?

? Autres montants :??????. ?????????.. ????????.

 

Les dons sont à adresser à SPF/ conseil de région Bretagne 107, rue Jules ferry 22000 SAINT BRIEUC et mettre qu'il faut préciser Bénin au dos du chèque

 

 Rédaction (www.lepetitjournal.com/cotonou) lundi 23 janvier 2016

0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Cotonou

#MAVIEDEXPAT

S’installer à l'étranger : 8 bons réflexes

Vous débutez une nouvelle aventure à l’étranger ? Où en êtes-vous dans vos démarches ? Pas de panique, nous avons listé les 8 incontournables à traiter dans les meilleurs délais.

Que faire à Cotonou ?

L’ARTISTE SLAMEUR AMAGBÉGNON : « mon cœur déborde de joie, malgré les menaces car j’ai la satisfaction du devoir accompli »

Amagbégnon de vrai nom EKLOU K. Amagbegnon Branly est un artiste slameur béninois qui écrit des textes à l’encre de la culture Vodoun et des réalités sociales en français et en langues

Sur le même sujet