Lundi 27 janvier 2020
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

L'ART AU BENIN - Le Batik

Par Lepetitjournal Cotonou | Publié le 08/02/2016 à 23:00 | Mis à jour le 18/10/2018 à 16:17
Photo : crédit photo : Claire Rousset
batik bénin

Abou OUEDRAOGO est maître batiké. Burkinabé d'origine, il réside actuellement au Bénin et expose son art au Café des Arts à Cotonou dans le quartier de Fidjerosse. Point sur les origines du batik et sur cette technique particulière d'impression des tissus.   

L'art du batik trouve, selon certains récits, son origine sur l'île de Java en Indonésie. Les colonisateurs anglais et hollandais, ainsi que les soldats du royaume ashanti (actuel Ghana), enrôlés pour combattre à Bornéo et Sumatra au XIXème siècle, auraient fait venir en Afrique de l'Ouest des malles entières de ces tissus colorés et imprimés à la cire. Les africains en tombèrent amoureux à tel point que le pagne (morceau de tissu imprimé à la wax, « cire ») fait aujourd'hui partie intégrante de l'héritage culturel de tout le continent.


La fabrication du batik s'effectuer en plusieurs étapes :

Le tissu sélectionné pour l'impression doit être de bonne qualité afin de préserver toute la richesse des teintes

Le maître batiké dessine un motif sur le tissu. Il effectue d'abord un brouillon au crayon puis repasse le dessin final au stylo à bille.

La cire chaude est ensuite appliquée, à l'aide d'un pinceau fin, sur les contours des motifs afin que le dessin ne disparaisse pas lorsque les premières couches de teinture vont être appliquées sur le tissu. A chaque application d'une couche de teinture, la cire est réutilisée pour doubler les contours du dessin.



Les parties que l'on souhaite garder en blanc sont également recouvertes d'une épaisse couche de cire que l'on enlèvera au final. Elles seront ainsi épargnées par le bain de teinture.

Pour les motifs plus petits, il est possible de peindre directement à la main sur le tissu. Ces parties déjà colorées sont ensuite également recouvertes de cire afin de les conserver lors du trempage.

Le trempage s'effectue dans un bain d'eau chaude et de couleur concentrée. On y utilise également un mélange de produits chimiques qui permettront de préserver les couleurs plus longtemps. Les différents trempages s'effectuent avec une seule couleur à la fois. C'est la raison pour laquelle plusieurs trempages sont nécessaires. Cependant la technique du batik impose de ne pas utiliser trop de couleurs différentes.

 

Entre chaque bain de couleur, la toile est séchée, puis la partie colorée est recouverte de cire afin de la protéger lors du trempage suivant.

On peut également donner un effet de craquelure à la toile en pressant les endroits où il y a de la cire.

A la fin de l'opération, pour enlever la cire, le tissu est plongé dans une grande bassine d'eau chaude. 

Florence Bourreau (www.lepetitjournal.com/cotonou) mercredi 10 février 2016

 

 

0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Bucarest Appercu

Damien Thiery, le nouveau directeur engagé d'"Ateliere Fara Frontiere"

Après avoir travaillé en tant que directeur financier d’une société roumaine filiale d’un groupe français, Damien Thiery prend un virage à 180 degrés. Il succède à Raluca et Patrick Ouriaghli à la têt

Sur le même sujet