Mardi 25 septembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

SAFARI AU BENIN - Rendez-vous à la Pendjari au Nord du Bénin

Par Lepetitjournal Cotonou | Publié le 15/11/2016 à 23:00 | Mis à jour le 15/11/2016 à 20:12

 

Vous rêvez de découvrir la savane et ses habitants, de vous muer en l'observateur privilégié d'un spectacle qui a lieu chaque jour depuis la nuit des temps, mais que peu d'yeux sont là pour admirer ? Pas besoin d'aller jusqu'en Afrique du Sud ou de l'Est : un trésor naturel de biodiversité est à portée de vos objectifs ! Notre correspondante Fanny vous fait découvrir dans cet article la réserve de la Pendjari, à programmer pour vos prochaines vacances !

Le voyage

Concrètement, il faut vous rendre à Natitingou, dans le département de l'Atakora. Depuis Cotonou, cela vous prendra environ huit heures de route. La circulation est bonne, sans obstacle majeur, si ce n'est l'aspect bosselé de la voirie et les nombreux nids de poule qui vous forceront souvent à ralentir l'allure, sous peine de crevaison?  assurez-vous de posséder une roue de secours, donc, voire deux en prévision du retour, si vos pneus sont rares et ne se trouvent pas partout.

Que voir en route ?

Quelques arrêts touristiques sont possibles, suivant l'itinéraire que vous emprunterez. Vous verrez la grande église de Dassa, ainsi que sa grotte mariale, haut lieu de pèlerinage pour les catholiques du pays. Vous pourrez réaliser une halte à l'auberge de Savalou et visiter la ville. La traversée de la région des collines vous permettra en outre d'admirer le relief du centre du pays, avant d'entrer dans la vallée de l'Atakora, au pied de la chaîne de montagnes du même nom, qui culmine à 641 mètres. De nombreux paysages sont alors à admirer. Arrêtez-vous dans un des nombreux villages authentiques de Tatas Sombas, ces fermes fortifiées typiques de la région. Vous y serez bien accueillis et ce sera l'occasion d'en savoir plus sur le mode de vie dans ces habitats empreints de tradition. Vous pourrez également vous baigner en chemin dans les eaux pures et fraiches des cascades de Tanougou, non loin de Tanguiéta. Cette halte est un véritable et rafraîchissant régal au c?ur de ce voyage, et il n'est rien à craindre quant à la propreté de l'eau, qui est en circulation constante. La visite et la baignade vous couteront un prix modique. A ne pas manquer !

Où dormir ?

Au terme de cette journée de route, dormez à Natitingou. Vous serez agréablement surpris par le charme de cette petite ville aérée aux portes des montagnes. Vous pourrez descendre ou dîner à l'hôtel de Bourgogne, réputé, ou encore faire le choix d'un hébergement monastique car les congrégations religieuses y sont nombreuses et proposent parfois nuitées et repas. Une adresse testée et vivement recommandée : le monastère Notre Dame de l'Ecoute, dans les hauteurs de la ville. (Tel 97 01 27 05). Ce lieu propose des chambres neuves et confortables bien que sobres, climatisées, des repas (à heure fixe, à convenir à l'avance avec la S?ur hôtelière), dans un cadre calme et méditatif où on resterait bien quelques jours de plus !.. De plus les S?urs font elles-mêmes une excellente charcuterie que vous pourrez acheter si vous y dormez au retour, et rapporter chez vous dans une glacière.

Enfin nous y sommes, les safaris !

Après une bonne nuit, vous serez d'attaque pour partir à la conquête du Parc National de la Pendjari. Il est recommandé de retrouver un guide / chauffeur à Natitingou et éventuellement de louer une voiture par son intermédiaire, tout du moins si vous ne possédez pas de 4x4. La liste des guides assermentés : http://www.pendjari.net/pendjari-pratique/article/transport-et-guidage

Il est préférable d'en contacter un en préparant votre voyage et de fixer les détails avec lui.

Il vous mènera dans le parc, et durant votre séjour, vous y guidera, ce qui est plus qu'indispensable. Il partagera avec vous ses connaissances des espèces animalières, vous fera profiter de sa vue perçante et habituée au repérage des animaux, ainsi que de sa maîtrise des sentiers et zones d'observations les meilleurs. Le tarif d'entrée dans le parc est officiel, vous vous acquitterez de ce droit à l'entrée du parc.

Les heures recommandées pour le safari sont : de 6h du matin à 11h, puis de 16h à la tombée de la nuit. Entre ces plages horaires, il fera trop chaud et les animaux seront moins visibles. Grâce à des galeries aménagées sur certaines voitures, vous pourrez vous installer sur le toit et observer silencieusement la nature magnifique qui vous entourera, le lever et le coucher du soleil, la faune et la flore extrêmement sauvages. Vous parcourrez le parc, de mare en mare notamment, afin de retrouver les animaux aux lieux où ils aiment se désaltérer. Les couleurs, les odeurs, les bruits, feront de ces parcours des souvenirs grandioses et inoubliables pour les petits comme pour les grands. Vous aurez vraiment l'impression d'être très privilégiés et d'assister à un spectacle (réel !), étant donnés la préservation, le peu de fréquentation, l'isolement de ce lieu?

Quels animaux peut-on voir à la Pendjari ?

Les plus nombreux sont les différentes espèces d'antilopes, qui pullulent ! Elles sont des milliers et on ne se lasse pas de passer au milieu d'elles. La réserve n'est pourtant pas close ! Mais elle en contient une importante concentration. Vous pourrez également observer de nombreux oiseaux rares et colorés. N'oubliez pas d'emporter des jumelles ! Des colonies de singes, mais aussi des troupeaux d'éléphants, de buffles, et dans les mares, des dizaines d'hippopotames et de crocodiles? Enfin, il n'est pas rare de tomber nez à nez avec un lion et/ou des lionnes. Le parc en recense plusieurs centaines. Vous ferez de magnifiques photos.

Où dormir dans le parc ?

Deux types de logements sont proposés : l'Hotel Pendjari, qui propose des chambres climatisées et une piscine. Le tout n'est pas très récent, mais a le mérite d'être climatisé, ce qui peut être préférable si vous êtes accompagnés d'enfants. Vous pouvez aussi opter pour le Pendjari Lodge, un site magnifique à la vue imprenable sur la savane, équipé de tentes ventilées confortables avec moustiquaires et salles de bains privatives, mais le tout fonctionnant à l'énergie solaire, et pas toute la nuit. Pour les amateurs, il est possible de chasser dans le parc, certaines espèces et de façon très réglementée. Il faudra vous renseigner à l'avance sur les modalités, permis de chasse, taxes d'abattage etc? auprès du guide ou du lieu d'hébergement.

Le retour

Après avoir passé plusieurs nuits et jours au c?ur du parc, vous aurez l'impression en le quittant de fermer une parenthèse, de laisser derrière vous un univers à part, un endroit protégé du monde et de ses turpitudes. Vous en ressentirez peut-être de l'apaisement, et en retiendrez en tous cas la certitude d'avoir contemplé l'Afrique, sous un de ses aspects les plus magistraux : sa nature.

Pour avoir la chance de faire un dernier safari le jour du départ, il vous faudra dormir à nouveau à Natitingou ou sur la route du retour.

Pour en savoir plus sur la réserve, visitez le site internet : http://www.pendjari.net/

Fanny de La Bouillerie pour www.lepetitjournal.com/cotonou, vendredi 18 novembre 2016

0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Cotonou

#MAVIEDEXPAT

S’installer à l'étranger : 8 bons réflexes

Vous débutez une nouvelle aventure à l’étranger ? Où en êtes-vous dans vos démarches ? Pas de panique, nous avons listé les 8 incontournables à traiter dans les meilleurs délais.

Que faire à Cotonou ?

L’ARTISTE SLAMEUR AMAGBÉGNON : « mon cœur déborde de joie, malgré les menaces car j’ai la satisfaction du devoir accompli »

Amagbégnon de vrai nom EKLOU K. Amagbegnon Branly est un artiste slameur béninois qui écrit des textes à l’encre de la culture Vodoun et des réalités sociales en français et en langues

Sur le même sujet