Jeudi 18 juillet 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

LE MERCY SHIPS - Le navire au port de Cotonou

Par Lepetitjournal Cotonou | Publié le 20/02/2017 à 15:29 | Mis à jour le 21/02/2017 à 10:40

 

Le « Mercy Ships », cet énorme paquebot venu de Madagascar restera amarré pendant 9 mois au port de Cotonou et quittera le Bénin en juin 2017. Vendredi matin une visite du navire a été organisée par l'association Cotonou Accueil. Laure était sur le bateau lors de cette visite. Elle présente dans cet article un compte rendu des missions du Mercy Ships.

La mission de l'organisation non gouvernementale, « Mercy Ships » est d'améliorer l'accès aux soins de santé pour les populations dans les pays d'Afrique. L'équipe de médecins, soignants et chirurgiens à bord est ainsi habilitée à opérer des patients ayant des pathologies qui handicapent leur quotidien. Son action intervient au niveau de la chirurgie orthopédique, la chirurgie et la réparation maxillo-faciale, la chirurgie réparatrice esthétique comme par exemple les grands brûlés, le retrait des tumeurs bénignes envahissantes, des problèmes gynécologiques tels que les fistules, et des soins dentaires.

Tous les patients sont entièrement pris en charge par les équipes du Mercy Ships et ont accès à tous les soins gratuitement. Ils peuvent se faire connaître en s'inscrivant sur une liste d'attente ou lors des séances de consultation prévues. Les équipes médicales du Mercy Ships partent sur les routes à la rencontre de la population pour évaluer les besoins dans les villages, prodiguer des soins et sélectionner des patients susceptibles de bénéficier des compétences médicales mis à disposition par le Mercy Ships.

Les équipes ont en outre ont une mission d'enseignement par le biais de formations médicales, d'information et de perfectionnement pour le personnel local. Sur le terrain, elles enseignent, entre-autres par exemple, les méthodes adaptées à l'agro-alimentaire. 

Le Mercy Ships intervient sur invitation du pays d'accueil et vit grâce aux donations privées des partenariats et au sponsoring d'entreprises, mais surtout grâce au volontariat.

Le gouvernement béninois met gracieusement à disposition le carburant, la logistique portuaire, des facilités administratives, et d'autres ressources pour alimenter le bateau à quai. Tout le personnel est entièrement bénévole. Il tourne en moyenne entre 350 et 400 personnes permanentes à bord. Ce chiffre peut aller jusqu'à 700 personnes en fonction du besoin et des actions. Les bénévoles sur le bateau ne sont ni logés ni nourris et doivent donc pouvoir subvenir financièrement à leurs propres besoins au cours du bénévolat. Certains s'auto-financent, d'autres font appel à des associations ou des donations pour assurer leur financement. Il existe également un fond de soutien pour aider ceux qui sont en difficulté financière. 

Une école est prévue à bord du navire pour accueillir les enfants du personnel et leur assurer une scolarisation. Le bateau est composé de huit étages dont un complètement aménagé pour le service chirurgical avec des chambres, une salle disposant d'un scanner, une salle de radiologie, un laboratoire, une pharmacie et une partie reversée pour les blocs opératoires. 

Après une pause de 2 mois pour maintenance aux Iles Canaries, la prochaine mission du Mercy Ships, déjà planifiée, se déroulera au Cameroun. Un programme de communication médiatique est lancé pour informer la population et une équipe sur place prépare déjà la future venue du bateau. Le personnel médical, la logistique, la maintenance et les ressources humaines locales sont également en cours de recrutement. 

La bonne nouvelle est qu'un deuxième bateau hôpital est en cours d'aménagement et devrait être opérationnel à partir de 2019. Un bureau de représentation pour promouvoir l'action du Mercy Ships devrait également ouvrir prochainement au Bénin.

Les visites de groupes sont possibles. Il s'agit de prendre contact avec le service communication en se rendant sur la page du Mercy Ships Benin de Facebook.

Laure Gauthier, pour (lepetitjournal.com/cotonou), lundi 20 février 2017

Crédit photo : Laure Gauthier

0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet