APRÈS PÂQUES - Les fruits exotiques spécial détox

Par Lepetitjournal Cotonou | Publié le 28/03/2016 à 17:42 | Mis à jour le 29/03/2016 à 07:42

 

Un peu trop forcé sur le gras et le chocolat pendant les fêtes? Au Bénin il n'est pas besoin d'aller chercher bien loin pour se faire un bon régime détox plein de vitamines.

 

Les arbres fruitiers cachent de véritables trésors énergétiques et sont à portée de main et de porte-monnaie un peu partout, en ville ou en brousse, sur les marchés ou directement en pleine nature.

 

Voici une sélection des meilleurs fruits exotiques du Benin que l'on croit connaître, mais dont on il n'est pas désagréable de rappeler leurs innombrables vertus. De quoi donner l'eau à la bouche et un petit coup de vitamines en cette période de grande chaleur.

 

L'ananas :

L'ananas est le fruit du Bénin par excellence.  Il est notamment cultivé dans la région de l'Atlantique et plus précisément aux alentours des villes d'Allada, Ouidah et Abomey Calavi. Il ne faut pas s'étonner si la chaire de l'ananas consommée est blanche. C'est ainsi qu'on le trouve au naturel, sans colorant ni arôme artificiel. Son goût néanmoins très sucré ravi les papilles. Il est un concentré de vitamines C et une tasse de jus pur d'ananas contient 100% des apports journaliers recommandés. Anti-inflammatoire, antiviral et antibactérien, il est source de manganèse et de broméline. Consommé bien frais, il facilite la digestion par ses vertus diurétique et lutte contre les oxyures, ces petits vers qui peuplent notre estomac et qui bien souvent en Afrique peuvent en venir à le peupler un peu trop. Il est cependant à noter que les personnes souffrant d'anémie devraient limiter leur consommation d'ananas, car le manganèse limiterait l'absorption de fer.

 

La mangue :

Le manguier est originaire d'Asie orientale et fut introduit en Afrique au XVIème siècle par les portugais. Densément feuillu, on le trouve aux abords des places des villages et souvent même en ville. Les africains s'en servent pour s'abriter du soleil. Attention néanmoins à ne pas prendre un fruit sur la tête ou à ne pas laisser sa voiture garée trop longtemps en dessous. Le manguier fleuri après la saison sèche. Son fruit la mangue est riche en carotène, en vitamines et en minéraux. Consommé bien mûr, il aurait des vertus anti-cancers de par son taux élevé en composés phénoliques aux capacités antioxydantes. Il contient également des fibres, dont la moitié, solubles, contribueraient à diminuer les risques cardiovasculaires.

 

La banane :

La banane est le fruit le plus consommé au monde, car il est facilement cultivable et toute l'année dans les pays chauds et tropicaux. Au Bénin on consomme deux sortes de bananes : la banane fruit qui souvent est de plus petite taille que les bananes antillaises et la banane plantain ou aloko qui se consomme cuite en accompagnement des viandes et pissons. La banane est l'un des aliments les plus nutritifs puisqu'elle contient des sucres naturels, qu'elle est riche en protéines, en fibres, en phosphore, en fer et en minéraux. Elle aurait des vertus antioxydants et régulerait la flore intestinale en soulageant les diarrhées.  


La papaye :

Les Espagnols et les Portugais auraient implantés le papayer en Afrique au XVIIème siècle. La papaye peut se consommer fraiche, cuite ou séchée. Ses petites graines noires caviar peuvent également être consommées. C'est un fruit dit « sauvage » qui généralement n'est pas traité par les pesticides et un des fruits tropicaux qui se digère le mieux. La papaye contient des composés phénoliques qui à l'instar de la mangue possèdent des capacités antioxydantes qui limiteraient le risque de maladies cardiovasculaires. Ce fruit est également riche en sucre et une source importante de fibre et de vitamines. En pharmacologie, on trouve dans l'ensemble de la plante du latex renfermant des enzymes qui digèrent les protéines. On le recueille en incisant le fruit. Le latex et les graines sont vermifuges mais consommés à haute dose, ils peuvent être toxiques. Les personnes allergiques au latex peuvent également l'être à la papaye.

Florence Bourreau (www.lepetitjournal.com/cotonou) mardi 29 mars 2016

Sources : éditions lavoisiers et wikipedia

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Cotonou !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition internationale