Samedi 18 septembre 2021

Coronavirus: la première pandémie du monde globalisé. Une analyse.

Par Ovidiu Gava | Publié le 09/04/2020 à 11:20 | Mis à jour le 10/04/2020 à 10:18
coronavirus

Le coronavirus (Covid-19) originaire de Chine - à noter que les enquêtes concernant l'origine précise du virus sont toujours en cours – est actuellement le principal sujet de la presse mondiale. Les premiers cas ont été rapportés vers la fin de l'année dernière dans la presse occidentale comme un nouveau virus mystérieux qui se propage dans la région chinoise de Wuhan. À l'époque – et pour certains politiciens occidentaux jusqu'à récemment - la menace du Covid-19 était considérablement minimisée. Pourtant, après seulement quelques semaines de pandémie en Europe et en Amérique du Nord, la plupart des pays développés a été affectée par cette crise sanitaire.

Partout dans le monde, les gouvernements ont pris des mesures strictes pour tenter d'atténuer le risque de pandémie de Covid-19. Les implications de cette crise sont graves. Ils sont préoccupants dans de nombreux domaines, de l'impact économique aux effets sociaux et politiques et non des moindres, la santé et la sécurité. Pour comprendre cette situation de plus en plus compliquée et qui s'est développée en si peu de temps, il faut remonter aux premiers jours de la crise.

Le virus SARS-CoV-2 a été signalé pour la première fois en décembre 2019, et avec les festivités du nouvel an chinois en janvier qui ont rassemblé des foules, la région de Wuhan est rapidement devenue un épicentre de l'épidémie de coronavirus. En seulement quatre semaines, de fin janvier à fin février, le nombre de cas identifiés du nouveau virus a été multiplié par cent. Peu après, la mystérieuse nouvelle maladie rapportée en Chine est devenue une préoccupation pour les dirigeants et un gros titre pour les journaux occidentaux.

Deux semaines seulement après que l'épidémie chinoise a atteint son apogée, le nombre de cas de coronavirus en Europe a explosé. En Italie, passant d'environ 1 000 cas, le nombre d'infections a grimpé à plus de 110 000 en mars, l'Espagne atteignant un nombre similaire et les États-Unis plus de 215 000 en seulement deux semaines. La crise a été officiellement reconnue comme une pandémie par l'Organisation Mondiale de la Santé le 11 mars, et le taux de croissance des cas a été exponentiel à l'échelle mondiale depuis.

 

La première idée qui vient à l’esprit est la question de la sécurité sanitaire.

Avec des dirigeants politiques, des membres des familles royales, des acteurs célèbres et des artistes parmi les personnes touchées par le virus, il est clair pour chacun d'etre nous que tout le monde peut être une victime. Ce virus se propage quels que soient l'âge, le statut social, la richesse, les connexions ou l'accès aux meilleurs services de santé...

 

La réponse commune des gouvernements du monde entier pour contenir la propagation du virus repose sur des recommandations ou obligation de distanciation sociale.

Le choix que les dirigeants ont dû faire portait principalement entre la sécurité de la population et l'économie. En Amérique ou au Royaume-Uni, les mesures de distanciation sociale - qui nuisent à l'économie - ont été reportées autant que possible. Le président Trump a minimisé la crise actuelle jusqu'à récemment et aurait probablement continué à le faire si la pandémie ne s'était pas propagée à un rythme aussi rapide. L'explication de cette approche a fait l'objet de nombreux débats dans la presse occidentale. Il est clair que pour l'administration Trump, l'état de l'économie est la carte la plus fiable qu'il peut utiliser pour les prochaines élections présidentielles. Au Royaume-Uni, pays qui venait de quitter officiellement l'Union européenne, il est crucial d'avoir une meilleure économie après le Brexit, une promesse qui a été le principal moteur de cette sécession.

 La lente réaction des dirigeants occidentaux coûtera de tout façon à l'économie 1% du PIB mondial selon une estimation de l'ONU, en forte baisse par rapport aux 2,5% de croissance prévus pour 2020. Ce chiffre est estimé début avril, moment où la fin de la pandémie ne semble pas en vue, ce qui pourrait aggraver les choses.

Ce qui est remarquable à noter dans la réponse des gouvernements est le degré de stimulation économique. Après la crise financière de 2007/08, la principale expression du discours politique était « l’austérité ». Mais dans la crise actuelle, les gouvernements ont rapidement pris des mesures pour injecter des liquidités dans l'économie afin de soutenir les industries et les personnes directement touchées par la pandémie. À eux seuls, les États-Unis ont voté fin mars un plan de secours de 2 000 milliards de dollars, un montant supérieur au PIB de tout pays n'appartenant pas au G8.

 

La pandémie actuelle a mis en évidence une série d'autres problèmes.

La réponse ferme et efficace du gouvernement chinois pour contenir la crise a le potentiel d'être utilisée comme un argument pour les avantages d'une forme autoritaire de gouvernement. Dans de telles situations où de nombreux pays ont déclaré l'état d'urgence, le pouvoir exécutif contourne les procédures de gouvernance courantes. Comme cela a été largement rapporté dans la presse occidentale, la menace est que ces mesures deviennent permanentes. En Hongrie, par exemple, le gouvernement Orban a récemment adopté une loi qui prolonge indéfiniment l'état d'urgence dans le pays. Cette décision a aussi accordé au gouvernement Orban le droit de gouverner par décret aussi longtemps qu'il le juge bon. En ces temps difficiles, la menace pour la démocratie est réelle, et de nombreux observateurs pensent qu'à la fin de cette pandémie, le monde sera sans aucun doute moins démocratique qu'auparavant.

 

Le développement rapide de la pandémie de coronavirus découle de l'ère dans laquelle nous vivons.

La mondialisation a engendré des interdépendances complexes qui génèrent des interactions sans cesse croissantes entre les différentes régions du globe. À cet égard, la pandémie de coronavirus a mis en évidence une faiblesse essentielle de l’époque de la globalisation. Le principe du droit international de non-ingérence dans les affaires intérieures est crucial pour les affaires internationales. Chaque pays est souverain et indépendant pour décider comment il se gouverne et comment il aborde les différentes politiques concernant l'économie, le développement social, la sécurité et les relations extérieures. Cependant, cette crise a mis en évidence à tel point le degré de liberté de la presse en Chine aura un impact considérable sur la vie des personnes en Italie. Le gouvernement chinois a censuré la presse et le personnel médical au cours de la phase initiale de l'épidémie à Wuhan car il pensait que des informations précises sur la crise nuiraient à leur économie. Et en conséquence, les autres États n'ont pas adapté leurs politiques de sécurité pour faire face à l'ampleur réelle de la menace. En ce sens, la qualité de la liberté de la presse en Chine - ou plutôt son absence - a influencé la propagation de la pandémie à travers le monde. Le degré d'interdépendance mondiale a augmenté beaucoup plus rapidement que celui des normes internationales visant à nous protéger les uns des autres. La pandémie a montré - entre autres choses - qu'avec un niveau de mondialisation plus élevé, il y a un besoin accru de coopération.

 

À la fin de la pandémie de coronavirus, le monde sera un endroit différent. Et il y aura certainement beaucoup de choses que nous devrons repenser. En ces temps sombres, si nous pensons à l'aphorisme de Friedrich Nietzsche "ce qui ne me tue pas, me rend plus fort", nous ne pouvons qu'espérer en tirer des leçons - aussi coûteuses soient-elles.

Nous vous recommandons
Ovidiu Gava

Ovidiu Gava

Diplômé en Relations Internationales des Universités d'Aalborg et de Babes-Bolyai (Roumanie), je suis passionné par l’analyse de la politique et des affaires étrangères.
0 Commentaire (s) Réagir

Que faire à Copenhague ?

BONNES ADRESSES

Nos brunchs préférés à Copenhague

Parce que le week-end, les journées s'organisent autrement, que l'on a envie de prendre son temps, de ne pas choisir entre salé et sucré, voici quelques lieux où aller bruncher à Copenhague.