COP26: Le Danemark distingué une fois de plus pour sa transition énergétique

Par Amélie B. | Publié le 15/11/2021 à 17:30 | Mis à jour le 25/11/2021 à 09:30
Photo : © Sander Weeteling (Unsplash)
éolien Samsoe ile Danmark

C’est sur la petite île danoise de Samsø que les projecteurs se sont tournés ce 10 novembre dernier. Elle a reçu dans le cadre de la COP26 le prix de l’ONU “Leaders pour le climat”.

 

Samsø, une expérience pilote 

Samsø est une île danoise située dans le détroit de Kattegat (à mi-chemin entre le Seeland et le Jutland). Elle est peuplée de 3700 âmes et mesure à peine plus de 100 km². Son apogée datant de l’ère viking, la probabilité qu’elle soit l’objet de toutes les attentions mondiales était bien faible.

 

Et pourtant…. La voici sous le feu des projecteurs puisqu’elle peut s’enorgueillir d’être la première île au monde à avoir complètement transformé son système énergétique. C’est donc la première île à énergie renouvelable.

 

L’aventure commence en 1997 lorsque Samsø est choisie par le ministre de l’Environnement danois de l'époque pour une expérience pilote : devenir totalement autonome en 10 ans grâce aux énergies renouvelables.

 

Le pari était audacieux puisque l’électricité y était alors importée depuis des centrales à charbon par des câbles sous-marins et que le mazout nécessaire au chauffage et à la production d’eau chaude arrivait par bateau.

 

Le vent et l'adhésion de la population 

Quelles solutions pouvaient être envisagées par cette petite communauté désertée par les jeunes, les entreprises et les commerces et balayée par les vents ?

 

Le vent justement ! Onze éoliennes ont été installées à terre et 10 en mer rendant l'île autosuffisante en électricité et le surplus de production exporté.

 

Quid du financement ? Il fallait toute la détermination du maire qui a su convaincre ses insulaires d’investir dans les turbines qui par la vente du surplus de production d’électricité au reste du Danemark leur rapporte un petit rendement.

 

L’adhésion des habitants est bien le nerf de la guerre car au-delà de l'électricité, c’est la production de chauffage et d’eau chaude qu’il a fallu repenser : Limiter la consommation en isolant les maisons et développer un système de production locale à partir de copeaux de bois, de paille et d’énergie solaire distribuée via un réseau de chauffage urbain moyennant un investissement de 70 millions d’euros principalement financé par les insulaires. 

 

Ajoutons une centrale au biogaz et l’utilisation massive de véhicules électriques et voilà enfin la neutralité carbone !

 

Pour Soeren Hermansen, maire actuel de la communauté, «Un tel projet vers la neutralité carbone à Samsø n’a abouti, dit-il, que parce qu’il est décentralisé, démocratique et communautaire.» A bon entendeur.


 

Sur le même sujet
Amélie Brondel_0

Amélie B.

Après 20 ans en finance et trois expatriations, j'ai voulu tenter l'aventure de Lepetitjournal.com Copenhague car "pour aimer un pays il faut le boire, le manger et l'écouter chanter".
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Copenhague !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Joelle Borgida

Rédactrice en chef de l'édition Copenhague.

À lire sur votre édition internationale