Mardi 18 février 2020
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

A la découverte de Dharavi avec Reality Tours

Par Charlotte | Publié le 20/12/2019 à 01:00 | Mis à jour le 20/12/2019 à 01:00
Reality gives ONG Dharavi visite

Visiter un bidonville, mais quelle drôle d’idée… Pour certains, cela s’apparenterait même à du voyeurisme. Les termes de « human safaris », de « dark tourism », ou encore de « poverty tour » dressent un sombre portrait de ce type de circuits, où l’on « visite » la misère. Ce à quoi répond Krishna Pujari, co-fondateur du célèbre Reality Tours « Venez et vous changerez d’avis ! ». La rédaction a joué au touriste incognito pour vous livrer son ressenti sur cette expérience marquante.

 

Dharavi visite ong reality gives
Dharavi vu du ciel

 

Dharavi, célèbre tant par sa place de plus grand bidonville d’Asie, que par le très primé Slumdog Millionaire de Danny Boyle, d’où est originaire le héros, accueille chaque année des dizaines de petits groupes de visiteurs curieux de mieux comprendre ce quartier d’un million d’habitants en plein cœur de Bombay. 

 

De la partie commerciale, où pas moins de 4000 micro entreprises s’activent, au secteur résidentiel, notre jeune guide nous oriente dans ce dédale de ruelles plus ou moins propres. L’on y découvre le recyclage de plastique, ferraille, carton et autres déchets collectés dans la mégalopole, mais également des couturiers, des tanneurs, des potiers et des mini échoppes alimentaires. « Ici, l’on répertorie six corps de métiers différents » annonce fièrement notre guide, elle même habitante du slum.  

 

Reality gives ONG Dharavi visite
Un travailleur du cuir

 

Le tour est bien ficelé. Tous ont l’air au courant de ce que l’on vient faire. Du signe de tête rapide, au simple regard, rien ne semble perturber l’activité en cours. 

 

Reality gives ONG Dharavi visite
Le tri des poubelles

 

Côté résidentiel, lorsque les portes d’entrée des maisons sont ouvertes, on est quasi dans le séjour avec les habitants. Savoir vivre, politesse et discrétion sont de rigueur pour ne pas que cela devienne intrusif.

 

Reality gives ONG Dharavi visite
Un habitant de Dharavi sur le pas de sa porte

 

Ces 2h30 de visite permettent de mieux comprendre le quotidien du slum avec ses bons comme ses mauvais côtés. « En 2006, lorsque l’on a créé Reality Tours l’objectif était de montrer au monde la réalité. L’idée n’est pas minimiser la misère, le manque d’infrastructures ou encore l’accès inégal à l’éducation. L’objectif est de faire découvrir le slum tel qu’il est, avec ses richesses et ses points à améliorer. » Dixit Krishna Pujari, co-fondateur. 

 

Reality gives ONG Dharavi visite

 

Rapidement, Reality Tours a mis son succès au service de l’accès à l’éducation. Un tournant social dans l’activité. L’association Reality Gives a, officiellement, vu le jour en 2009 après deux ans d’actions sociales informelles. Elle reçoit chaque année 80 % des bénéfices de l’ensemble des tours organisés par l’agence touristique (pas uniquement celui de Dharavi). 

Cours d’anglais, d’informatique, de développement personnel, de football pour les filles, Reality Gives a diversifié ses activités pour toucher plus de 10.000 bénéficiaires en 10 ans. 

 

Alors oui, de prime abord, cela peut paraître troublant comme type de visite. Pour autant, nous avons découvert un quartier différent, dans lequel nous ne serions pas allés seuls. Notre guide connaissait son sujet et nous l’a transmis avec entrain, humour et professionnalisme.

 

Reality gives ONG Dharavi visite
Deux guides de Reality Tours dans les locaux de Reality Gives

 

Alors, laissez de côté vos a priori et visitez le slum avec Reality Tours qui est un bel exemple d’entreprise sociale à succès !

 

Qu’est-ce qu’une entreprise sociale ?

Au sens de la loi de l’économie sociale et solidaire française, c’est une entreprise qui répond à ces quatre piliers :

  • Elle a une finalité sociale et/ou environnementale
  • Son projet économique est viable
  • Sa lucrativité est limitée
  • Elle a une gouvernance participative


Reality Tours / Reality Gives en quelques chiffres

  • 18 000 touristes par an visitent le slum avec Reality Tours
  • 95 % des touristes qui visitent le slum avec Reality Tours sont des étrangers
  • 100 est le nombre de profs embauchés par l’agence 
  • Sur les 31 profs de Bombay, 30 ont été étudiants dans une école de Reality Gives
  • 80 % des bénéfices sont reversés à l’association Reality Gives
  • 10 000 bénéficiaires depuis la création
  • 172 enfants ont suivi des cours en 2019 auprès de Reality Gives

 

Pour en savoir plus : 

Reality Tours & Travel : Site Internet / Facebook / Twitter / +91 9820822253

Reality Gives : Site Internet / Facebook / Twitter / +91 98208 22253

 

Dharavi visite ONG reality gives
Le quartier des potiers



Pour être sûr de recevoir GRATUITEMENT tous les jours notre newsletter (du lundi au vendredi) (attention Bombay est tout en bas de la liste).

Ou nous suivre sur Facebook

 

 

Nous vous recommandons

Charlotte

Charlotte

De la Croix-Rouge à l’entrepreneuriat social, Charlotte s’épanouit dans le contact humain. Curieuse, dynamique, elle goute aux expériences qui se présentent pour en faire des opportunités de vie. Rencontre, cuisine, apprentissage sont ses maîtres mots.
0 Commentaire (s)Réagir

Actualité en Inde

Chennai Appercu
ALERTE INFO

Covid-19/Coronavirus: le point sur les restrictions de voyage en Asie

17 février 2020, les pays d’Asie continuent de mettre en œuvre des restrictions supplémentaires sur les voyages et des mesures de dépistage dans les plateformes de transport. On fait le point.

Que faire à Bombay ?

ART

Bollywood s’affiche dans la rue grâce à Ranjit Dahiya

Depuis une dizaine d’années, le street art a pris son essor à Bombay. Le street artist Ranjit Dahiya fondateur de Bollywood Art Project (BAP) nous en dit plus sur ses œuvres qui sortent Bollywood...

Expat Mag

Stockholm Appercu
GASTRONOMIE

Deux nouvelles Etoiles suédoises au Guide Michelin 2020

Lundi soir l'édition nordique gastronomique du renommé Guide Michelin 2020 a couronnée deux restaurants stockholmois lors d'une cérémonie à Trondheim, en Norvège.