TEST: 2242

Myanmar Project Bank, un outil de développement essentiel

Par Rédaction lepetitjournal.com Birmanie | Publié le 01/03/2020 à 23:00 | Mis à jour le 03/03/2020 à 18:32
Photo : Myanmar Project Bank : comment ça marche...
Project Bank en Birmanie

Annoncée en janvier de l’année dernière, la plate-forme interactive Myanmar Project Bank a été inaugurée à Nay Pyi Taw mercredi 26 février dernier en présence du ministre de la Planification, des Finances et de l’Industrie U Soe Win, qui a pu présenter en détail cet outil de développement considéré comme une étape importante pour le gouvernement birman dans sa recherche de transparence et d’efficacité dans sa conduite et son financement des projets essentiels pour le pays.

Myanmar Project Bank est une base de données centralisée et publique qui recense et présente tous les projets mis en œuvre dans le pays dans le cadre de plan de développement durable, le Myanmar Sustainable Development Plan (MSDP), qui courent sur la période 2018-2030. En théorie, tout projet d’importance dans le pays doit y figurer depuis sa naissance jusqu’à sa réalisation finale. Cela permet aux citoyens comme aux investisseurs potentiels de savoir ce qui est fait, selon quelles priorités, quel calendrier, avec quels investisseurs, etc. Un outil de suivi, de contrôle et de transparence qui devrait permettre une meilleure collaboration public-privé, selon le ministre.

Pour l’instant, 58 projets figurent sur la plate-forme, qui couvrent des domaines comme les transports (routes, ferroviaire, aérien, portuaire), l’énergie (électricité), l’urbanisme et la construction, l’agriculture… Le plus coûteux de tous ceux qui y figurent reste à ce jour le projet autour de la Gare centrale de Yangon, qui représente environ deux milliards d’euros d’investissements.

Ce qui est intéressant avec le Myanmar Project Bank est le suivi qu’il permet. Ce n’est pas parce qu’un projet y est inscrit qu’il sera automatiquement réalisé. En fait, les investisseurs doivent y enregistrer leurs plans et programmes et ensuite ce sera a la Commission nationale de coordination économique de les analyser, de les classer par ordre de priorité et de s’assurer surtout que tout cela entre bien dans les objectifs de développement du pays et respectent bien les conditions de ceux-ci, notamment au plan environnemental. Il est ainsi possible de suivre les progrès d’une proposition donnée, de sa soumission à son étude de faisabilité en passant par son coût total, le nom de ses financiers et la manière dont elle répond aux cinq objectifs de développement durable du pays.

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Birmanie !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com