Mardi 24 septembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Manifestants blessés dans une cimenterie près de Mandalay

Par Rédaction lepetitjournal.com Birmanie | Publié le 16/05/2019 à 15:00 | Mis à jour le 16/05/2019 à 15:00
Manifestation des paysans contre l’expropriation chinoise en Birmanie

Au moins 18 personnes ont été blessées mercredi, lorsque la police a tiré des balles en caoutchouc et a utilisé du gaz lacrymogène sur des manifestants appelant à la fermeture d’une cimenterie fonctionnant à base de charbon, dans la région de Mandalay. La police a pénétré dans un camp où logeaient les manifestants, à proximité de l’usine, au village d’Aung Thabyay, dans la division de Patheingyi. Quatre personnes, dont un journaliste, ont été arrêtées, d’après les habitants. Après la venue de la police, l’usine a été incendiée, mais les habitants nient toute implication. “Ce ne sont pas nos habitants qui l’ont fait. Peut-être que ça a été fait par l’entreprise ou des habitants d’autres villages”, a déclaré l’un des manifestants. En 2014, plusieurs manifestations dénonçaient la pollution que causerait la cimenterie, interrompant brièvement la construction jusqu’en 2015. Deux ans après, les autorités ont déposé plainte au nom de la Loi d’Assemblée Pacifique et de Procession Pacifique, contre 18 habitants qui auraient essayé d’empêcher l’expansion de la route menant à la cimenterie.

0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

SOCIÉTÉ

Mandalay va enregistrer les chiens de compagnie

Pour la première fois en Birmanie, un système officiel d’enregistrement d’un animal de compagnie va être mis en place afin de lutter plus efficacement contre la prolifération des chiens errants

Vivre en Birmanie

SANTÉ

Lutter contre le paludisme depuis l’espace

Une équipe de chercheurs utilisent des données collectées par satellites pour suivre et anticiper les poussées de paludisme parmi les populations de Birmanie

Expat Mag

ENSEIGNEMENT

Rémunération des profs : la France peut mieux faire !

De nombreux enseignants publient sur les réseaux sociaux leurs rémunérations sous le hashtag #balancetafichedepaiedeprof. Pourquoi ? Pour protester contre leurs salaires et leurs conditions de travail