Lundi 30 mars 2020
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Les ventes de voitures neuves ont augmenté de presque 25 % en 2019

Par Rédaction lepetitjournal.com Birmanie | Publié le 29/01/2020 à 22:12 | Mis à jour le 29/01/2020 à 22:16
Photo : Dans une usine de voiture en Birmanie
Dans une usine de voiture en Birmanie

Le marché de l’automobile a de beaux jours devant lui en Birmanie : en 2019, ce sont officiellement 19 274 voitures neuves qui ont été vendues entre janvier et novembre, soit plus de 4 000 véhicules de plus qu’en 2018 sur la même période, une augmentation des ventes de l’ordre de 25%. Et le rythme de production dépasse même celui des ventes puisqu’en 2018, toujours officiellement, 10 683 voitures sont sorties d’usines installées en Birmanie et en 2019 ce nombre s’élève à environ 14 000, soit une augmentation d’environ 30%. Ces taux de croissance sont les plus élevés mesurés parmi les 10 pays membres de l’Association des nations d’Asie du Sud-Est (Asean). En revanche, du point de vue du nombre total de voitures neuves circulant dans le pays, la Birmanie ne figure qu’à l’avant-dernier rang des pays de l’Asean, devançant uniquement le minuscule sultanat de Brunei. Au final, au sein de l’Asean, la Birmanie est le seul pays où le nombre de voitures neuves est vraiment réduit comparé au nombre d’habitants et où ces habitants veulent s’équiper. Un marché à très fort potentiel donc, et en croissance régulière. Pas besoin d’aller chercher plus loin pour comprendre pourquoi les constructeurs japonais, à l’instar de Toyota, où coréens, comme Hyundai, installent leurs usines sur place.

0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

Coronavirus

La police obligée d’intervenir pour mettre un homme en quarantaine

Des officiels des services de santé de Yangon ont dû avoir recours à la police et à la menace pour obtenir qu’un de leurs concitoyens accepte finalement de les suivre pour une période de quarantaine.

Vivre en Birmanie

Coronavirus

La police obligée d’intervenir pour mettre un homme en quarantaine

Des officiels des services de santé de Yangon ont dû avoir recours à la police et à la menace pour obtenir qu’un de leurs concitoyens accepte finalement de les suivre pour une période de quarantaine.