Dimanche 29 mars 2020
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Les hôpitaux enregistrent une forte augmentation des maladies mentales

Par Rédaction lepetitjournal.com Birmanie | Publié le 11/08/2019 à 17:08 | Mis à jour le 11/08/2019 à 18:37
sante mentale et alcoolisme en Birmanie

Le nombre de patients accueillis et traités dans les hôpitaux pour des maladies ou des désordres mentaux a fortement augmenté en 5 ans, selon le ministère de la Santé et des Sports. Et l’alcoolisme constitue la première cause de cette augmentation, selon la même source. Un représentant officiel du ministère déclare ainsi que « le nombre de patients hospitalisés pour des maladies ou des désordres mentaux est passé de 36 000 en 2012 à 86 000 en 2017, les derniers chiffres disponibles. Et les médecins associent nettement cette multiplication avec les ravages de l’alcool ». Le haut-fonctionnaire estime que « l’alcoolisme représente un enjeu majeur de santé publique pour le pays car il entraîne de nombreuses violences, beaucoup d’accidents de la route et bien sûr diverses maladies ». Il est rare en Birmanie que des dirigeant qui ne sont ni des militaires ni des religieux pointent ainsi de manière négative des comportements sociaux et alimentaires. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’alcool est à la source de quelque 200 maladies graves différentes et à l’origine de 3,3 millions de morts par an sur la planète, soit plus de 5% des décès annuels mondiaux, qui s’élèvent à environ 60 millions annuels.

 

0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

Coronavirus

La police obligée d’intervenir pour mettre un homme en quarantaine

Des officiels des services de santé de Yangon ont dû avoir recours à la police et à la menace pour obtenir qu’un de leurs concitoyens accepte finalement de les suivre pour une période de quarantaine.

Vivre en Birmanie

Coronavirus

La police obligée d’intervenir pour mettre un homme en quarantaine

Des officiels des services de santé de Yangon ont dû avoir recours à la police et à la menace pour obtenir qu’un de leurs concitoyens accepte finalement de les suivre pour une période de quarantaine.