Lundi 30 mars 2020
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Les à-côtés positifs de payer ses impôts aux Britanniques

Par Rédaction lepetitjournal.com Birmanie | Publié le 12/02/2020 à 23:00 | Mis à jour le 12/02/2020 à 23:00
Photo : Le buste de U Boh Shi
Le buste de U Boh Shi en Birmanie

Dans les années 1930, il était connu pour avoir obtenu la reconnaissance officielle par le gouvernement colonial britannique de son statut de « gentleman terrien », un cas a priori unique qui s’expliquait par le montant faramineux des impôts qu’il payait à la couronne chaque année… U Boh Shi était en effet à l’époque le principal contribuable de toute la province de Birmanie au sein de l’empire de sa Gracieuse majesté, donnant au trésor britannique encore plus que les autres propriétaires terriens, et semble-t-il sans récriminer. L’homme possédait des hectares et des hectares de terres agricoles et il fut connu pour ses 32 épouses officielles, dont ses hagiographes disent qu’il « les traitait de manière équitable et magnanime ». Il est aussi resté dans l’imaginaire local pour ses nombreuses donations aux établissements religieux tout autour de Monywa, dans la région de Sagaing. Un tel homme méritait donc tôt ou tard une statue pour son statut… et c’est ce à quoi ses héritiers ont décidé de s’attaquer presque un siècle après lui ! Dans son village historique de Thar Si, dans la circonscription de Monywa, une statue en béton peint va lui être érigée, payée par sa famille. Il n’est pas certain que la reine Elisabeth II veuille participer aux frais, ce qui serait pourtant un juste retour des choses…

0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

Coronavirus

La police obligée d’intervenir pour mettre un homme en quarantaine

Des officiels des services de santé de Yangon ont dû avoir recours à la police et à la menace pour obtenir qu’un de leurs concitoyens accepte finalement de les suivre pour une période de quarantaine.

Vivre en Birmanie

Coronavirus

La police obligée d’intervenir pour mettre un homme en quarantaine

Des officiels des services de santé de Yangon ont dû avoir recours à la police et à la menace pour obtenir qu’un de leurs concitoyens accepte finalement de les suivre pour une période de quarantaine.