Vendredi 21 septembre 2018
Birmanie
Birmanie
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Les cimetières de guerre de Yangon et Taukkyan

Par Rédaction lepetitjournal.com Birmanie | Publié le 19/10/2017 à 20:00 | Mis à jour le 19/10/2017 à 20:16
rangoon-439054_960_720

Le monument commémoratif de Yangon a été érigé dans le cimetière de guerre de Taukkyan, qui se trouve à l'extérieur de Yangon (anciennement Rangoon), à proximité de l'aéroport et juste à côté du village de Taukkyan. Il se trouve sur le chemin Prome, à 35 kilomètres environ au nord de Yangon et on peut facilement s'y rendre à partir de la ville. Le monument commémoratif se dresse au centre du cimetière et il est entouré des tombes de plus de 6 000 hommes qui ont combattu et sont tombés en compagnie des hommes que le monument commémore et dont les dépouilles ont été prises des cimetières de champs de bataille à Akyab, Mandalay, Meiktila et Sahmaw, ainsi que de sépultures dans la jungle et au bord des routes un peu partout en Birmanie.

 

Le cimetière de Guerre de Yangon
Le Cimetière de guerre de Yangon a été créé immédiatement après la reprise de Yangon par les alliés en Mai 1945. Dans les années qui ont suivi, l’Armée y a transféré des tombes de plusieurs cimetières de Birmanie, notamment celles des prisonniers de guerre morts dans les prisons de Yangon.En 1948, les tombes de 36 soldats du Commonwealth morts à Yangon entre les années 1914 et 1920 ont été transférées au cimetière de guerre. Sur ces 36, 15 étaient enterrés dans un cimetière de quartier et un dans le cimetière de la ville de Yangon (cimetière Pazundaung). En plus des soldats mentionnés ci-dessus, 1381 soldats du Commonwealth morts pendant la seconde guerre mondiale reposent au cimetière de guerre de Yangon. Sur ces 1381, 86 n’ont pas été identifiés. À l’intérieur du cimetière, et comme dans tous les cimetières du Commonwealth, une croix du sacrifice et une pierre du souvenir ont été érigées. Le cimetière est situé sur la route Pyay, dans le quartier de Sanchaung, à environ 6 kilomètres du centre-ville de Yangon. Il est ouvert de 8 heures à 17 heures. Dans le registre des personnes reposant au cimetière, nous avons retrouvé le caporal Methia. 

Le mémorial de Yangon y est érigé pour commémorer les soldats non identifiés. Les noms de près de 27 000 hommes des forces terrestres du Commonwealth disparus pendant les campagnes en Birmanie et sans sépulture connue, sont inscrits sur le mémorial. En sus de ce mémorial, un monument commémoratif spécial est érigé au cimetière de Taukkyan en souvenir de 45 victimes des deux Guerres mondiale inhumées en Birmanie et dont les tombeaux ont été perdus ou ne pouvaient pas être entretenus. Le cimetière renferme aussi le Taukkyan Cremation Memorial (crématorium de Taukkyan) sur lequel sont inscrits les noms de 1049 victimes de la Seconde Guerre mondiale dont les restes ont été incinérés conformément à leurs croyances religieuses. L’on peut lire sur le monument ce qui suit :

IN HONOUR OF THESE OFFICERS AND MEN
WHO DIED IN BATTLE
AND WHOSE MORTAL REMAINS WERE COMMITTED TO FIRE
(En l’honneur de ces officiers et de ces hommes morts au combat dont les dépouilles étaient promises au feu)

Le cimetière ainsi que le monument commémoratif ont été conçus par M. H.J. Brown Ariba Oakes et inaugurés le 9 février 1958 par le général Francis Festing, chef de l’Etat-major Général de l’Empire Britannique en présence des représentants des forces dans lesquelles les soldats inhumés ou commémorés à Taukkyan servaient.


Le cimetière de guerre de Taukkyan
Un soldat françaçis, le caporal Methia est inhumé au Cimetière de guerre de Taukkyan (parcelle 2 – rangée A – tombe n°4). Ce cimetière de guerre, le plus grand des trois cimetières de guerre de Birmanie, est situé à 35 kilomètres au nord de Yangon. 6374 sépultures du Commonwealth de la Seconde Guerre mondiale y sont recensées et commémorées. Parmi ces sépultures, 867 ne sont pas identifiées.

La construction du cimetière a débuté en 1951 lorsqu’il fut décidé de transférer les tombes des cimetières provisoires des quatre champs de batailles de Akyab, Mandalay, Meiktila et Sahmaw, cimetières difficiles d’accès et dont les tombes ne pouvaient pas être entretenues convenablement. Le dernier cimetière transféré à Taukkyan était un cimetière chindit [5] où sont enterrés un grand nombre de soldats morts dans la bataille de Myitkyina (opération Thursday— février-août 1944).

Des cimetières civils, des cimetières provisoires situés dans les zones de cantonnement où les soldats étaient évacués pour être opérés et soignés, et des cimetières de fortune situés dans la jungle ont également été transférés à Taukkyan. La brutalité de la guerre et l’agitation prolongée qui a suivi ont engendré un retard considérable dans le rapatriement des tombes isolées. Dans l’intervalle, beaucoup ont disparues. Toutefois, lorsque les opérations ont pu reprendre, plusieurs centaines de tombes dispersées dans le pays ont été retrouvées et réunies à Taukkyan.

Le cimetière de Taukkyan est composé de deux jardins encadrés de promenades couvertes que relie en leur centre une rotonde ouverte. Le cimetière a une configuration légèrement différente des cimetières de la Commonwealth War Graves Commission en Europe. En effet, pour empêcher les constructions de s’enfoncer dans le sol humide, les tombes sont constituées de plaques en pierre posées sur le sol et non de pierres tombales verticales. Les noms des soldats sont gravés sur les façades des piliers rectangulaires situés sur les côtés des promenades couvertes. Comme le mémorial est composé en grande partie de colonnades, les pelouses du cimetière, les bosquets et les fleurs, peuvent être vus à travers les colonnades. Sur la frise de l’intérieur de la rotonde, est inscrit (en anglais) : "Ici sont inscrits les noms des 27 000 soldats de toutes nationalités qui unis au service de la Couronne britannique ont donné leur vie en Birmanie et en Assam, mais à qui le cours de la guerre a refusé les rites accordés à leurs compagnons d’armes dans la mort".
Il est également gravé sur la rotonde en anglais, birman, hindi, urdu et gurmukhi, l’inscription suivante :
THEY DIED FOR ALL FREE MEN (Ils sont morts pour que les hommes restent libres).
Source: Ambassade France

 

0 Commentaire (s)Réagir

Communauté

SOCIÉTÉ

La boulangerie française à Yangon!

Yangon est une ville très cosmopolite. Nous y rencontrons des gens qui viennent des quatre coins du monde. Ainsi, il est notamment possible de croiser le chemin d’anglais, d’allemands, d’australiens..

Vivre en Birmanie

SOCIÉTÉ

La boulangerie française à Yangon!

Yangon est une ville très cosmopolite. Nous y rencontrons des gens qui viennent des quatre coins du monde. Ainsi, il est notamment possible de croiser le chemin d’anglais, d’allemands, d’australiens..