Jeudi 17 juin 2021
Birmanie
Birmanie

Le nouveau président Win Myint veut amender la constitution

Par Rédaction lepetitjournal.com Birmanie | Publié le 02/04/2018 à 20:00 | Mis à jour le 02/04/2018 à 20:00
Win Myint président de la Birmanie

Dans son discours inaugural du vendredi 30 mars, le nouveau président Win Myint a promis d’amender la constitution du pays, écrite en 2008 par l’armée. Il annonce mettre au premier plan la loi, la réconciliation nationale, et de vouloir "amender la constitution afin de construire une union démocratique fédérale". Ces trois points sont les priorités de la Ligue Nationale pour la Démocratie, le parti d’Aung San Suu Kyi. Il précise aussi vouloir accorder une attention particulière à la protection des droits de l’Homme. Par cette annonce, Win Myint défie l’armée, et notamment son article constitutionnel empêchant Aung San Suu Kyi d’accéder au poste de présidente car veuve et mère d’étrangers. Aung San Suu Kyi, lors de son discours pour le deuxième anniversaire de la Ligue Nationale pour la Démocratie, dimanche dernier, lui a apporté tout son soutien, et a répété ces mêmes objectifs. "Dans l’année à venir, nous allons adopter des programmes qui vont adopter de réels bénéfices aux citoyens," ajoute-t-elle. "Je suis fermement convaincue que l’on peut surmonter tout défi – peu importe sa taille et sa difficulté – si l’on met de côté les préjugés des organisations et des groupes, si l’on travaille sans pointer du doigt, et si chacun d’entre nous fait des efforts avec volonté, sagesse et courage."

0 Commentaire (s)Réagir

Que faire en Birmanie ?

IDÉE SORTIE

Nouveau menu déjeuner en juin à L’Othentic

L’adresse est devenue un incontournable de la bonne cuisine et des bonnes soirées. Et voila que Christophe Bonzi et son équipe nous propose un menu déjeuner attractif et gustatif. A essayer d’urgence.

Vivre en Birmanie

Liberté d'expression

Les médias dans le collimateur des militaires en Birmanie

Si la liberté d’expression et d’informer n’a jamais été bien vue en Birmanie, ni par la Ligue nationale pour la démocratie, ni par l’armée, elle est désormais la cible d’une vraie campagne militaire.