Dimanche 31 mai 2020
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Le nombre de migrants économiques atteint les 5 millions

Par Rédaction lepetitjournal.com Birmanie | Publié le 14/02/2019 à 18:00 | Mis à jour le 14/02/2019 à 18:00
Le nombre de migrants économiques de Birmanie atteint les 5 millions

C'est effectivement le nombre annoncé de birmans qui auraient quitté la Birmanie pour trouver un travail à l'étranger. Les chiffres avancés proviennent du ministère du Travail, de l'Immigration et de la Population et sont expliqués principalement par le manque d'opportunités économiques en Birmanie ainsi que des salaires trop bas. La majorité de ces migrants économiques se retrouveraient en Thaïlande, soit environ 3 millions d'entre eux, où le salaire minimum journalier équivaut à environ 15 000 kyats (310 bahts) contre 4 800 kyats en Birmanie. Les autres pays attirants cette force de travail sont la Malaisie, Singapour, la Chine, les Emirats Arabes Unis et le Qatar. Viennent ensuite les autres pays d'Asie puis l'Union Européenne. Le secrétaire permanent du ministère du Travail a expliqué, lors de la présentation des chiffres, que le départ de ces travailleurs était un réel désavantage économique pour la Birmanie.

0 Commentaire (s)Réagir

Communauté

La main à la pâte

Respecter l’hygiène du « frigo »

Dans cette nouvelle rubrique, lepetitjournal.com Birmanie et le chef du restaurant « Le Planteur » Christophe Buzaré vous propose quelques conseils sanitaires pour cuisiner en limitant les risques.

Vivre en Birmanie

DÉVELOPPEMENT

L’électricité, un défi pour la Birmanie

Sans un approvisionnement en énergie fiable et régulier, pas de développement possible. Une équation que les dirigeants ne parviennent pas à résoudre, tiraillés entre intérêts publics et privés.

Expat Mag

Lima Appercu

Pourquoi le confinement ne fonctionne pas au Pérou ?

Le Pérou est le premier pays en Amérique latine à avoir décrété l’état d’urgence (16 mars), mais il est malgré tout devenu le deuxième pays le plus touché par l’épidémie du Covid-19, après le Brésil.