Le gouvernement décidé à prendre le contrôle de l’administration

Par Rédaction lepetitjournal.com Birmanie | Publié le 02/01/2019 à 15:00 | Mis à jour le 02/01/2019 à 15:00
Le gouvernement en Birmanie décidé à prendre le contrôle de l’administration

Les périodes de fêtes ou vacances sont souvent les moments choisis par les dirigeants pour faire des annonces sensibles. L’actuel gouvernement de Birmanie n’a pas dérogé à cette habitude quand le porte-parole de la présidence, U Zaw Htay, a rendu publique le 21 décembre dernier la décision de faire passer la Direction de l’administration générale (GAD) sous la coupe du ministère du Bureau du gouvernement de l'Union alors que cette direction dépend actuellement et ce depuis 30 ans du ministère de l’Intérieur, l’un des 3 ministères détenus par les militaires en accord avec la Constitution de 2008. Ce qui pourrait passer pour une simple réorganisation administrative est bien entendu tout sauf anodin. La GAD est une organisation “chapeau” de l’administration birmane et elle est aussi au centre de la politique sécuritaire au pays, fonctionnant comme autrefois les Renseignements généraux en France : collecte d’informations sur le terrain, signalement d’individus “suspects”, données démographiques… Cette structure est d’ailleurs depuis longtemps l’objet de nombreuses critiques de la part des militants politiques ou des Droits Humains qui lui reproche d’être avant tout un outil de surveillance et de contrainte de leurs activités au service des militaires. Signe qui ne trompe pas, le Parti pour l’union et la solidarité (USDP), ancien parti dirigeant aujourd’hui dans l’opposition et très lié aux militaires, s’est officiellement inquiété de cette réforme, disant craindre “qu’elle n’affaiblisse la DAG et la rende moins efficace alors qu’elle est essentielle au fonctionnement de l’Etat au quotidien”. Et c’est exactement ce pourquoi elle doit revenir dans le giron des civils, a rétorqué un officiel de la Ligue nationale pour la démocratie (LND), le parti au pouvoir : “le gouvernement civil doit pouvoir contrôler son administration car elle est l’outil de mise en œuvre de sa politique. Rendre la GAD au civil est donc absolument essentiel”.

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Birmanie !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition internationale