Le capitaine Moe Yan Naing devra encore attendre

Par Rédaction lepetitjournal.com Birmanie | Publié le 06/01/2019 à 14:00 | Mis à jour le 06/01/2019 à 14:00
Le capitaine Moe Yan Naing devra encore attendre en Birmanie

La rumeur s’amplifiait, et son épouse avait déclaré à de nombreux médias ou ONG que sa libération devait se faire le 2 janvier. Las, les espoirs de Daw Tu Tu ont été déçus et elle devra patienter encore un peu avant la sortie de prison de son lanceur d’alerte de mari, le capitaine Moe Yan Naing étant l’officier de police qui avait témoigné sous serment que les deux journalistes de Reuters Wa Lone and Kyaw Soe Oo, jugés pour un article incriminant l’armée dans un massacre dans l’état d’Arakan, avaient été piégés sur ordre du général Tin Ko Ko. A l’époque ce témoignage n’avait pas empêché la Cour de prononcer la culpabilité des deux journalistes – qui font d’ailleurs appel du verdict – mais il avait en revanche valu à son auteur une peine de prison d’un an, pour “infraction disciplinaire au code de conduite de la police”. Le 2 janvier, son épouse et son frère ont attendu en vain devant les portes de la prison d’Insein où il est détenu afin de l’accueillir à sa sortie. Les autorités carcérales ont finalement fait savoir qu’elles avaient fait une erreur de calcul et que le capitaine ne serait pas relâché avant février 2019.

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Birmanie !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition internationale