Jeudi 24 juin 2021
Birmanie
Birmanie

La liste des accusations à l’encontre d’Aung San Suu Kyi s’allonge

Par Rédaction lepetitjournal.com Birmanie | Publié le 06/04/2021 à 00:00 | Mis à jour le 06/04/2021 à 00:00
Le procès d'Aung San Suu Kyi en Birmanie a débuté le 1er avril 2021

Après de nombreux reports, le procès de l’icône birmane a débuté le 1er avril. L’accusée a comparu par visioconférence devant le tribunal de Naypyidaw. Cela fait plus de deux mois que l’ancienne conseiller d’Etat ainsi que le président, Win Myint, et d’autres opposants politiques ont été interpellés par la junte militaire lors de son coup de force du 1er février 2021.  Après de nombreux reports, son procès a débuté le 1er avril où elle a comparu par visioconférence devant le tribunal de Naypyidaw. Cette première audience portait sur les questions administratives, comme la désignation officielle de son équipe de défense. Selon un des ses avocats, Aung San Suu Kyi paraissait en bonne condition physique. "Elle a demandé une rencontre entre elle et ses avocats – une réunion privée pour donner ses instructions à sa défense et discuter de l'affaire sans ingérences extérieures de la police ou des forces armées" a déclaré son équipe de défense qui l'avait vue la veille par vidéo et sous surveillance policière pour la première fois depuis le renversement de son gouvernement.
La liste des inculpations est longue et ne cesse de s’allonger. La première porte sur la "violation d’une loi commerciale" pour l’importation jugée illégale de six talkies walkies qui ont été retrouvés à son domicile et qui auraient été utilisés sans autorisation par ses gardes du corps. La dirigeante de la Ligue Nationale pour la Démocratie (NLD) est également accusée de "violation d’une loi contre les télécommunications" pour s’être exprimée publiquement afin de mettre en garde contre l’imminence d’un coup d’Etat et "d’avoir utilisé les réseaux de communication à des fins politiques".  Il est à noter que cette loi est au coeur de la polémique depuis des années car elle est bien connue - et régulièrement utilisée - pour être abusive et permettre au pouvoir en place de sanctionner légalement en toute impunité. La plupart des organisations de défenses de la liberté d’expression en Birmanie ont réclamé son abrogation sans succès.  "L’incitation aux troubles publics" est liée à une déclaration du Comité représentant des élus politiques, qui demandait aux ambassades de ne pas travailler avec la junte militaire. Elle a été aussi accusée de non-respect des restrictions liées au coronavirus et d’avoir violé une loi sur les secrets d'État datant de l'époque coloniale, alors qu’aucun détail n’a été révélé sur cette dernière accusation.  Même si elle n’a pas encore été inculpée pour corruption, il lui est reproché d’avoir perçu plus d’un million et demi de dollars et plus de 11 kg d’or sous forme de pots-de-vin. Le procès de l'ancienne conseillère d'Etat pourrait durer de six mois à un an.  La prochaine audience est fixée au 12 avril.

 

0 Commentaire (s)Réagir

Que faire en Birmanie ?

IDÉE SORTIE

Nouveau menu déjeuner en juin à L’Othentic

L’adresse est devenue un incontournable de la bonne cuisine et des bonnes soirées. Et voila que Christophe Bonzi et son équipe nous propose un menu déjeuner attractif et gustatif. A essayer d’urgence.