Incendie dans la décharge de Yangon : et maintenant ?

Par Marie-Sophie Villin | Publié le 08/05/2018 à 20:00 | Mis à jour le 08/05/2018 à 20:00
Photo : Crédit: Marie-Sophie Villin​​​​​​​
Incendie décharge de Yangon_1

Le 21 avril, un incendie a été déclaré dans la décharge du quartier de Hlaing Tharyar dans le nord de Yangon, qui est depuis 17 ans la plus grande décharge de la ville. Les équipes de pompiers se sont relayées lors de services de 24 heures afin d’y mettre un terme dans des conditions des plus dangereuses, le feu se développant sous le sol et la surface étant instable à cause de l’accumulation de couches de déchets sur plusieurs mètres. Plus de 70 personnes ont été admises dans des hôpitaux ou des cliniques à la suite de problèmes respiratoires, la fumée toxique s’étant propagée sur une grande partie de la ville. Le jeudi 3 mai, le feu a été déclaré maîtrisé. Il est habituel à cette période de l’année qu’un feu débute dans la décharge, à cause de la chaleur et de la pression comprimées sous les déchets, mais il est rarement si puissant et tenace. Le fait qu’un tel incident puisse arriver et surtout qu’il mette tant de temps à être résolu pose des questions.

Crédit: Marie-Sophie Villin

La communication quant à l’avancée du travail des pompiers s’est révélée laborieuse. Le 3 mai, alors que le feu est déclaré éteint, un technicien du service des eaux assistant les pompiers à la décharge nous confie que certains endroits brûlent encore sous ces montagnes de déchets. Un employé du service des pompiers de la décharge va également dans ce sens : "Plus rien n’est en feu. Regardez autour de vous. Une décharge va toujours avoir de la fumée ici et là. Bien sûr, les parties souterraines encore en feu sont quelque chose que nous devons régler. Ce n’est pas un problème, cela sera résolu rapidement." Effectivement, de nombreuses volutes de fumée s’élèvent et des pompiers s’affairent encore à en éteindre les sources. Les deux employés ne savent pas ce qu’il va advenir dans le futur concernant la gestion de la décharge. Tous deux renvoient la responsabilité des décisions à un autre département, notamment celui du développement.

Crédit: Marie-Sophie Villin

Pour ce département justement, la première nécessité est de trier les déchets avant même leur arrivée à la décharge. Une des principales raisons de l’incendie est que les différents types de déchets n’ont pas pu être traités chacun de la bonne façon, les déchets secs étant mélangés avec les déchets humides, les déchets compostables avec le plastique. Des plans ont été faits afin d’avoir un meilleur traitement des eaux en cas de feu et afin d’introduire des tuyaux pour évacuer le gaz piégé sous les ordures. La demande en a été faite au gouvernement régional il y a un certain temps mais, selon les employés du service du développement la gestion des déchets, cela n’a jamais été leur priorité et les fonds n’ont jamais été débloqués. Des progrès ont toutefois été faits : il y a quelques années, la décharge était incapable de gérer les 2 500 tonnes de déchets produites tous les ans par les habitants de Yangon et elle ne parvenait à en prendre en charge qu’environ 1 500. Les équipes et les ressources ont augmenté, permettant aujourd’hui de collecter la grande majorité des déchets. Les questions quant aux actions que le gouvernement régional compte mettre en place en vue d’un futur risque d’incendie restent elles entières.
 

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Birmanie !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com