Samedi 28 mars 2020
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Environ 600 étrangers ont acquis le statut de résident permanent

Par Rédaction lepetitjournal.com Birmanie | Publié le 22/01/2020 à 22:49 | Mis à jour le 22/01/2020 à 22:56
resident permanent en Birmanie

Le statut de résident permanent a été créé le 29 décembre 2014 en Birmanie, afin d’attirer une partie de la diaspora déchue de sa nationalité après avoir fuit le pays durant les années de dictature, les enfants issus de ces Birmans exilés, ou encore pour faire venir les étrangers désireux d’investir dans le pays, que ce soit leur argent ou leurs compétences. La procédure concerne aussi ceux et celles dont le conjoint est birman(e) et qui souhaitent s’établir dans le pays avec un minimum de sécurité quant à la durée et la stabilité de leur séjour. Il existe en conséquence quatre catégories dans l’une desquelles les demandeurs du statut de résident permanent doivent s’inscrire : expertise, investissement, ancien citoyen(ne) birman(e), liens familiaux avec un Birman(e). Et, selon le ministère du Travail, de l’Immigration et de la Population, 648 personnes ont déposé une demande depuis la création du statut, 591 recevant une réponse positive. Il faut préciser que le simple dépôt de la demande coûte 1 000 dollars étasuniens et que si le statut est approuvé, il faut encore payer une somme de plus de 800 dollars étasuniens pour sa carte de résident, un paiement annuel. Vu ces coûts, nombre d’étrangers vivant en Birmanie préfèrent recourir à l’un des différents types de visa longue durée qui existent également.

0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

Coronavirus

La police obligée d’intervenir pour mettre un homme en quarantaine

Des officiels des services de santé de Yangon ont dû avoir recours à la police et à la menace pour obtenir qu’un de leurs concitoyens accepte finalement de les suivre pour une période de quarantaine.

Vivre en Birmanie

Coronavirus

La police obligée d’intervenir pour mettre un homme en quarantaine

Des officiels des services de santé de Yangon ont dû avoir recours à la police et à la menace pour obtenir qu’un de leurs concitoyens accepte finalement de les suivre pour une période de quarantaine.