Jeudi 15 novembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Ce que la médecine sait (ou pas) au sujet du thanaka

Par International SOS | Publié le 16/10/2017 à 20:00 | Mis à jour le 17/10/2017 à 04:32
Thanaka Birmanie

Le thanaka est, bien sûr, omniprésent en Birmanie. Son utilisation va au-delà des ethnies et des croyances religieuses. Bien que la plupart des femmes de toutes les classes économiques et sociales utilisent le thanaka, les descriptions de son utilisation sont souvent de l'ordre de la croyance. Ainsi des affirmations telles que “toutes les femmes birmanes adorent le thanaka” et “les Birmans doivent remercier le thanaka pour la réputation éclatante de leur teint” sont courantes dans la littérature promotionnelle. 

Sans tenir compte de la complexité ethnographique du pays, il est probablement sûr d'affirmer que le thanaka en Birmanie est à la fois un produit cosmétique, un traitement préventif et de soin, et une tradition. Depuis des années, j'entends que le thanaka rafraîchi la peau, protège du soleil, régule l'acné, guéri les blessures, traite les démangeaisons et fournit un supplément nutritionnel aux bébés. C'est également utilisé médicalement pour guérir le paludisme, l'épilepsie, la lèpre, les maladies du cœur et les infections stomacales. Certaines personnes pensent que manger du thanaka avec une pomme peut provoquer la mort. 

Mais que dit la recherche médicale sur le thanaka ?
C'est un sujet compliqué parce que les données cliniques sont rares et les informations culturelles très diverses. Il n'y a pas d'évidences qui corroborent ou réfutent les utilisations traditionnelles médicales du thanaka. De plus, aucune recherche n'a évalué la dangerosité de son utilisation dans un contexte clinique, ce qui est la première étape pour approuver des médicaments dans des pays où la réglementation est stricte. Les recherches biologiques sont minimes. En 2010, un groupe de chercheurs thaïlandais ont disséqué les composants chimiques de l'écorce du hesperethusa crenulata, qui est un des arbres utilisés pour faire la poudre de thanaka. Ils ont trouvé des composants actifs aux effets antioxydant, anti-inflammatoire, légèrement antibactérien et une inhibition de la tyrosinase (la tyrosinase est nécessaire pour la synthèse de la mélatonine, donc la bloquer engendre un blanchiment de la peau). L'implication est que nous pourrions avoir une explication physiologique pour l'effet soi-disant protecteur et thérapeutique du thanaka. Cependant, nous manquons d'études, sur des patients, montrant une réduction des facteurs tels que le vieillissement de la peau, les taux de cancers et d'infections.

Le thanaka est vendu dans les marchés sous deux formes, en bois brut, à préparer avec de l'eau et une pierre rappeuse, et en solution préparée, prête à l'emploi pouvant contenir des ingrédients additionnels. Le marketing de la version préparée en tant que produit de santé combiné à un manque d'institutions régulant les médicaments crée des inquiétudes quant à la sécurité sanitaire. Un exemple vient de Fort Wayne, en Indiana, aux États-Unis. Il y a là-bas la plus grande communauté réinstallée Karen des États-Unis. En 2009, des médecins remarquent que des enfants Karen ont un taux dangereusement élevé de plomb, qu'ils ont fini par associé à l'utilisation de thanaka et de "daw tway" (une solution traditionnelle pour aider les enfants à digérer), importés de Birmanie.

Pour commencer une évaluation du thanaka d'une perspective épidémiologique, deux de mes collègues américains en dermatologie ont récemment mené une petite étude comportementaliste, utilisant des standards statistiques. Ils ont trouvé que l'utilisation la plus commune du thanaka est "pour protéger du soleil", "rafraîchir la peau" et "blanchir la peau". Cela est, je pense, en accord avec ce que la plupart des utilisateurs de thanaka pensent être de bonnes raisons pour appliquer ce produit : ça fait du bien, ça soigne, c'est marrant et on a toujours fait comme ça. Il est possible que le thanaka protège du soleil et agisse contre les bactéries mais d'un point de vue médicalement occidental, il n'y a pas d'évidence objective quant à l’effet sur la couleur de la peau, les maladies dermatologiques ou une aide sanitaire quelconque. 

Malheureusement, nous ne savons pas non plus s'il y a des dangers associés à l'application ou à l'ingestion du thanaka, tout particulièrement en considérant la manière non réglementée ayant cours pour produire et empaqueter la forme préparée. Avec des recherches médicales devenant plus accessibles en Birmanie, nous espérons avoir plus d'informations et peut-être que nous pourrons alors montrer que ce produit ancestral peut être utilisé de manière sûre et bénéfique.
Écrit par International SOS Docteur Christoph Gelsdorf, médecin américain et membre de l'Aca du Myanmar.

International SOS Myanmar - Inya Lake Hôtel, #37 Kaba Aye  Pagoda Road, Yangon 
Tél.: (+95) 1 657 922
Email: reception.ygn@internationalsos.com

Site internet : www.internationalsos.com

 

itnernationalsos

International SOS

International SOS est une compagnie leader mondial de la maîtrise des risques de santé et de sécurité. Nous prenons soins de nos clients de par le monde, dans plus de 1000 endroits répartis dans 90 pays.
0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

EMPLOI

Lancement du premier "Guide des Ressources Humaines du Myanmar"

Le Comité des Ressources Humaines de la CCI France Myanmar lance le premier Guide des Ressources Humaines au Myanmar, qui vise à fournir toutes les informations pratiques et actualisées dont les...

Communauté

ENVIRONNEMENT

Green Lotus, pour un Myanmar Vert !

Depuis 2013, l’équipe de Green Lotus a posé ses valises à Yangon pour participer activement à l'action pour un développement réellement soutenable du Myanmar de demain, et pour la promotion des...