Une cache d’armes découverte à la frontière indo-birmane

Par Rédaction lepetitjournal.com Birmanie | Publié le 26/04/2021 à 17:49 | Mis à jour le 27/04/2021 à 11:47
Photo : Certaines des armes saisies entre l'Inde et la Birmanie
Une cache d'arme à la frontière indo-birmane

L’information est livrée par le site en ligne Mizzima, qui la reprend lui-même de la presse indienne : à la suite de renseignements obtenus sur les mouvements rebelles Naga opérant dans l’état de Manipur, à la frontière entre l’Inde et la Birmanie, les forces de sécurité indiennes ont saisi dimanche 25 avril une grande quantité d’armes stockées dans une cache proche de la Birmanie.

Parmi le matériel militaire récupéré figurent des lance-grenades, des lance-roquettes, des équipements de communications, des fusils et des armes de poing, ainsi que de nombreuses caisses de munitions. Deux jours plus tôt, un cadre du mouvement rebelle indien Conseil National Socialiste du Nagaland avait été interpellé dans un hôpital proche où il se faisait soigner.

Le mouvement rebelle s’est créé dans les années 80 pour obtenir un état Naga indépendant qui comprendrait l’actuel zone autonome Naga de Birmanie. En 2012, le mouvement a officiellement mis fin à sa lutte en Birmanie mais depuis la prise du pouvoir par l’armée birmane, certains observateurs s’interrogent sur une possible reprise de ses activités militaires contre la Tatmadaw (le nom birman de l’armée birmane) ou à tout le moins sur une aide qu’il fournirait à des insurgés locaux. De fait, autour de Tamu, ville birmane du Sagaing située à la frontière avec le Manipur, de violents combats ont opposé des civils à la Tatmadaw, des civils apparemment bien armés et ne se revendiquant pour l’instant d’aucun groupe rebelle connu de Birmanie.

L’état de Manipur, suivant la demande du gouvernement fédéral indien, a officiellement refusé d’accueillir des réfugiés birmans après le coup du 1er février, probablement inquiet de l’implantation possible de militant du Conseil National Socialiste du Nagaland parmi ces fuyards. L’état indien voisin de Misoran, plus au sud et frontalier du Chin birman, est lui resté ouvert aux citoyens de Birmanie souhaitant se réfugier hors de leur pays.

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Birmanie !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition internationale