Dimanche 29 mars 2020
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

300 millions d’amende pour Mytel

Par Rédaction lepetitjournal.com Birmanie | Publié le 28/07/2019 à 17:02 | Mis à jour le 28/07/2019 à 17:06
Lancement national de Mytel prévu en juin

La direction des Postes et Télécommunications a infligé une amende record de 300 millions de kyats (environ 175 000 euros) et deux avertissements à Mytel, la dernière-née des compagnies de téléphonie birmane, pour infractions aux règles commerciales en vigueur. Deux autres entreprises du secteur ont également été sanctionnées. Le régulateur reproche à Mytel d’avoir indûment surtaxé ses clients sans que ceux-ci en soient bien sûr informés. Les deux avertissements par ailleurs concernent le manque de données vérifiables fournies par l’opérateur sur sa couverture réelle du territoire et le fait qu’il a distribué gratuitement des cartes SIM afin d’amplifier sa clientèle de manière jugée factice par la direction des Postes et Télécommunications. Telenor Myanmar et Amara Communications, le propriétaire de Ananda 4G+, ont eux-aussi été avertis pour une infraction à la réglementation tarifaire pour le premier et pour l’usage de bandes micro-ondes sans autorisation pour le second. Mytel est une entreprise qui a suscité la polémique en Birmanie dès son lancement en juin 2018. Elle est en effet détenue à 49% par Viettel, une société vietnamienne qui appartient au ministère de la Défense du Vietnam, à 28% par Star High, une filiale de Myanmar Economic Corp, un conglomérat dont les propriétaires sont des militaires birmans et à 23% par Myanmar National Telecom Holding, un consortium de 11 compagnies locales.

0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

Coronavirus

La police obligée d’intervenir pour mettre un homme en quarantaine

Des officiels des services de santé de Yangon ont dû avoir recours à la police et à la menace pour obtenir qu’un de leurs concitoyens accepte finalement de les suivre pour une période de quarantaine.

Vivre en Birmanie

Coronavirus

La police obligée d’intervenir pour mettre un homme en quarantaine

Des officiels des services de santé de Yangon ont dû avoir recours à la police et à la menace pour obtenir qu’un de leurs concitoyens accepte finalement de les suivre pour une période de quarantaine.