Mercredi 16 janvier 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Wi’am Wahhab, Gavin Ford, Carlos Ghosn…l’actu de la semaine au Liban

Par Justine Huc-Lhuillery | Publié le 02/12/2018 à 15:59 | Mis à jour le 02/12/2018 à 16:05
revue d'actu

L’actualité de ces sept derniers jours a été marquée par les tensions créées par les attaques de Wi'am Wahhab contre Saad Hariri, le meurtre d'un des animateurs radio les plus populaires du pays et le soutien du Liban en faveur de Carlos Ghosn.

Wahhab s’en prend à Hariri et exacerbe les tensions
Après de multiples attaques contre Saad Hariri, qui ont suscité la colère de certains de ses partisans qui ont multiplié les blocages de route, l’ancien ministre druze Wi’am Wahhab devait être interrogé par les forces de police. Vendredi, elles se sont rendus à son domicile à Jahiliyé, dans le Chouf, mais ils se sont heurtés à l’opposition armée de ses partisans. Un garde du corps de M. Wahhab a été tué lors de ces affrontements. Plusieurs responsables ont appelé au calme. Ceci intervient alors que la formation du gouvernement est encore paralysée à cause du “noeud sunnite”.

Meurtre d’un animateur de radio britannique résidant au Liban
Mardi, le corps de Gavin Ford a été retrouvé ligoté dans sa maison. Il aurait été étranglé et frappé au visage. Après une enquête de la police, un ressortissant syrien a été arrêté puis a  reconnu avoir participé à ce meurtre, avec un complice localisé plus tard. Ils ont avoué avoir pénétré au domicile de l’animateur pour un cambriolage, puis l’ont agressé avant de le laisser inconscient. De nombreuses photos de la scène de crime ont fuité et été partagées sur les réseaux sociaux. Ces fuites ont été dénoncées.

Pétition lancée au Liban pour la libération de Carlos Ghosn
Plusieurs responsables ont continué à exprimer cette semaine leur soutien au  président de Renault-Nissan-Mitsubishi, placé en garde à vue au moins jusqu’au 10 décembre, date de la décision du procureur sur son inculpation ou non. Le ministre sortant de l’intérieur, Nohad Machnouk, a déclaré que « le soleil du Japon ne brûlera pas le phénix libanais ». M. Ghosn est accusé par les tribunaux japonais d’avoir certifié des rapports financiers inexacts, notamment concernant ses propres revenus, ce qu’il dément. M. Ghosn est un emblème de la réussite au Liban. De nombreux citoyens ont lancé une pétition en ligne, considérant que l’homme d’affaires avait été séquestré. 

Arrestation de 400 réfugiés syriens à Ersal
Mercredi, l’armée libanaise a arrêté plus de 400 réfugiés syriens au Liban-nord. La plupart d’entre eux possédaient des titres de séjour périmés. Un avocat syrien a accusé le gouvernement de se présenter comme un pays d’accueil, sans pour autant reconnaître aux syriens le statut de réfugié. Leurs conditions de vie sont souvent très mauvaises, et dépendent directement des organisations humanitaires. Plus de 8000 réfugiés sont retournés en Syrie au cours d’opération de retour volontaire, organisées par les autorités libanaises et syriennes. La question des retours forcés inquiète toujours les organisations internationales.

Ibrahim Maalouf « scandalisé » par sa condamnation pour agression sexuelle
La semaine dernière, le trompettiste franco-libanais a été condamné à 4 mois de prison avec sursis et à 20 000 euros d’amende pour agression sexuelle. Il est accusé d’avoir embrassé une jeune fille de 14 ans à la sortie d’un concert, puis dans un studio d’enregistrement où elle était en stage, faits qu’il a toujours niés. Le musicien s’est dit « scandalisé » par la décision de justice, considérant avoir amené toutes les preuves du mensonge de la victime.

Justine Huc-Lhuillery

Justine Huc-Lhuillery

Captivée par les trames et les drames de la scène politique, je souhaite en comprendre les mécanismes. Mon enquête commence par le Liban.
0 Commentaire (s)Réagir

Rubriques partenaires

Logo partnaire Logo partnaire

Communauté

CULTURE

La Nuit des idées 2019 : “ Face au présent »

L’Institut français du Liban et ses partenaires vous invitent, le 31 janvier, à la 4ème édition mondiale de la Nuit des idées « Face au présent : lignes de fronts ».