Lundi 23 septembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

SUR LA ROUTE – Une bloggeuse raconte sa traversée du Liban en bus

Par Rédaction LPJ Beyrouth | Publié le 27/02/2018 à 02:00 | Mis à jour le 27/02/2018 à 14:12
Cola_Intersection

Nous  remettons à la une ce témoignage de la baroudeuse Constance, auteure du blog La Planneuse Supertramp, qui a traversé le Liban en transport en commun l'été 2016. Oui, c'est possible et sans aucun danger ! Découvrez sa riche expérience.

------------------------------------------------------------------------
 

Pour connaître le Liban et les Libanais, rien de tel que de prendre les transports. Un mode de déplacement aléatoire, voire anarchique, à l'image du pays.

Il existe au Liban trois catégories de transports en commun collectifs : les bus, les vans et les « services » (taxis collectifs).
Pour ces trois moyens de transport, le principe est le même : il n'y a pas d'arrêt. Si vous voulez que l'un de ces véhicules vous prenne, il suffit de faire signe pour qu'il s'arrête et vous amène à votre destination.
Cependant, les bus et les vans suivent des trajets fixes, comparables aux lignes de transport en commun occidentaux. Les services ne suivent pas de trajet particulier.

 

A partir de Beyrouth

  • Vers le nord : Dora, à l'entrée nord de Beyrouh
  • Vers la Békaa : Hazmieh
  • Vers le sud : Cola

Tarifs

  • Beyrouth ? Tyr = 5000 LL
  • Beyrouth ? Saïda = 2000 LL
  • Beyrouth ? Bcharré = 8000 LL
  • Batroun ? Byblos ? Beyrouth = 5000 LL
  • Beyrouth ? Beiteddine = 3000 LL

 

Bus

En dehors des points de rendez-vous, le moyen sûr d'avoir un bus en quelques minutes, c'est la voie rapide. Alors oui, ça paraît fou pour nous Français mais de nombreux usagers attendent sur le bord de l'autoroute qu'un bus passe et les récupèrent à la volée. D'ailleurs, la plupart des gens demandent à être arrêtés à des embranchements de voie rapide.

Les bus sont des véhicules plus grands que les vans. Dans chaque ville, il y a un point de rendez-vous où les bus s'arrêtent, très facile de demander « bus stop » pour venir et repartir d'une ville à l'autre. Je n'ai jamais attendu plus de 15 minutes pour prendre un bus.

 

Vans

J'ai adoré me déplacer de cette manière. Très utilisés par les locaux, ces moyens de transport sont les moins chers. Ce sont des sortes de vans datant des années 80, où l'on peut s'entasser jusqu'à 20 sans climatisation sur les trajets prisés, reliant les principales villes du pays. Ils roulent vite, dangereusement parfois, la porte ouverte (pour récupérer du monde en route), et vous dépose là où vous dites « stop » sur leur chemin.

 

« Services »

Ce sont des taxis collectifs mais ne prononcez jamais le mot « taxi » sinon vous paierez plus cher. Le service est un taxi, reconnaissable grâce à sa plaque d'immatriculation rouge, qui permet de partager le trajet avec d'autres voyageurs. En gros, c'est du covoiturage. Ca permet de se déplacer de manière facile, économique et de découvrir la ville. C'est très efficace et utile à Beyrouth pour aller d'un quartier à l'autre si les distances ne sont pas trop longues.

Vous êtes dans la rue, vous arrêtez un taxi (de toute façon, ils klaxonnent tous pour rameuter les passagers), dites « service » et indiquez le quartier où vous allez. Si ce n'est pas trop loin (à moins de 10 minutes), il dit OK et vous emmène pour 2000 livres (1 Euro).

Si c'est trop loin, la plupart des taxis ne vous prendront pas. D'autres s'énerveront, pensant que vous voulez les arnaquer, et passeront en mode « taxi » en vous faisant payer triple. A titre d'exemple, on peut même aller en mode « service » à l'aéroport pour 6000 LBP (3 Euro) en se débrouillant bien.

 

A côté des transports collectifs, il y a les transports individuels.

 

Taxis

En dehors des grandes agglomérations, les véhicules à plaque rouge fonctionnent en taxi. Les taxis permettent de vous rendre dans des endroits reculés, non desservis par les bus. Il faut toujours négocier avant sa course. A titre d'exemple, au Liban-sud, j'ai fait Saïda-Jezzine en taxi (40 minutes de route) pour 20 000 LBP (10 Euro).

Un jour, un chauffeur de taxi (en mode « service », pour aller à Cola) me dit : « Mais comment vous avez appris comment vous déplacer au Liban aussi vite ? » Le réseau des transports en commun est d'apparence confus mais quand on en a saisi les codes, on s'en sort très bien, voire mieux que les locaux.
 

Conseils pratiques

  • Renseignez vous sur le coût du trajet avant d'entrer dans les transports en commun. L'astuce, c'est de prévoir le compte car si vous donnez un billet, pas sur qu'il vous rende la monnaie.
  • Pour les femmes, veillez à ne pas vous asseoir à l'avant, à côté du chauffeur des taxis services lorsque le véhicule est vide pour éviter les regards lubriques et les mains baladeuses.
  • Dans les vans, veillez à voyager les jambes couvertes, sans décolleté et d'avoir au moins les épaules couvertes. Sans quoi votre voisin, collé à vous, ne manquera pas de tenter de vous toucher ou vous reluquer tout le trajet. Il n'est pas nécessaire de se couvrir les cheveux.

 

Constance
La planneuse blog Constance

Site : http://laplanneusesupertramp.fr/
facebookhttps://www.facebook.com/LaPlanneuseSupertramp/ 
twitter  https://twitter.com/LaPLSupertramp
instagram png  https://www.instagram.com/laplanneuse/

 

laplanneuse Constance

@Constance - Laplanneuse

20604182_1986862718196222_75806932469089064_n

Rédaction LPJ Beyrouth

L'édition de Beyrouth de Lepetitjournal.com, Le média des Français, des francophones et des francophiles dans le monde.
0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Beyrouth

ENVIRONNEMENT

L’USEK s’associe au projet CEDRO, financé par l’Union européenne

L’Université Saint-Esprit De Kaslik (USEK) s’associe au projet CEDRO, financé par l’Union européenne, pour mettre en œuvre une stratégie relative à l’énergie durable au niveau de l’Université.

Expat Mag

Cambodge Appercu
GASTRONOMIE

« Chez Mama Ly », l'héritage culinaire de la vlogueuse Diana Chao

Diana Chao, une Française née à Paris de parents sino-cambodgiens, a décidé de se consacrer à 100% à sa chaîne Youtube. Le but : démystifier la culture asiatique en partageant les recettes de sa mère.

Sur le même sujet