Jeudi 19 septembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Keefak, l’appli pour apprendre à parler le libanais

Par Hélène Boyé | Publié le 08/08/2019 à 12:22 | Mis à jour le 08/08/2019 à 12:50
Keefak, appli, apprendre, parler, libanais, Hadi Khoury

Créée en 2012 à l’initiative du franco-libanais Hadi Khoury, l’application a été téléchargée plus de 150.000 fois.
 

Disponible en français, anglais, espagnol et portugais, l’application, téléchargeable sur les principales plateformes, fonctionne sur le principe de translitération phonétique. Il n’est donc pas nécessaire de connaître l’écriture arabe.

 

Keefak the apps

 

L’idée a émergé dans l’esprit de Hadi Khoury, ingénieur en informatique spécialisé dans la cybersécurité résidant à Paris depuis 20 ans, lorsque sa première fille est née en 2009. « J'en ai tout de suite parlé à mon frère Joseph qui terminait ses études d'ingénieur en développement logiciel. N'étant pas linguistes, nous nous sommes tout de suite rapprochés du professeur Antoine Fleyfel, auteur reconnu de plusieurs ouvrages et techniques pédagogiques d'apprentissage du dialecte libanais », explique M. Khoury. L'équipe s'est ensuite étoffée avec Pascale Aoudé, enseignante de libanais à Paris, de Tony Asmar et de Rawad Rahmé, développeurs de l'application mobile sur les plateformes Windows et Android. Toute l’équipe travaille alors bénévolement sur la conception du contenu et l'ingénierie pédagogique.
 

L’application voit le jour en janvier 2012, elle compile du vocabulaire, de la grammaire et des exercices audio, notamment sous forme de conversations fictives. « Nous n'avions aucun capital au départ hormis notre temps et notre farouche volonté de permettre aux Libanais à travers le monde de transmettre leur langue aux générations futures », raconte Hadi Khoury.
 

Depuis son lancement, "Keefak" a été téléchargé près de 150 000 fois. Les utilisateurs sont surtout des Libanais de la diaspora mais pas que. « Plusieurs Libanais nous en veulent terriblement. Leurs conjoints non-libanais utilisant ‘Keefak’ en secret et comprennent désormais tout ce qui se trame autour d'eux, surtout lorsque la belle-maman est dans les parages », s’amuse M. Khoury. L'application en est à sa huitième version et a beaucoup évolué, notamment avec l’ajout de plusieurs niveaux de difficulté et une vérification des acquis avec exercices et quiz.
 

L’application “Keefak” est gratuite pour permettre une plus grande diffusion et parce que ses fondateurs sont « farouchement opposés à une monétisation quelconque des données personnelles des utilisateurs de “Keefak” » souligne, Hadi Khoury. « Nous ne les assaillons pas non plus de publicités » ajoute-il.
 

Aujourd’hui, le moment est venu pour “Keefak” de grandir. L’objectif est de rajouter du contenu pédagogique et multimédia, d’augmenter l’interaction avec les utilisateurs et d’atteindre un plus large public, « petits et grands ». Pour cela, ses fondateurs ont choisi l’option du financement participatif sur le site Indiegogo.

 

keefak crowdfunding

 

Participer au crowdfunding

Il suffit de se rendre sur le site Indiegogo ICI : bitly.com/keefak2020

Les contributions vont de 5 Euros à 5 000 Euros et offrent chacune une contrepartie.
- 5 Euros = Remerciement public

- 10 Euros = Contrepartie précédente + communication à travers "Keefak" au profit d'une association ou d'une cause
- 25 Euros = Contrepartie précédente + invitation à l'événement de lancement officiel #Keefak2020 au Liban
- 50 Euros = Contrepartie précédente + envoi par mail d'une œuvre artistique au nom du donneur aux couleurs de "Keefak"
- 100 Euros et plus =  Le nom du donneur ou celui de l’entreprise donnatrice (ou le logo) dans l'application + 1 (ou plusieurs) message(s) annuel(s) véhiculé(s) dans l'application + invitation à l'événement de lancement officiel #Keefak2020 au Liban

 

@KeefakTheApp est sur Facebook, Instagram et Twitter
Site Web : www.keefaktheapp.com

 

Nous vous recommandons

Hélène Boyé, directrice de la publication de LPJ Beyrouth

Hélène Boyé

Co-fondatrice et directrice de publication LPJ Beyrouth. Expatriée depuis plus de 17 ans au Liban, atteinte de « libanolose », mon seul désir, faire connaitre le Liban sous un autre regard.
0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Beyrouth

THÉÂTRE

Le collectif Zoukak, pionnier de la thérapie par l’art au Liban

Depuis près de 10 ans, la compagnie théâtrale organise gratuitement des ateliers mêlant art et psychologie afin de venir en aide aux populations les plus vulnérables aux quatre coins du pays.

Expat Mag

Dublin Appercu

Apple met en cause le « bon sens » de l’UE devant la justice

Apple a dénoncé mardi devant la justice européenne la décision de Bruxelles lui demandant de rembourser à l’Irlande 13 milliards d’euros d’avantages fiscaux, estimant qu’elle défiait « la réalité et l