Édition internationale
Radio les français dans le monde
--:--
--:--
  • 0
  • 0

Hezbollah, TSL, Rue Badreddine…l’actu de la semaine au Liban

photo_2photo_2
Écrit par Rédaction LPJ Beyrouth
Publié le 21 septembre 2018, mis à jour le 21 septembre 2018

L’actualité de ces sept derniers jours a été marquée par les menaces de Nasrallah contre Israël, les dernières audiences du procès de l’assassinat de Hariri et les tensions entre le PSP et le CPL.

 

Achoura : le leader du Hezbollah s’en prend à Israël
Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a affirmé mercredi, pour les célébrations d’Achoura, que son parti possède des « missiles précis » pouvant atteindre Israël. Dénonçant l’ingérence des Etats-Unis et de l’Arabie Saoudite dans la région, le leader chiite a insisté sur l’importance du Hezbollah dans la stabilité de la région. Sur un autre plan, il a estimé que le gouvernement devait se distancier du conflit en Syrie.

 

Polémique autour d’une rue Badreddine
Le Premier ministre Saad Hariri, fils de Rafic Hariri, a dénoncé la provocation du Hezbollah qui souhaite nommer une rue dans la banlieue sud de Beyrouth du nom de Moustapha Badreddine, « cerveau » présumé de l’assassinat de l’ancien Premier ministre en 2005, évoquant un acte de « sédition ». Le ministre de l’intérieur, Nohad Machnouk, a fait savoir qu’il refusait d’avaliser cette décision de la municipalité de Ghobeiry.

 

TSL : parole à la défense
Débutées lundi, les plaidoiries finales des avocats chargés d’assurer la défense des membres du Hezbollah accusés d’être responsables de l’assassinat de l'ex-Premier ministre libanais Rafic Hariri, se sont achevées vendredi au Tribunal spécial pour le Liban, à la Haye. Les membres de la défense ont précisé que malgré l’absence des accusés, le silence ne pouvait être utilisé contre eux.

 

CPL et PSP : tensions et accalmie
Le chef du Courant patriotique libre, Gebran Bassil et le chef du Parti socialiste progressiste, Walid Joumblatt ont tous deux cherché à apaiser les tensions entre les deux partis druzes, provoquées par le limogeage de plusieurs employés proches du PSP décidé par un ministre CPL.

 

Nouveaux retours de réfugiés syriens dans leur pays
427 réfugiés syriens au Liban sont retournés en Syrie dans le cadre d'une opération de retour volontaire organisée par la Sûreté générale. Le Liban accueille 1,5 million de déplacés syriens, l’équivalent du quart de sa population, souhaite faciliter leur retour.

Mais la communauté internationale s’oppose à ces retours avant une résolution politique au conflit.

 

20604182_1986862718196222_75806932469089064_n
Publié le 21 septembre 2018, mis à jour le 21 septembre 2018

Flash infos