Jeudi 13 décembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Abdel Kader, électricité, gouvernement… l’actu de la semaine au Liban

Par Rédaction LPJ Beyrouth | Publié le 09/11/2018 à 21:20 | Mis à jour le 10/11/2018 à 12:29
revue d'actu liban

L’actualité des sept derniers jours au Liban a été marquée par les rumeurs de démolition des bâtiments historiques du Lycée français Abdel Kader à Beyrouth, la nouvelle crise autour des générateurs et le « nœud sunnite » qui bloque toujours la formation du gouvernement.

 

 Le Lycée Abdel Kader de Beyrouth menacé
Mercredi, élèves, parents d’élèves et enseignants du lycée français Adbel Kader, situé dans le quartier du Patriarcat à l’ouest de Beyrouth, ont manifesté devant l’établissement contre le présumé projet de démolition des bâtiments. Une rumeur persistante, selon lesquelles le terrain où le lycée est construit, géré par la Fondation Hariri, aurait été mis en vente, circule depuis plusieurs jours. Le bâtiment historique serait rasé pour faire place à un projet de centre commercial. L’établissement serait transféré au lycée des Pères antonins à Baabda. La Direction générale des antiquités a assuré qu’elle n’avait donné aucune autorisation de démolition.
Vendredi, Hind Hariri, la fille de l’ancien Premier ministre assassiné Rafic Hariri, propriétaire du terrain sur lequel est bâti le Lycée Abdel Kader, a assuré que ce terrain n'était pas à vendre.

 

Electricité : les propriétaires de « moteurs » protestent, fioul livré à EDL
Mardi, des propriétaires de générateurs électriques ont coupé leurs machines pendant deux heures pour protester contre la volonté du gouvernement d’installer des compteurs individuels, permettant aux abonnés de payer en fonction de sa consommation, et non un forfait arbitraire comme cela se fait depuis des années. Ces « moteurs » comblent les manquements de l’Etat, et d’Electricité du Liban (EDL), à fournir du courant en continu.

Lundi, du fioul a été livré par la compagnie algérienne Sonatrach à EDL qui rationnait depuis plusieurs jours son carburant, les crédits nécessaires à l’achat de fioul n’ayant pas été débloqués en raison de l’absence de gouvernement. La veille, la foudre avait obligé EDL à couper les centrales électriques pendant quelques heures.

 

Gouvernement : le « nœud sunnite » se durcit
Le bras de fer qui oppose certains députés sunnites non affiliés au courant du Futur de Saad Hariri, soutenus par le Hezbollah et ses alliés, au Premier ministre, s’est poursuivi ces derniers jours, retardant encore un peu plus la naissance du cabinet. Ces sunnites proches de Damas, reçus par le président Michel Aoun, ont réaffirmé que leur attribuer un ministère était la seule façon de dénouer ce nœud.

 

Le fleuve Litani pollué, 79 usines fermées
Jeudi, le ministre sortant de l'Industrie, Hussein Hajj Hassan, a annoncé la fermeture de 79 usines sur 117 mises en cause pour leur rejet de résidus industriels polluant le fleuve Litani, le plus grand du pays. Il y a quelque mois les autorités libanaises avaient déjà fait fermer plusieurs carrières de sables exerçant leur activité le long du fleuve.

 

Pas de missiles du Hezbollah près de l'AIB, réaffirme Aoun
Lundi, Michel Aoun a, à nouveau, réfuté les allégations du Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, sur la présence de missiles du Hezbollah aux abords de l’aéroport international de Beyrouth. Selon la chaîne de télévision israélienne Channel 10, Israël avait envoyé, par l’intermédiaire d’un diplomate français, un message d’avertissement, à Saad Hariri, menaçant le Liban d’intervenir militairement.

 

20604182_1986862718196222_75806932469089064_n

Rédaction LPJ Beyrouth

L'édition de Beyrouth de Lepetitjournal.com, Le média des Français, des francophones et des francophiles dans le monde.
0 Commentaire (s)Réagir

Rubriques partenaires

Logo partnaire Logo partnaire