Jeudi 20 juin 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

HAMRA – Le quartier multiculturel par excellence

Par Sarah Delbos | Publié le 28/07/2017 à 18:10 | Mis à jour le 26/09/2017 à 12:56
Eternal_Sabah_Mural_on_Assaf_building_in_HamraBeirut_-_Nightshot

Quartier au passé illustre, Hamra est délaissé depuis quelques années au profit de Mar Mikhael. Malgré cela, le quartier demeure un pilier de la vie beyrouthine. Reportage.

 

Immeubles en ruines, vielles villas et bâtiments modernes, tous les styles se côtoient à Hamra et il en est de même pour la population. Des étudiants aux employés de bureaux en passant par les touristes et les habitants de toutes confessions, les rues d'Hamra brassent tout un monde !

Dès le matin, le quartier vit au rythme des klaxons. Que ce soit pour le shopping, le travail ou bien se restaurer, la rue Hamra est toujours animée en journée. Anciennement surnommée « les Champs Élysées de Beyrouth », cette rue est un défilé de boutiques, centres commerciaux et restaurants. On y croise des vendeurs de fruits secs, des « shoppeurs » matinaux ou encore des papys fumant leurs narguilés à la terrasse des cafés. Dans les rues adjacentes, on découvre des petites boutiques dans lesquelles s'entassent des antiquités.

Au milieu de cette cacophonie ambiante, les jardins du campus universitaire de l'American University of Beirut (AUB) font office d'exception. Avec une vue magnifique sur la mer et pour compagnie les chats, cet ilot de calme en pleine ville est très appréciable.

Les rues d'Hamra brassent tout un monde

Dès que l'on sort de ce havre de verdure, les odeurs de nourriture parviennent à nos narines. La rue Bliss qui longe l'AUB, est l'endroit parfait pour faire une pause déjeuner dans l'un des nombreux fast-food et snacks de la rue. Pour un repas plus « healthy », tous les mercredis matin, le marché « Souk el Tayeb » s'installe sur la place Géfinor. Échoppes de fruits et légumes bio, stands de pâtisseries et plats-maison, il y a l'embarras du choix !

Vers 20 heures, le tumulte ambiant s'apaise? Une fois la nuit tombée, la rue principale est progressivement désertée. C'est dans la rue Makdessi et ses ruelles perpendiculaires que les soirées se déroulent à Hamra !

Quartier multiculturel par excellence, Hamra était le centre de l'activité intellectuelle beyrouthine au cours des années 60-70. Grâce à ses nombreux cafés et théâtres, écrivains et artistes se réunissaient dans ce quartier branché. Mais la guerre civile qui éclate en 1975 met très vite un terme à ce bouillonnement culturel et économique.

Aujourd'hui, Hamra peine à récupérer sa dynamique d'antan mais demeure l'un des quartiers les plus commerçants de Beyrouth. Pépite hétéroclite, Hamra est aussi un endroit propice à l'ébullition artistique, comme en témoigne les nombreuses fresques de street art qui ornent les murs du quartier.

À l'image des églises et mosquées qui cohabitent, Hamra est un lieu où plusieurs cultures se mélangent. Grâce à ce melting-pot culturel et religieux et l'influence anglo-saxonne de l'AUB, Hamra est l'un des seuls endroits de Beyrouth où vous pouvez écouter du métal libanais, participer à un débat politique entre les rares communistes du Liban ou assistez à un drag show. À la fois bruyant, animé et commerçant, Hamra est un quartier haut en couleurs.

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Istanbul Appercu
LITTERATURE

Simla Ongan : traductrice, une vie à crédit

Lancée sur le chemin de la traduction par son ancien professeur de français, Simla Ongan a traduit de grands noms de la littérature française, comme Louis-Ferdinand Céline ou Michel Tournier. Mais la

Sur le même sujet