Lundi 18 février 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

EXPO - « Art in motion » s’installe dans le jardin public René Moawad

Par Karine Hayek Germani | Publié le 03/10/2016 à 21:00 | Mis à jour le 04/10/2016 à 07:37
Photo : Raya Farhat, Rania Halawi et Rania Tabbara
les%203%20curateurs

C'est du 5 au 25 octobre que « Art in motion » lance sa première exposition dans le jardin publique René Moawad, dans le quartier de Sanayeh à Beyrouth, sous le thème : Résistance et Persistance. Pour cette occasion, nous avons interviewé Rania Tabbara, une des curatrices de l'évènement. 

 

En quoi consiste « Art in motion » ?

C'est une association à but non lucratif qui a pour objectif d'établir un dialogue culturel à travers l'art dans un espace public. Nous ressentons le besoin d'offrir à notre auditoire un accès à l'art et à l'éducation artistique contemporaine. Ces espaces donnent aux artistes la chance de s'exprimer et d'exposer leurs ?uvres pour un public diversifié. Comme son nom l'indique, « Art in motion » met l'art en mouvement. L'association se distingue par une vision commune de l'art contemporain.

 

Comment vous-est venue l'idée de créer cette association ? Qui en sont les fondateurs ?

A Beyrouth, on manque malheureusement d'espaces publics, et surtout d'art dans ces espaces. De nos jours, avoir accès à l'art est un privilège offert exclusivement aux personnes aisées. C'est la raison principale qui nous a poussées à faire de l'art un droit accessible à tous.
Art in Motion a été fondé par 3 personnes: Rania Halawi, Raya Farhat et moi-même. Valerie Reinhold, basée à Amsterdam, nous a rejoints.

 

Combien d'artistes exposeront-ils ?

Au total, 24 artistes libanais et internationaux participent à cet événement. Ils vont exposer leurs ?uvres en les faisant dialoguer entre elles sous le thème, résistance et persistance. Sur un autre plan, des ateliers d'initiation sur différentes formes d'expression et des débats publics seront organisés.

Certaines des ?uvres exposées, comme celles du collectionneur Samir Abillamah, proviennent de collections privées. D'autres sont issues de différentes galeries d'art comme celles de Saleh Barakat.

 

Qu'attendez-vous de cet événement ?

C'est le début d'un long chemin. « Art in Motion » a l'ambition d'organiser dans l'avenir des événements similaires dans d'autres espaces publics à Beyrouth et partout ailleurs au Liban. C'est notre passion pour l'art et notre amour pour le Liban qui nous poussent a organisé tout cela. L'invitation est ouverte à tout le monde. Soyez nombreux à venir !

 

LES ARTISTES EXPOSÉS

Mustafa Ali (Syrie) | Ziad Antar (Liban) | Bokja Design (Liban) | Chaouki Choukini (Liban) | Karine Debouzie (France) | Nancy Debs Hadad (Liban) | Yazan Halwani (Liban) | Zeina Hamady (Liban) | Ghaleb Amin Hawila (Liban) | Nabil Helou (Liban) | Thomas Houseago (Royaume-Uni) | Abdel Rahman Katanani (Palestine) | Vika Kova (Pays-Bas) | Hena Mallalah (Irak) | Tim Morgan (Royaume-Uni) | Randa Nehme (Liban) | Marwan Rechmaoui (Liban) | Lufti Ruhmein (Syrie) | Houmam Al Sayed (Syrie) | Xander Spronken (Pays-Bas) | Xavier Veilhan (France) | Atelier Yok Yok (France) | Ada Yu (Kazakhstan) | Cathy Weiders (Belgique)

0 Commentaire (s)Réagir

Rubriques partenaires

Logo partnaire

Communauté

INTERVIEW

Fanny Ardant : « Enfant, je rêvais que j’étais libanaise »

​​​​​​​Invitée par l’Institut français, l’une des plus grandes actrices françaises sera au Liban le 28 février pour une représentation de Hiroshima mon amour au théâtre Al-Bustan.

Que faire à Beyrouth ?

EXPO

Gregory Buchakjian expose les meurtrissures de Beyrouth

Pendant trois mois, le musée Sursock a accueilli l’exposition « Abandonned Dwellings : Display of systems », proposant autre regard sur la capitale libanaise et ses bâtisses abandonnées. 

Sur le même sujet