Lundi 30 mars 2020
Barcelone
Barcelone
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Max Vasseur : plus de vie à l'Institut français de Barcelone !

Par Francis Mateo | Publié le 16/02/2020 à 17:46 | Mis à jour le 16/02/2020 à 17:49
Photo : Francis Mateo
max vasseur

Le nouveau directeur de l'Institut Français de Barcelone est un homme de terrain et d'action. Six mois après son arrivée dans la capitale catalane, il a déjà des idées plein la tête pour renforcer le rôle de l'Institut. Interview.

 

lepetitjournaL.com : Quels sont les principales étapes de votre parcours professionnel ?

Max Vasseur : Après mes études à l'université de Lille, je suis devenu conseiller principal d'éducation, d'abord à Villepinte puis dans le bassin minier du nord de la France, par choix, parce que les défis sociaux m'ont toujours intéressé... Les expériences aussi, ce qui m'a conduit à prendre la direction de l'Alliance française de San Salvador entre 2015 et 2019. Nous avons créé là-bas "la nuit blanche" sur le modèle parisien, et nous avons accueilli à cette occasion 25.000 personnes l'an dernier. C’est devenu un événement culturel majeur à San Salvador. Parallèlement, le nombre d’élèves de l’Alliance française a augmenté de manière significative. Et nous avons monté la plus grande chorale polyphonique francophone d'Amérique latine, avec 700 choristes. Au terme de mon contrat, j’ai eu l’opportunité de prendre la direction de l’Institut français de Barcelone. Un projet qui ne se refuse pas !


Comment définissez-vous votre mission ici ?

Mon objectif est d'abord de faire en sorte que cet établissement soit bien géré pour préserver, voire améliorer les conditions d'enseignement du français pour les 42 professeurs et 2.000 élèves de l'Institut. Je veux également que les cultures se rencontrent. La première mission de l'Institut français est de donner à connaître la culture et la langue française. Nous nous adressons donc à un double public : la communauté francophone bien évidemment, mais nous devons aussi ouvrir plus largement le lieu aux visiteurs locaux qui veulent découvrir cette culture française.


Comment toucher ce double public ?

Je souhaite que les Français comme les Catalans puissent se sentir chez eux dans les murs de l’Institut français de Barcelone. C'est pour cela que je voudrais notamment rénover certains espaces, donner la possibilité aux visiteurs de venir lire la presse en français, voir un film, puis rester boire un verre ou même dîner après un spectacle en écoutant de la chanson française. Faire en sorte que tout le bâtiment puisse être un véritable lieu de vie, voilà mon ambition. Et je dois dire que j'ai la chance d'être entouré par belle une équipe au sein de l'IFB. C’est indispensable dans ce genre de projet. 


Quels sont les grands rendez-vous culturels des semaines à venir ?

Nous avons accueilli la semaine dernière le festival « Oui ! » festival de théâtre en français, et nous proposons jusqu'au 6 mars une exposition consacrée au peintre Alfred Figueras. Le 18 février, nous présenterons en avant-première le film de Zabou Breitman, "Les hirondelles de Kaboul", en présence de la réalisatrice. Le 19 février, une soirée musicale surprise avec Zalem, un type qui mixe didgeridoo et beatbox. Cela se passera dans un endroit spécial de l'Institut. Le lendemain, nous recevrons Frédéric Beigbeder pour la sortie en Espagne de son livre "Une vie sans fin", et on terminera le mois le 24 février Jérôme Ferrari, à l'occasion de la traduction en castillan du roman "À son image". En mars, le Liban sera à l'honneur, avec un documentaire sur Beyrouth le 2, et un concert du pianiste Wassim Soubra et Les Jardins d'Adonis, le 25.
 

Nous vous recommandons

francis mateo

Francis Mateo

Journaliste spécialisé en économie et tourisme, correspondant pour lepetitjournal.com en Catalogne, Francis Mateo est également directeur des éditions Barnanews.com (Barcelone).
0 Commentaire (s)Réagir

Communauté

Madrid Appercu
TRIBUNE

Demain sera une époque formidable

Depuis des années, de nombreux entrepreneurs adaptent, voire métamorphosent l’économie traditionnelle en associant aux objectifs purement financiers des buts socio-environnementaux. 

Sur le même sujet