Vendredi 28 janvier 2022
TEST: 2239

THT – C'est fait ! + 1,4 GW d'interconnexion entre la France et l'Espagne

Par Lepetitjournal Barcelone | Publié le 22/02/2015 à 23:00 | Mis à jour le 23/02/2015 à 04:53

Les représentants politiques des deux côtés des Pyrénées étaient présents lors de l'inauguration de la ligne électrique THT (Très Haute Tension) vendredi. Ce partenariat énergétique franco-espagnol a notamment attiré trois chefs de gouvernements : Manuel Valls, Mariano Rajoy et Artur Mas.

©Pool Moncloa

Vendredi, dans la matinée, s'est déroulée l'inauguration de la ligne THT qui relie Baixas, au nord de Perpignan, et Santa Llogaia, près de Figueres. C'est à Montesquieu-des-Albères, également dans les Pyrénées orientales, que Manuel Valls, et Mariano Rajoy ont assisté à la cérémonie, sept ans après l'accord signé en 2008 à Saragosse, actant cette connexion.

La péninsule ibérique possède l'un des taux d'interconnexion les plus bas de l'Union européenne, c'est-à-dire qu'elle ne peut importer ou exporter qu'une très faible quantité d'énergie, ce qui limite ses possibilités d'aider ou d'être aidée en cas de défaillance sur un système électrique. Cette nouvelle ligne permettra de doubler le niveau d'interconnexion entre la France et l'Espagne, qui passera de 1,4 GW à 2,8 GW, ce qui reste inférieur aux 10% minimum que recommande l'Union européenne.
La liaison entre la France et l'Espagne répond à des enjeux majeurs pour les deux pays en termes de développement d'énergie renouvelable. Au cours de ces dernières années, l'Espagne et la France ont développé la production et l'utilisation des nouvelles énergies, et plus particulièrement l'énergie éolienne. L'augmentation de la production d'énergies renouvelables, très variable et dispersée géographiquement, exige un haut niveau d'interconnexion. La capacité d'échange d'électricité entre deux pays augmente leur possibilité d'utiliser les énergies renouvelables dans des conditions de sécurité optimisées. Un niveau d'interconnexion limité freine donc le développement des énergies renouvelables.
(source RTE France)

À 11h30, deux ouvriers, un Espagnol et un Français, ont connecté les câbles électriques symbolisant l'aboutissement de ce projet. Les deux chefs de gouvernement, Mariano Rajoy et Manuel Valls, ont ensuite dévoilé une plaque inaugurale en présence du Commissaire européen au Climat et à l'Énergie, Miguel Arias Cañete, du Président du Directoire de RTE, Dominique Maillard et du Président de Red Eléctrica de España (REE), José Folgado Blanco.

Urgence espagnole
L'aboutissement du projet aura peut être tardé plus que ne l'auraient souhaité les Espagnols. Parmi les problèmes rencontrés lors du chantier transpyrénéen, on retrouve l'enterrement de la ligne. Ce fut, côté français, le combat des riverains proches du tracé de la liaison THT, car la ligne devait être aérienne à l'origine. Une victoire à leur actif, avec l'enterrement de la ligne, qui en fait "la liaison souterraine terrestre la plus longue jamais réalisée à ce niveau de puissance", d'après le directeur d'INELFE, Yves Dec?ur. Côté espagnol, la connexion est aérienne. Moins écolo, mais plus rapide, en accord avec l'urgence ressentie par l'Espagne pour résoudre ses besoins énergétiques.

Mas, l'invité surprise
L'inauguration du chantier a également pris un tour plus politique, comme l'a notamment indiqué le site La Clau. Si Manuel Valls et Mariano Rajoy étaient attendus, un autre chef de gouvernement s'est invité à la fête. Artur Mas, le président de la Generalitat (gouvernement catalan), a également fait le déplacement.
Jules BESSE (www.lepetitjournal.com - Espagne) Lundi 23 février 2015
Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !
Suivez nous sur Facebook et sur Twitter
Téléchargez notre application pour téléphone mobile viaItunes ou via Google Play

0 Commentaire (s) Réagir
Sur le même sujet