PARC ANIMALIER– Faut-il fermer le zoo de Barcelone?

Par Lepetitjournal Barcelone | Publié le 04/09/2016 à 22:00 | Mis à jour le 04/09/2016 à 22:07

Après plus d'un siècle d'exploitation et une projection internationale considérable, le zoo de Barcelone a vieilli. Le bien-être des animaux est remis en cause par les associations européennes de protection animale, si bien que la question d'une éventuelle fermeture du site se pose aujourd'hui. 

(Photo CC Juanedc) Créé en 1892, le zoo de Barcelone s'est inscrit au siècle dernier comme un établissement emblématique de la ville. Certains animaux accueillis sont devenus particulièrement célèbres, comme par exemple l'éléphant Avi, l'un des premiers animaux exotiques de la structure, ou l'unique et regretté gorille albinos Copito de nieve, ou encore l'orque Ulysse, résidant désormais au SeaWorld de San Diego aux Etats-Unis. 

Un nouveau modèle d'ici la fin de l'année?
Le zoo de Barcelone doit trouver une solution pour s'adapter aux problématiques actuelles. En début d'année, la mairie de Barcelone a créé un groupe de travail composé d'experts (biologistes, vétérinaires, philosophes, psychiatres, soigneurs et pédagogues) et chargé de définir "un nouveau modèle pour le futur du zoo, adapté aux besoins actuels des visiteurs, basé sur le bien-être maximum des animaux, et centré sur la fonction pédagogique et éducative des espaces". La proposition doit être votée dans les mois qui viennent : l'avenir du zoo sera donc joué d'ici la fin de l'année. 

Fin du delphinarium en 2018
Le point sensible du zoo est le delphinarium. Depuis 2015 déjà, les spectacles de dauphins, qui, accompagnés d'employés du zoo, devaient jouer avec des ballons ou passer à travers des cerceaux, sont interdits et remplacés par des visites pédagogiques où les moniteurs exposent des données scientifiques sur l'espèce maritime et présentent des exercices d'entrainement. Néanmoins, l'infrastructure même dans laquelle vivent les mammifères marins est toujours critiquée : l'association espagnole de protection animale FADA mène actuellement une campagne soutenue par la biologiste néo-zélandaise Ingrid Visser ainsi que par diverses célébrités comme Mónica Cruz, afin de faire fermer le delphinarium de Barcelone "où les dauphins souffrent des conséquences d'une vie sans stimulation dans un espace aux dimensions insuffisantes pour leur espèce", et demande à ce que les animaux soient déplacés dans un site adapté à leurs besoins et leur bien-être. Et pour cause, le delphinarium de Barcelone est pointé du doigt par l'association européenne d'animaux aquatiques (EAAM) qui déplore les conditions de l'installation dans laquelle sont contenus les dauphins. Sous la pression des associations internationales, le delphinarium de Barcelone se retrouve face à une date limite pour mettre ses infrastructures aux normes : avant 2019. Mais avec un projet d'aménagement chiffré à plus de 10 millions d'euros, le gouvernement municipal semble davantage enclin à laisser le delphinarium fermer ses portes.  

Des infrastructures inadaptées : des animaux stressés
Le delphinarium n'est pas la seule infrastructure du zoo à être remise en cause. L'ensemble des installations qui abritent les animaux semble être inadapté. "De l'insécurité, des espaces trop petits et de mauvaises conditions de captivité altèrent la nature des animaux" défendent les associations de protection animale. La cohabitation forcée de certains animaux semble problématique. Effectivement, le zoo peine à cacher son manque d'espace pour toutes les bêtes. L'établissement a été dénoncé à plusieurs reprises ces dernières années (notamment par l'association Libera) pour avoir procédé à l'euthanasie d'animaux nouveau-nés en bonne santé, faute de place pour les contenir dans le parc.

Quelles solutions possibles?
Les avis sont nombreux et divergent. Certains évoquent la fermeture pure et simple du zoo, pour des motivations écologiques, ou pour faire un usage social des fonds qui lui sont destinés. En face, certains préfèreraient au contraire qu'un nouveau budget soit alloué au zoo plutôt qu'à d'autres destinations comme des fêtes populaires, afin de créer une nouvelle structure aux conditions optimales pour les animaux. D'autres évoquent une transformation du site pour y accueillir uniquement des espèces autochtones, c'est à dire uniquement catalanes. Mais tous les acteurs sont d'accord sur un point : une solution doit être apportée rapidement au zoo de Barcelone qui ne peut plus poursuivre son exploitation dans son état actuel.

Perrine LAFFON (www.lepetitjournal.com- Espagne) Lundi 5 septembre 2016
Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !
Suivez nous sur Facebook et sur Twitter

Téléchargez notre application pour téléphone mobile via Itunes ou via Google Play

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale