Dimanche 1 août 2021

LÉGISLATIVES 2017 - La parole à Olivier Hennebelle, candidat du parti animaliste

Par Lepetitjournal Barcelone | Publié le 31/05/2017 à 22:00 | Mis à jour le 01/06/2017 à 06:45

Les Français installés à l'étranger sont appelés aux urnes les 4 et 18 juin prochains afin d'élire les députés qui les représenteront à l'Assemblée nationale. Tous les jours jusqu'aux élections, lepetitjournal.com donne la voix à chaque candidat pour qu'il puisse se présenter aux Français d'Espagne. Ils sont 84.730 électeurs à être inscrits sur les listes électorales en Espagne, pour un total de 112.029 électeurs pour l'ensemble de la 5ème circonscription des Français de l'Étranger, correspondant aux citoyens français installés en Espagne, au Portugal, en Andorre et à Monaco. 

Aujourd'hui nous rencontrons Olivier Hennebelle, le candidat du Parti Animaliste pour la 5ème circonscription des Français de l'étranger.

Lepetitjournal.com : Pouvez-vous nous résumer votre parcours et nous préciser quelles ont été vos motivations pour entrer en politique ?
Olivier Hennebelle : "Je suis un simple citoyen Français, sans parcours politique. J'ai passé mon enfance dans le nord de la France avant d'aller en Région Parisienne pour finir mes études d'ingénieur. J'ai depuis passé une quinzaine d'années à travailler dans l'informatique en France et à l'étranger, pour des entreprises plus ou moins grandes, françaises et étrangères. Rien ne me destinait à priori à la politique, mais j'ai toujours eu le goût d'écouter les gens et d'essayer de les aider à trouver la meilleure solution à leurs problèmes, ce choix politique s'est donc fait naturellement en souhaitant continuer dans cette voie".

Être député de la 5ème circonscription, qu'est ce que cela représente pour vous? Quels sont vos liens avec cette circonscription/ avec l'Espagne ?
"Être député représenterait un grand défi : celui d'agir pour le bien-être de la majorité des Français, et enfin, représenter un électorat pour lequel la cause animale est importante. J'ai vécu dans la circonscription où je me présente, cela signifie beaucoup pour moi. Ma belle-famille est espagnole, je suis avec ma femme depuis l'âge de 20 ans, et nous avons vécu dans ce fabuleux pays pendant 5 ans. L'Espagne est mon deuxième pays. J'ai également une pensée pour mes concitoyens vivant au Portugal, en Andorre et à Monaco, où je suis allé également plusieurs fois"

Quelles sont vos 3 priorités/propositions parmi les problématiques concernant les Français vivants à l'étranger (emploi, fiscalité, éducation, culture, représentation, administration...) ? 
"La cause animale est une cause transversale qui touche tous les ressortissants français dans de nombreux aspects de leur vie. Je vous invite à lire le programme du Parti animaliste sur le site www.parti-animaliste.fr. Nous souhaitons notamment agir sur les lois liées à la protection animale, faire abolir les pratiques les plus cruelles et les plus réprouvées (telles que la corrida, les mutilations dans les élevages, l'élevage en cage, etc), mieux encadrer les professions qui interagissent avec les animaux pour éviter les dérives que certaines associations ont mis à jour et favoriser une meilleure connaissance du monde animal dès l'école. Nous souhaitons pour cela la création d'un ministère de la Protection animale indépendant. Le programme du Parti animaliste, que je souhaite mettre en place propose des mesures :
- En matière d'emploi : Accompagner l'évolution des filières d'élevage. Former davantage les professionnels de l'élevage, les vétérinaires et les personnels des services de contrôle sur les besoins physiologiques des animaux. Créer une agence nationale des méthodes non-animales.
- En matière d'éducation : Réintégrer et développer dans les programmes scolaires l'enseignement du respect des animaux, ainsi qu'une initiation à l'éthologie.
- En matière de culture : Prendre en charge au sein de sanctuaires et refuges les animaux retirés aux cirques. Organiser la reconversion des zoos, parcs zoologiques, delphinariums, plages avec enclos à dauphins, aquariums? en réserves, sanctuaires et refuges qui auront pour première tâche de préparer la réhabilitation des animaux qui y sont captifs (en Europe ou au-delà) puis d'accueillir les animaux sauvages en détresse afin d'aider à leur retour à la liberté. Intégrer l'enseignement de l'éthologie et l'éducation au respect des animaux aux missions des fermes pédagogiques.
- En matière de droit et d'administration : Institutionnaliser la Protection animale. Améliorer la législation de protection des animaux. Créer une autorité administrative indépendante ayant un droit de visite inopinée dans les élevages et abattoirs, investie de pouvoir d'investigation concernant les infractions à l'encontre des animaux et pouvant être saisie par les associations de protection animale visées à l'article 2-13 du code de procédure pénale de faits susceptibles de relever d'infractions aux animaux. Créer dans chaque département des unités de police attachées à la protection animale. Créer des parquets spécialisés pour les infractions commises à l'encontre des animaux. Créer un fichier informatique consacré aux actes de maltraitance animale.
Pour mes 3 priorités je dirais :
- Institutionnaliser la Protection animale : Créer un ministère de la Protection animale, comprenant aussi une direction consacrée à la protection des animaux aquatiques, afin de sortir la protection animale du ministère de l'Agriculture et de mettre fin au conflit d'intérêt qui lui est consubstantiel.
- Accompagner l'évolution des filières d'élevage : Accompagner et aider la reconversion d'éleveurs vers l'agriculture végétale.
- Favoriser l'éducation de nos enfants : Réintégrer et développer dans les programmes scolaires l'enseignement du respect des animaux, ainsi qu'une initiation à l'éthologie"

Quel bilan portez-vous sur l'action du député sortant? Sur quel(s) plan(s) auriez-vous agi différemment ?
"La difficulté de ce travail est grande et je ne suis pas à l'aise à l'idée de critiquer sans m'être confronté à cette difficulté moi-même. Cependant sur le site politique animaux, on peut voir le bilan du député en matière de protection animale, et il n'est pas brillant. Pour ma part j'aurais été présent le jour du vote de la loi Falorni (Loi relative au respect de l'animal en abattoir), j'aurais interpellé le gouvernement sur divers sujets via des questions parlementaires, déposé des propositions de loi, soutenu des amendements lors de l'examen de la loi biodiversité et de la loi Falorni, travaillé en lien avec les associations françaises, ?uvré pour la coopération franco-ibérique en entretenant des liens de travail avec le PAN (Portugal) et PACMA (Espagne), partis pour les animalistes portugais et espagnol. Mon but sera d'être ambitieux et d'aborder tous les sujets concernant les animaux pour les défendre. Comme nous l'avons vu, la protection des animaux est une cause transversale et qui concerne des domaines très larges. C'est toute une nouvelle vision de la société que je souhaite apporter, tout en étant à l'écoute de mes concitoyens".

Quelle est votre réaction à l'élection d'Emmanuel Macron ? Si vous êtes élu, allez-vous soutenir son travail ou être dans l'opposition ? 
"Le Parti animaliste ne se positionne pas pour ou contre la majorité gouvernementale, il se positionnera au cas par cas sur les projets du gouvernement et toujours en faveur de la cause animale. Je ne peux néanmoins que souhaiter qu'Emmanuel Macron s'empare de nos mesures et crée, entre autres, un ministère de la Protection animale comme nous le proposons. Concernant les autres partis politiques en général, le Parti animaliste s'est créé en réaction au véritable déni de démocratie qui pesait sur la question animale. Les partis politiques traditionnels n'ont en effet pas pris la mesure des enjeux de la question animale et de la nécessité de s'en emparer pour y apporter des réponses significatives au regard du sort subi par l'immense majorité des animaux au quotidien, notamment dans nos élevages et abattoirs. Rappelons à ce titre que selon un sondage IFOP de mars 2017, 8 Français sur 10 considèrent cette thématique importante, et 4 sur 10 déclarent tenir compte pour leur vote, de la position des différents candidats à ce sujet. Notre parti n'a formulé aucune consigne de vote, ni au premier, ni au deuxième tour. Si je suis élu, mon travail sera de soutenir toute demande en faveur des animaux, mon travail sera de répondre au mieux aux attentes des Français en Espagne, au Portugal, en Andorre et à Monaco, en matière de protection animale. Et de m'opposer à toute loi pouvant porter atteinte aux animaux, de façon directe ou indirecte. De façon pragmatique, je me positionnerai donc pour agir concrètement et répondre aux demandes de l'électorat qui aujourd'hui veut plus de protection animale en France.
Un mot final, si vous me permettez. Je souhaite de bons résultats à mes collègues représentant les Français établis hors de France, ainsi qu'à tous les candidats du Parti animaliste. De bons résultats permettront de visibiliser la cause animale aujourd'hui en France !".

À RELIRE : LÉGISLATIVES 2017 - La parole à Alexis Boudaud, candidat du Parti Fédéraliste Européen
À RELIRE : LÉGISLATIVES 2017 - La parole à Natacha Barral, candidate du Front National
À RELIRE : LÉGISLATIVES 2017 - La parole à Hubert Patural, candidat de Centre-Droit avec la Société Civile
À RELIRE : LÉGISLATIVES 2017 - La parole à Benjamin Leduc, candidat du Parti chrétien Démocrate 
À RELIRE : LÉGISLATIVES 2017 - La parole à Gabrielle Siry, candidate du Parti socialiste
À RELIRE : LÉGISLATIVES 2017 - La parole à Éric Morgeau, candidat du Front des Patriotes Républicains
À RELIRE : LÉGISLATIVES 2017 - La parole à François Ralle, candidat citoyen soutenu par EELV et la France Insoumise
À RELIRE : LÉGISLATIVES 2017 - La parole à Laurence Sailliet, candidate Les Républicains et UDI
À RELIRE : LÉGISLATIVES 2017 - La parole à Samantha Cazebonne, la candidate de En Marche!

Propos recueillis par Perrine LAFFON (www.lepetitjournal.com - Espagne) Mercredi 31 mai 2017
Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !
Suivez nous sur Facebook et sur Twitter
Téléchargez notre application pour téléphone mobile via Itunes ou via Google Play

0 Commentaire (s) Réagir

Expat Mag

Nouvelle-Calédonie Appercu
PHOTO

Covid-19 : les anti pass-sanitaire et antivax manifestent au Congrès à Nouméa

Retour en images sur la manifestation de ce samedi 31 Juillet devant le Congrès de Nouméa, cortège formés d'anti-vaccins et d'anti-pass sanitaire qui exultent leur droit à la liberté individuelle.

Sur le même sujet