Mercredi 16 octobre 2019
Barcelone
Barcelone
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

CANNABIS - Les clubs de consommateurs de Barcelone : fonctionnement, accès, limites

Par Lepetitjournal Barcelone | Publié le 06/05/2015 à 22:00 | Mis à jour le 07/05/2015 à 12:18

En plein démarrage de campagne électorale pour les municipales, la Mairie déclare la guerre aux associations de consommateurs de cannabis. A travers un nouveau plan de mesure, la Ville veut fermer 80% des clubs actuellement ouverts. Car si la consommation de cannabis est interdite en France, elle est en revanche autorisée en Espagne dans les lieux privés. Un maniement habile de la législation a donc permis à de nombreux clubs de consommateurs de cannabis de voir le jour en Espagne, et tout particulièrement en Catalogne. Même si la régulation de ces locaux reste encore floue.

(CC Martijn)
L'Observatoire européen de la consommation de drogues et de la toxicomanie publie chaque année un rapport d'étude sur la consommation de drogues en Europe. En 2014, le cannabis reste la drogue dite douce la plus largement consommée par la population, tous âges et classes sociales confondus. Selon ce rapport, la France et l'Espagne sont au même niveau, avec environ 17% de la population qui consommerait du cannabis régulièrement. Selon les estimations, il y aurait par ailleurs entre 100 et 150 associations de fumeurs de cannabis ouvertes sur Barcelone.
Des clubs d'amateurs, et non pas des coffee shops.
Vous trouverez en Espagne des locaux dédiés à la consommation d'herbe de cannabis. A l'image des coffee shop néerlandais, le consommateur pourra acheter du cannabis et le fumer dans ce même espace. A la seule différence qu'en Espagne il ne s'agit pas de commerces légaux, mais d'associations privées à but non lucratif. Seuls les membres de ces associations peuvent pénétrer à l'intérieur des locaux et avoir accès aux produits. Les clubs regroupent des fumeurs de cannabis qui s'associent pour cultiver et récolter en commun des plantations de cannabis. Officiellement, chacun vient chercher dans les dispensaires des associations la partie de la récolte qui lui correspond, puisqu'il s'agit d'un club de plantation collective. Même si, techniquement, ce ne sont pas les consommateurs qui vont arroser les plantations tous les jours. En réalité les organisateurs des associations cultivent l'ensemble des plantations consommées par tous les adhérents. Chaque membre paie une compensation, et vient choisir sa consommation au bar du club, parmi les diverses variétés d'herbe proposées.

France et Espagne main dans la main pour lutter contre le trafic de drogue
L'Espagne est depuis de nombreuses années la porte d'entrée de la drogue en Europe. D'une part comme point de chute de la cocaïne en provenance d'Amérique du Sud, et d'autre part avec la production de haschich du Maroc qui remonte en Europe par la Péninsule. Face au développement de ces trafics transnationaux, facilité par une traversée des frontières par autoroute, la France et l'Espagne ont unis leurs efforts afin de créer une coopération européenne dans la lutte contre le trafic de drogue. Dans une publication au journal officiel du Sénat cet été, le Ministère de l'intérieur français s'est félicité de l'intensification du partenariat entre la France et l'Espagne dans le cadre du plan d'action triennal franco espagnol signé en fin 2012. Ce plan bipartite devait permettre d'intensifier le dispositif des officiers de liaison, de développer les rencontres entre les chefs d'unités espagnoles et françaises, notamment par des réunions de coordination opérationnelle, et d'accentuer la surveillance des livraisons transnationales. Ce plan d'action est venu se mettre en place presque naturellement lorsque l'Espagne et la France on vu se développer une nouvelle forme de trafic, celui des "go-fast". Ce sont des livraisons de drogue en très grandes quantités, que les trafiquants acheminent vers les métropoles françaises en traversant l'Espagne et la France par autoroute, grâce à des bolides conduits à très haute vitesse. Cette collaboration a permis de stopper plusieurs de ces transports, comme en avril 2014 lorsque les efforts conjoins des polices françaises et espagnoles ont permis de mettre la main sur 700kg de haschich et de plusieurs armes. Cependant la collaboration ne fait que commencer. Le dernier sommet bilatéral franco-espagnol du 1er décembre 2014 à Paris a rappelé que la lutte contre le trafic de stupéfiants reste une priorité.

Que dit la loi?
La législation espagnole interdit le commerce du cannabis, mais aussi sa consommation comme sa détention dans les lieux publics. Comme la plupart des pays européens, l'Espagne considère le cannabis comme un produit stupéfiant qui représente un danger pour la population. Néanmoins, la consommation de cannabis est tolérée à partir du moment où elle est réalisée dans la sphère privée, sans aucune gène pour l'espace public et sans incitation pour les autres. Autrement dit, ce que vous faites chez vous ne regarde que vous sur le plan de la consommation. Un lieu privé, cela peut être votre domicile, ou encore celui de proches. Voilà comment se sont créés les clubs de fumeurs. Il s'agit bien de consommations dans une sphère privée uniquement, puisque ce sont des membres qui se rejoignent dans les locaux de l'association. L'entité ne doit avoir qu'un but d'autoconsommation pour ses membres, et non pas de commerce, pour que l'on puisse parler d'un club de consommateurs, et non pas d'un commerce de stupéfiants. Mais attention tout de même : la consommation de cannabis est tolérée dans les lieux privés, certes, mais la détention en espace public est totalement interdite. Il n'est donc pas légal de transporter l'herbe depuis les locaux d'une association jusqu'à son domicile.

Pourquoi de tels clubs
La création des clubs de fumeurs s'est faite par une approche plus souple de la consommation de cannabis qu'en France, et à partir d'un constat : interdire la consommation de "joints" n'empêchera pas les gens de continuer à en consommer, statistiques à l'appui. En revanche, avec ces associations de fumeurs, la consommation de cannabis est contrôlée. Les autorités ont un droit de regard et de vérification sur le fonctionnement des clubs. L'Etat peut ainsi s'assurer que seules des personnes majeures ont accès à la drogue, uniquement à leur initiative et dans le cadre d'une consommation personnelle. D'autre part, l'origine de la production de cannabis est également contrôlée. C'est que nous explique l'un des membres d'un club barcelonais. "Avec les associations, c'est une plantation commune qui est cultivée. De cette manière, nous n'avons pas recours au marché noir. Cela permet d'acheter notre propre production en quelque sorte, au lieu d?acheter de l'herbe au dealer du coin, en alimentant je ne sais quel réseau de banditisme". explique-t-il. Pour lui, les clubs de fumeurs d'herbe constituent un remède efficace à la délinquance et au trafic de stupéfiant. "Ici, nous sommes tous des personnes adultes et responsables, et l'accès est très contrôlé. Nous savons ce que nous faisons, ce que l'on a le droit de faire ou pas, et nous nous connaissons tous. C'est ce système qui permet d'éviter de voir des dealers en face de nos écoles".

Qui peut y avoir accès ?
Le nombre croissant de clubs de fumeurs, ainsi que le manque de transparence sur leur fonctionnement et sur la législation appliquée suscitent beaucoup d'interrogations. Qui peut accéder à ces locaux et sont-ils réellement contrôlés ? Officiellement, il est impossible d'y accéder sans être membre. Nous vérifions auprès d'une association barcelonaise. Il y a effectivement un portier plutôt imposant à l'entrée, qui refuse l'accès à toute personne non adhérente. Pour devenir membre, on nous explique qu'il faut en faire la demande avec ses papiers d'identité en expliquant être consommateur de cannabis et solliciter une adhésion par nous même, sans aucune incitation de la part du club ou de ses membres. L'association semble suivre les règles dictées par la législation. Néanmoins, il y a toujours des mauvais exemples, au grand dam des associations qui respectent la loi et ?uvrent pour une consommation responsable du cannabis. Il y quelques semaines encore, les Mossos détenaient 5 dirigeants de clubs de fumeurs pour trafic de stupéfiants. D'autre part, la presse espagnole alerte sur la mauvaise communication qui est faite à ces clubs, et pointant du doigt des sites internet qui font l'apogée de Barcelone comme ville de la marijuana. Or les touristes ne peuvent absolument pas accéder aux clubs de fumeurs qui respectent la législation locale.

Les politiques favorisent le business des clubs malgré eux
Déjà au mois de juin de l'année dernière, la Mairie avait mis en place une interdiction d'ouverture de nouveaux clubs de consommateurs de cannabis sur la ville pour un an. L'équipe de Xavier Trias souhaitait stopper le développement de ces locaux pour pouvoir y faire face et étudier un plan de régulation. Le but était d'assurer un meilleur contrôle des clubs et de renforcer la législation sur leur gestion. Or ces mesures ont au contraire suscité encore davantage d'intérêt pour ces locaux. Les clubs de fumeurs sont devenus un business prisé. Comme il est impossible d'ouvrir de nouveaux centres, et que la demande ne cesse d'augmenter, les prix des licences des clubs existants s'envolent. L'un des propriétaires de club expliquait à LaVanguardia avoir reçu une offre de 450.000 euros de la part d'un investisseur israélite pour l'achat de sa licence. Les clubs de cannabis seraient-ils le nouvel investissement à la mode ?

Perrine LAFFON (lepetitjournal.com ? Espagne) jeudi 7 mai 2015
Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !
Suivez nous sur Facebook et sur Twitter

Téléchargez notre application pour téléphone mobile viaItunes ou via Google Play

0 Commentaire (s)Réagir

Communauté

Madrid Appercu
INTERVIEW

Marc Cerdan : "Le français a le vent en poupe"

Le Secrétaire Général de la Fondation Alliance Française, en visite à Madrid, a souligné l’augmentation de l’enseignement et de la certification de la langue de Molière en Espagne

Sur le même sujet