TEST: 2238

Vente Sathorn: nouveau départ pour l’Alliance francaise et l’ambassade

Par La rédaction de Bangkok | Publié le 08/04/2011 à 00:00 | Mis à jour le 18/10/2018 à 04:37

La vente du terrain de Sathorn par l'ambassade semble se confirmer. Pressentie d'ici juin ou juillet, elle impliquera le déménagement en 2012, de l'Alliance francaise, des instituts et des commerces qui forment l'ensemble francophone que l'on connait. L'ambassade fera peau neuve et regroupera tous ses services au même endroit. Pour l'Alliance Française et ses "colocataires", plusieurs options sont encore à l'étude

Cela faisait presqu'un siècle que l'ambassade de France songeait à céder son terrain situé sur l'avenue Sathorn. Ce sera très probablement chose faite avant les grands congés d'été (français).

L'ambassade, qui avait lancé une offre de vente en janvier pour ce terrain, s'est dite satisfaite du nombre de réponses répertoriées jeudi dernier. "Le nombre d'acheteurs [ayant répondu à l'offre de vente] montre que le marché est dynamique, nous pouvons donc confirmer à l'issue de cette première étape, que la vente de Sathorn devrait se faire avant l'été", nous a confié hier le Chargé d'Affaires de l'ambassade de France en Thaïlande, Yann Pradeau.

Le cœur de la communauté va aller battre ailleurs

L'Etat français possède à l'heure actuelle deux terrains à Bangkok sur lesquels sont répartis plusieurs services de l'ambassade et du consulat ainsi que des institutions. Le site du quartier de Bangrak abrite les locaux de l'ambassade et la résidence de l'ambassadeur. Sur le site de Sathorn se trouvent le service des visas, le service culturel de l'ambassade, l'Alliance Française, deux instituts français de recherche, l'IRASEC et l'IRD, et deux commerces, le Café 1912 et la librairie Carnets d'Asie.
Installés sur près de 5.000 mètres carrés, faciles d'accès et ouverts sur l'une des principales artères de la capitale, les acteurs de Sathorn forment un ensemble qui constitue le cœur de la communauté francophone de Bangkok.
Mais pour l'Etat français, la question de garder ces deux sites se pose depuis plusieurs décennies. "Dans les années 1920, on s'interrogeait déjà sur l'opportunité de garder deux emprises dans une ville qui grandissait assez rapidement et dont le centre historique se déplaçait", explique Yann Pradeau.

Regroupement des services et rénovations à l'ambassade

En ces temps où les réductions budgétaires sont devenues un souci permanent, la vente du terrain de Sathorn doit permettre à l'Etat de récupérer une somme importante et à l'ambassade de limiter ses frais de fonctionnement tout en améliorant la qualité de ses prestations.

Avec la vente de Sathorn, cette dernière compte en effet opérer un regroupement de tous ses services sur le site de Bangrak, qui sera à cette occasion agrandi et rénové. "Rénover Bangrak est une occasion pour nous de proposer à la communauté française des bureaux plus fonctionnels et des services mieux équipés", assure Yann Pradeau.

Un nouveau bâtiment de plusieurs étages sera donc construit sur le site de l'actuelle ambassade. Il regroupera notamment le service consulaire, le service des visas, et aussi la Mission Economique, actuellement établie dans la tour Charn Issara 1, sur Rama IV. "Ce regroupement des services est absolument nécessaire. Il n'est pas normal que nos visiteurs aient à se rendre à Sathorn et Bangrak pour différents services", poursuit le diplomate. "Rassembler tous les services dans un bâtiment moderne va par ailleurs entrainer une baisse conséquente de la facture énergétique, des frais de transports, etc.", ajoute-t-il. Les économies escomptées n'ont cependant pas été chiffrées.

La prise de possession du terrain de Sathorn par son acheteur ne se fera pas avant un an. La construction du nouveau bâtiment de l'ambassade devrait démarrer autour de la même période. Néanmoins, le consulat restera intact pour les élections présidentielles, souligne Yann Pradeau. "Nous devrions probablement (c'est encore un peu théorique) quitter Sathorn et commencer du même coup les travaux à Bangrak autour de mai/juin 2012. Nous ne déménagerons pas le consulat avant l'organisation des élections présidentielles, pour ne pas gêner la communauté française", dit-il, précisant que les services rapatriés à l'ambassade seront relocalisés dans des locaux temporaires en attendant la fin des travaux.

Tout ouvert pour l'Alliance

Quant aux autres occupants du site de Sathorn, plusieurs options sont encore envisagées, mais il faudra encore attendre quelques semaines avant d'en savoir davantage. Tout d'abord, il est fort probable que les commerces et les instituts de recherche suivent l'Alliance Française. "L'Alliance souhaite garder ses acteurs, nous dit Yann Pradeau, et pour les chercheurs des deux instituts, cela semble logique aussi". La possibilité que ces derniers rejoignent les services de l'ambassade reste cependant ouverte, de même qu'un éventuel aménagement ailleurs. Les responsables de l'Alliance Francaise et des instituts n'ont pas souhaité s'exprimer sur cette question de leur relocalisation, s'en remettant à l'ambassade qui reste maitre d'œuvre de l'opération. Le directeur de la librairie Carnets d'Asie, Olivier Jeandel, nous a pour sa part confirmé son souhait de suivre l'Alliance, sans pour autant connaitre l'emplacement final.

"Le ministère [français] des Affaires Etrangères tient à soutenir, accompagner, la relocalisation de l'Alliance, nous dit Yann Pradeau, qui estime néanmoins qu'incorporer l'Alliance au nouveau bâtiment de l'ambassade "l'amènerait au milieu d'un quartier diplomatique avec ses règles d'accès, son périmètre de sécurité, et dans un quartier plus difficile d'accès". Ce qui semble retenir l'attention serait donc la location d'un terrain avec construction d'un immeuble. Installer le nouveau site sur l'ancien marché de nuit, Souan Lum, tout près de Sathorn, apparait comme "une option intéressante".
 

"Il n'y a aucune option que l'on se refuse pour permettre à l'Alliance Francaise de retrouver une adresse et des locaux convenables", souligne Yann Pradeau. "Il faut que l'on s'assure que, vue depuis Paris, l'opération soit viable. Le dossier sera soumis [à Paris] en mai, et le mois qui suivra la vente [du terrain de Sathorn], Paris valide le choix et on y va", conclut-il.

Par M.B. et P.Q. vendredi 6 avril 2011

 

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale