TEST: 2238

Une boucherie clandestine d’animaux protégés démantelée

Par Lepetitjournal.com Bangkok avec AFP | Publié le 08/02/2012 à 00:00 | Mis à jour le 16/09/2019 à 04:04

Sept individus ont été arrêtés à Bangkok dans une boucherie clandestine où étaient découpés tigres, éléphants, gnous et autres crocodiles, dont une partie de la viande était probablement destinée à un restaurant, ont indiqué les autorités lundi.

L'opération a commencé samedi lorsque des policiers ont aperçu "un homme avec les mains couvertes de sang" dans un quartier de la capitale, a précisé l'association de lutte contre les trafics d'animaux Freeland, dans un communiqué. "La police a escorté l'homme à un immeuble résidentiel et en a découvert quatre autres en train de découper un tigre mâle de 400 kg." La police spécialisée dans les crimes environnementaux, désormais chargée de l'enquête, a précisé que sept personnes au total, qui risquent quatre ans de prison, avaient été arrêtées mais qu'une huitième était en fuite. Ce dernier suspect "a ouvert un restaurant avec au menu de la viande d'animaux sauvages il y a plus de dix ans, et nous pensons que cette boucherie était principalement destinée à fournir ce restaurant", a indiqué le colonel Norasak Hemnithi. "Selon les interrogatoires des bouchers, ils envoient parfois de la viande et des animaux empaillés en Chine." Des têtes et des peaux de tigres ont été retrouvées, ainsi que de la viande fraîche stockée dans des réfrigérateurs. "Il y a de l'éléphant, du zèbre, du gnou, du lion, mais nous allons devoir attendre les résultats des analyses pour savoir quelle viande appartient à quel animal," a ajouté l'officier, estimant que les tigres étaient probablement sauvages, mais que les autres animaux pourraient provenir de zoos privés. La Thaïlande est l'un des 13 pays qui abritent les 3.200 à 3.500 tigres sauvages de la planète. Elle est considérée comme une plaque tournante du trafic des espèces protégées en Asie. Certains grands marchés de Bangkok, notamment, sont réputés pour pouvoir fournir absolument n'importe quelle espèce pourvu que l'acheteur soit prêt à payer.

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale