TEST: 2238

THRILLER — Après 7 ans de cavale et 4 jours de prison, le parrain est hospitalisé dans son fief

Par Eric DESEUT | Publié le 05/02/2013 à 00:00 | Mis à jour le 18/06/2019 à 05:21

Après son arrestation mercredi 30 janvier au terme de sept années de cavale le fameux parrain thaïlandais "Kamnan Poh" n'aura pas séjourné longtemps dans la prison de Bangkok.

Il a été transféré hier matin vers le centre de détention de Chonburi à la demande de son fils Sonthaya Khunploem, actuel ministre de la Culture. Peu après une ambulance l'a emmené vers l'hôpital de Chonburi où l'ex-homme fort de la province a reçu la visite de ses deux autres fils dont l'un est président du conseil général de la province et l'autre maire de la municipalité de Saen Suk. Un autre fils maire Pattaya ne tardera certainement pas à se déplacer. Âgé de 75 ans Somchai Khunploen, alias Kamnan Poh, serait atteint d'un cancer de la cavité nasale et souffrirait par ailleurs d'hypertension artérielle, de problèmes cardiaques et de diabète.

Pendant ce temps le colonel de police Nirand Namsuwan assure enquêter sur les complicités qui ont permis au parrain d'éviter l'arrestation puisqu'il aurait séjourné dans son fief de Chonburi depuis au moins huit mois selon la rumeur. Le colonel Nirand semble appliquer les consignes du chef de la police nationale en personne. Le général Adul Saengsingkaew a assuré que ceux qui ont abrité et aidé Somchai seraient interrogés. Pour autant ces bonnes intentions laissent songeurs après les propos du vice premier ministre en charge des questions de sécurité, Chalerm Yoobamrung, qui déclarait juste après l'arrestation qu'aucune action légale ne serait intentée contre ceux qui avaient aidé le fugitif à échapper au cours de la justice bien que la loi thaïlandaise prévoie des dispositions dans ce domaine.

L'éditorialiste Voranai Vanijaka souligne combien la condamnation de Somchai Khunploen à 25 ans de prison pour préméditation de meurtre représente une anomalie dans la vie politique thaïlandaise alors que la suite de l'histoire est bien plus banale. Si l'influence des hommes forts de province a décliné depuis la fin des années 90, elle n'est cependant pas réduite à néant notamment dans la dynamique province de Chonburi qui héberge un port, de nombreuses industries et moult investissements touristiques. Ajoutez un groupe parlementaire certes limité à sept députés et vous obtenez un pouvoir de négociation non négligeable. Voranai raconte que le fugitif revenait chaque année fêter son anniversaire dans son fief. Des fêtes luxueuses où l'on croisait hommes d'affaires, députés, hauts fonctionnaires et autres notables. Et de conclure : "c'est un bon résumé de la vie politique thaïlandaise".

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale