Mardi 27 juillet 2021

Se ressourcer sur le Mékong à Chiang Khan

Par Pierre QUEFFELEC | Publié le 21/07/2006 à 00:00 | Mis à jour le 09/10/2020 à 05:21
Photo : Pierre QUEFFELEC- Les pirogues silencieuses sortent au lever du soleil pour pêcher sur le long fleuve tranquille
Chiang-Khan-pecheur-mekong

Rien de tel après des semaines passées au rythme infernal de la Cité des Anges, que de confier ses sens aux soins de dame nature. En cela la force tranquille du Mékong est un remède radical pour décompresser. Alors, direction Chiang Khan !

A cinquante kilomètres de Loei, la petite ville de Chiang Khan offre tout l'attrait d'une bourgade paisible empreinte d'un dynamisme tout en équilibre. Il y a un peu de tout mais pas trop : tourisme, activité agricole, pêche, échanges transfrontaliers, commerces. Et tout cela s'organise autour du Mékong.

Comment ne pas évoquer ici ce géant àla force tranquille qui impose son rythme lent et puissant tout au long de sa course ? Une douzaine de guest-houses perchées au dessus du fleuve ont d'ailleurs su en tirer parti. Leurs terrasses offrent au visiteur de rester "scotché" pendant des heures devant ce spectacle si apaisant.

Se ressourcer sur les bords du Mekong a Chiang Khan
Photo Pierre QUEFFELEC

Au rythme d'un long fleuve tranquille

Le matin, deux ou trois pirogues de pêche font leur sortie silencieuse, àla fraîche. Puis, les bateaux transfrontaliers lao et thaïlandais font toussoter leur vieux diesel. Ils partiront se mettre en place de chaque côté pour 8 heures.

Après le repas de midi, le Mékong se retrouve seul àaffronter le soleil de plomb. Les hommes et les animaux ont battu en retraite, ils ne réapparaîtront qu'en fin d'après-midi.

Vers 17 heures, un orage gronde au loin. Le seigneur, encore sonnéde son insolation, frémit alors de satisfaction. Les nuages noirs qui lâchent leurs averses épaisses se rapprochent lentement, allant et venant d'un coté à l'autre du fleuve, l'air de jouer. Dans leur valse lente ils laissent passer ça et là un rayon de soleil qui déclenche aussitôt un ballet de couleurs au milieu de la grisaille. L'orage passélaissera enfin apparaître une lumière toute neuve reflétée par une nature rafraîchie.

Se ressourcer sur les bords du Mekong a Chiang Khan
Photo Pierre QUEFFELEC

Du vin et du vélo

Outre le spectacle qu'offrent les éléments naturels, la région n'est pas dépourvue d'intérêts. Les tenanciers des guest-houses savent conseiller leurs invités en fonction de la saison, du temps, etc. Toujours est-il que louer un vélo ou une moto pour partir en balade et traverser villages et rizières, permet de découvrir le plus simplement du monde la campagne de cette région fertile d'Isan.

La province de Loei est notamment connue pour le parc national de Phu Rua à 100 km de Chiang Khan (50 km de Loei). Cette région vallonnée bénéficie d'un climat relativement tempéréqui permet de cultiver toutes sortes de fruits et légumes endémiques ou importés, ainsi que de nombreuses variétés de fleurs. C'est d'ailleurs ici que le premier vin thaïlandais a vu le jour il y a un peu plus de dix ans, le fameux Château de Loei.

Pierre Queffélec Vendredi 21 Juillet 2006

Quelques guest-Houses :
Confort :
http://www.sams-guesthouse.com/
Français : http://rimkhong.free.fr/index.html
Le charme de chez Khun Pim :
Tél : 042 821 691
Mobile : 062 328 366

pimchiangk@hotmail.com

Office du Tourisme :
TAT Northeastern Office : Region 5
16/5, Mukmontri Rd., Amphoe Muang, Udon Thani 41000
Tél. (66) (0) 42 325 406-7 Fax (66) (0) 42 325 408
E-mail :
tatudon@tat.or.th
Accès :
Par bus depuis Mo Chit 2, prendre direction Loei-Chiang Khan
Par avion, des compagnies interieures assurent la liaison Bkk-Loei

Pierre-Queffelec-vignette-2018

Pierre QUEFFELEC

Originaire du sud de la France, il fait ses premières armes dans le journalisme avec la Nouvelle République des Pyrénées en 1996. Arrivé en Thaïlande en 2004, il est en charge des opérations du bureau de Bangkok depuis janvier 2006.
0 Commentaire (s) Réagir

Que faire à Bangkok ?

CINÉ

Les treize films thaïlandais passés par le Festival de Cannes

Le cinéma thaïlandais a fait son entrée pour la première fois à Cannes en 2000. Lepetitjournal.com s’est plongé dans les archives pour trouver les 13 films thaïlandais qui sont passés par le festival.