Mercredi 20 novembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

La Thaïlande optimiste sur l’ambitieux accord économique régional RCEP

Par Lepetitjournal.com Bangkok avec Reuters | Publié le 23/10/2019 à 01:47 | Mis à jour le 23/10/2019 à 03:07
Photo : LPJ Bangkok.com
mahanakon-Bangkok

La Thaïlande a un "bon pressentiment" sur le fait que l’accord de libre-échange soutenu par la Chine dont les membres représenteraient moitié de la population mondiale sera conclu avant la fin 2019 après de nombreuses années de négociations, a déclaré vendredi une responsable thaïlandaise.

Les négociateurs du Regional Comprehensive Economic Partnership (RECP), qui comprend 16 pays, sont à Bangkok ce mois-ci pour tenter de finaliser ce qui pourrait devenir la plus grande zone de libre-échange du monde pesant un tiers du produit intérieur brut mondial.

Les négociations entamées en 2012 ont été ralenties par les différends entre la Chine et l'Inde sur l'accès aux marchés et les listes de produits protégés. L’Inde, qui redoute de se voir inondée de marchandises chinoises, souhaite voir intégrées au RCEP des garanties pour empêcher une augmentation soudaine des importations.

Mais la Thaïlande assure que l'accord commercial est sur le point d'être conclu sous sa présidence, cette année, de l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (ASEAN), composée de 10 membres - et idéalement avant le sommet du RCEP qui se tiendra le 4 novembre.

"Nous avons toujours un bon pressentiment... les 16 membres, y compris l'Inde, sont disposés à essayer de résoudre les dernières divergences qui restent", affirme Auramon Supthaweethum, directrice générale du département thaïlandais des Négociations commerciales. "Notre objectif reste d'avoir une bon accord d'ici la fin de cette année."

D'abord proposé par la Chine, le RCEP comprend les États membres de l'ASEAN et six pays d'Asie-Pacifique à savoir la Chine, l'Inde, le Japon, la Corée du Sud, l'Australie et la Nouvelle-Zélande. L’ASEAN a déjà des accords de libre-échange existants avec les six pays de la région Asie-Pacifique. L'une des grandes particularités du RCEP est qu'il exclut les États-Unis.

Les membres du RCEP travaillent ces jours-ci sur deux négociations parallèles : l'accès au marché des biens et des services et la finalisation d’un texte d'accord, indique Auramon Supthaweethum. Les négociations sur l'accès aux marchés, menées bilatéralement, étaient déjà achevées à 80,4%, il reste 16% "en voie de conclusion", précise la responsable, ajoutant que les derniers 3,6% sont à finaliser en urgence.

Les pays n’ayant pas encore d'accords de libre-échange entre eux, tels que la Chine et l'Inde, peuvent prendre plus de temps dans leurs discussions, souligne-t-elle.

L'Inde est parvenue à un accord de principe avec d'autres pays pour inclure un mécanisme de sauvegarde qui entraînerait des droits dans des cas de dumping avéré de la part d'un pays partenaire, a déclaré à Reuters en Inde, il y a deux semaines, une source informée des négociations.

Quatorze des 20 chapitres que compte le texte ont d'ores et déjà été approuvés par tous les membres, a souligné vendredi la directrice du département thaïlandais des Négociations commerciales.

L'ASEAN et ses partenaires doivent encore tenir trois autres réunions liées au RCEP avant le sommet prévu au début du mois prochain, au cours duquel les dirigeants de l'ASEAN espèrent bien annoncer le succès des négociations.

"C'est une année importante, avec des conflits et des incertitudes au niveau du commerce mondial, et personne ne veut perdre", conclut Auramon.
 

1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

JPSIAM mer 23/10/2019 - 02:50

Naïveté ou bêtise humaine, la Chine imposera un jour son dicta à la Thaïlande comme elle le fait déjà avec d'autres pays . Le commerce est déjà depuis longtemps aux mains des Chinois.

Répondre

Expat Mag

ÉVÉNEMENT

Le pape François débute une visite en Thaïlande et au Japon

Le pape François est arrivé mercredi en Thaïlande, première étape d'un voyage de sept jours en Asie durant lequel il se rendra également au Japon, une première en près de 40 ans.