TEST: 2238

FUNERAILLES ROYALES - Les chiens du défunt roi de Thaïlande ont une place d’honneur sur le bucher

Par Lepetitjournal.com Bangkok avec AFP | Publié le 02/09/2017 à 22:00 | Mis à jour le 15/10/2019 à 02:58

Dans un atelier près de Bangkok, deux statues à l'effigie des chiens du défunt roi Bhumibol Adulyadej reçoivent les derniers coups de peinture avant d'orner le bucher funéraire de ce dernier.

Bhumibol Adulyadej est décédé en octobre l'an dernier après 70 ans de règne, plongeant le pays dans une longue période de deuil.

Sa crémation aura lieu le 26 octobre prochain lors de funérailles exceptionnelles marquées par une cérémonie royale et des rituels bouddhiques complexes.

Après huit mois de conception, trois maitres sculpteurs ont quasiment achevé les statues de Tongdaeng et Cao Cao, les chiens favoris du défunt roi.

Les répliques des fameux chiens seront bientôt installées au niveau supérieur du bûcher funéraire qui mesurera 50 mètres de haut.

C'est "un emplacement très spécial qui est proche du roi," indique Chin Prasong, un sculpteur expérimenté qui décrit sa tâche comme "le travail de toute un vie".

Le bûcher funéraire du roi Bhumibol représente le mont Meru, une montagne au centre de l'univers pour les Hindous et les Bouddhistes.

Son corps, qui est exposé au Grand Palais et a déjà reçu les hommages de millions de Thaïlandais venus des quatre coins du royaume, sera placé au centre du bûcher puis incinéré pour laisser son esprit voyager jusque dans l'au-delà.

La tour sera ornée de plus de 500 sculptures d'animaux, divinités, et autres créatures mythiques –dominées par le duo royal canin.

Les deux chiens ont été réalisés à la demande du palais spécialement pour cette occasion.

Thongdaeng, qui avait fait l'objet en 2002 d'un livre écrit par le roi en personne, est mort en décembre 2015. La même année, un homme avait été condamné pour lèse-majesté après avoir moqué le chien royal dans un post Facebook.

Quant à Cao Cao, il s'agit d'un boxer qui fut l'animal de compagnie du roi dans les années 50. Les artistes l'ont représenté avec une pipe dans la gueule, en hommage aux photographies anciennes prises par Bhumibol.

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale