Jeudi 15 novembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

“Emotion through lines”, un voyage au-delà du portrait à Bangkok

Par Sophie GOUSSET | Publié le 29/06/2018 à 00:00 | Mis à jour le 29/06/2018 à 02:58
Photo : Sophie GOUSSET
Hom Nguyen-4

Hom Nguyen, artiste franco-vietnamien, est aujourd’hui considéré comme l’une des figures françaises de l’art contemporain. "Emotion through lines”, exposé à l’hôtel Hansar de Bangkok jusqu’au 15 août, ne se veut pas le portrait  d’un artiste reconnu mais plutôt le reflet d’une intégration, d’un pont culturel avec la ville de Bangkok.  

“C’est comme si c’était une preview, pour Bangkok c’est énorme. L’exposition ramène des gens de partout, dans un lieu convivial, on crée une union” s’exclame l’air rayonnant, le regard souriant, l’artiste contemporain, Hom Nguyen. Loin de sa patrie d’accueil, la France, et proche de son pays natal, le Vietnam, Hom a posé pied à l’hôtel Hansar de Bangkok pour inaugurer vendredi sa nouvelle exposition, “Emotion through lines”. 

Dispersés en petits groupes, les invités boivent délicatement les paroles de l’homme de 46 ans, t-shirt jaune et salopette qui déambule énergétiquement dans la pièce, et nourrissent avidement leur regard des œuvres de l’artiste. 

Accrochées sur plusieurs murs, les esquisses d’Hom, des visages asiatiques d’enfants dont le regard exprime plus que la parole, et quelques mains qui tiennent en leurs traits une histoire, une vie, ne sont pas là pour la déco, ils interpellent, émeuvent. 

“C’est une mini rétrospective de mes deux dernières années de travail. La réunion de deux projets “Sans repères” et “Trajectoires”” explique l’artiste d’une voix douce et décontractée.

Deux grands thèmes conducteurs dans l’art de Hom, né en France d’une mère vietnamienne immigrée “cette terre d’accueil nous a permis de rebondir. Je suis portée aujourd’hui par cette immigration, et surtout par l’intégration. C’est ce que j’essaye de transmette. ” 

En haut d’un escalier, majestueuse mêlant coups de stylos et traits de peinture, l’œuvre préférée de l’artiste, un grand portrait coloré, saisit. “Le moment où l’on se trouve au pied du mur et il faut s’en sortir pour ne pas stagner. C’est comme une frontière, tu dois passer outre et ailleurs.” décrit-il avec ses mains, le regard lointain.

Puis, soudainement, les invités immobilisent leur regard. Hom Nguyen, approche de la vitre à l’entrée de l’hôtel, feutre blanc en main. “En s’écartant, un visage apparaît”. Concentré, vif, amusé, Hom qui n’a eu besoin que de quelques minutes pour créer le portrait d’un pêcheur.

3000

Intégration culturelle

Après des expositions aux quatre coins du monde, Hom Nguyen s’expose en toute modestie à Bangkok, ville qui entre timidement sur la scène culturelle mondiale.  

De son côté, le commissaire de l’exposition Axel Rondouin, et son partenaire local, Laurent Macaluso voient à Bangkok, le potentiel culturel aux prémices de son développement. “Aucune ville ne peut briller sans culture, aucun peuple ne peut s’épanouir sans culture. Et Bangkok se réveillera le jour où elle aura des musées dignes de nom” explique, convaincu et plein d’entrain, Axel Rondouin, marchand d’art français dont l’entreprise, Sarto brille déjà dans les grandes villes. A Bangkok, il est en association avec Laurent Macaluso, installé depuis 10 ans en Thaïlande. Les deux associés, nœud papillon impeccablement noué, ont fait un coup d’éclat en amenant et exposant les œuvres d’Hom Nguyen à Bangkok, en mars pour une première exposition au Sofitel. “On a vu par lui un tremplin. C’est prendre la vague au bon moment tel un surfeur” compare-t-il amusé. 

“Le gouvernement devrait investir dans la culture, c’est indispensable.” Ambitieux, les deux partenaires vont poursuivre leur apport d’un savoir-faire culturel français en exposant artistes européens et thaïlandais. Avec Hom Nguyen, ils ont incarné le lien, cette émotion qui peut se transmettre par l’art entre deux pays très différents. 

En plein envol, ce maître du portrait, est déjà dans les airs de son nouveau projet : “Voyages” “J’espère pouvoir contribuer à cette passerelle entre les voyages, les cultures. ” conclut-il avant de s’éclipser.

L'exposition "Emotions through lines" est visible jusqu'au 15 août a l'hôtel Hansar (L & M floor), Soi Mahatlek Luang 2 Rajdamri Road, Bangkok 

1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Lulu ven 29/06/2018 - 14:03

Super 👌 je viens de découvrir cet artiste et la rapidité de son crayon 🖍 sur la feuille. Je suis contente de savoir qu'il est reconnu. Merci à vous. ☺️

Répondre